Google

Messages sur ce sujet: cadeau créatif enfant

Le Blog 1001 feuilles


Publié le par

Mille et Une Feuilles reçoit Naomi Martino : "En Guadeloupe à Noël, les chanté Nwèl résonnent partout, à la radio, dans les rues et dans les magasins".

Lire tout le message: Mille et Une Feuilles reçoit Naomi Martino : "En Guadeloupe à Noël, les chanté Nwèl résonnent partout, à la radio, dans les rues et dans les magasins".

Après la Martinique, nous faisons un saut de puce vers la Guadeloupe ! Naomi Martino, gérante de l’Ecrin de Chocolat, nous y reçoit et nous met littéralement l’eau à la bouche…

 

Stéphanie – Naomi, peux-tu nous présenter ton activité et ton actualité du moment ?

Naomi – Je vis en Guadeloupe, où je suis artisan chocolatier. Je propose des produits de chocolats (non non, il n'y a pas de fautes), à partir de nos essences locales, de tout produit du terroir guadeloupéen se mariant avec le chocolat, et de cacao de Guadeloupe. On retrouve dans ma gamme les bonbons de chocolat (passion, goyave, ananas bouteille, menthe, bois d'Indes des Saintes...), les tablettes, les pâtes à tartiner, les mendiants et les palets de chocolat.

Je cherche toujours à innover en faisant du bon et du beau. J'ai un positionnement haut de gamme et je propose donc des chocolats fins.

En octobre 2013, j'ai été nommée Espoir du Chocolat 2013 au Salon International du Chocolat à Paris. Cette année, le Club des Croqueurs de Chocolat m’a classée dans son Guide parmi les 200 meilleurs chocolatiers du monde.

Mon actualité ? L’ouverture le 5 décembre de l’Écrin, une boutique atelier, et à cette occasion la célébration de ma dernière distinction, avec toute la Guadeloupe. Au programme : ateliers, dégustations gratuites, vente de produits, exposition d'autres produits du terroir et d'autres jeunes guadeloupéens agro-transformateurs.

 

Stéphanie – Tu vas nous parler des traditions de Noël spécifiques à la Guadeloupe. Qu'est-ce qui rend spécial un Noël guadeloupéen ?

Naomi – Avant tout, ce sont les chanté Nwèl, que l’on entend partout, à la radio, dans les rues et les magasins ! Chez nous, Noël est une grande fête pas seulement partagée en famille, mais avec tous ses amis et ses voisins. Chacun se reçoit à tour de rôle pour chanter, pour le « tué cochon » et déguster plein de choses délicieuses ! Le boudin antillais, le jambon à l’ananas, les douceurs coco et le schrubb évidemment… Les maisons sont décorées et illuminées et les jardins sont ornés du Fleuri – Noël, cet arbrisseau aux magnifiques petites fleurs blanches.

La tradition du Noël « Kakado » a refait sont apparition dans la commune de Vieux-Habitants. Autour des crèches, les gens se retrouvent pour un moment festif au rythme des "Bèlè", inspirés des chants de travail des cueilleuses de café. Il s’y déroulent aussi de nombreuses animations comme la cérémonie du bouquet, le passage du foulard, le couronnement, le déboulé aux flambeaux...

 

Stéphanie – En Guadeloupe, est-il aussi de coutume d'envoyer des cartes de vœux ? Les gens aiment-ils les fabriquer eux-mêmes ?

Naomi – Je pense que la coutume perdure, même si elle n’a pas l’éclat d’autrefois car elle se perd face aux nouvelles technologies d’envoi. Quand j’étais plus jeune, maman nous faisait faire nos cartes de vœux à envoyer à ma grand-mère, cousins et cousines, pour leur souhaiter de joyeuses fêtes. Bien sûr, il y avait toujours le joli petit dessin d’artiste sur la couverture ou au dos.

 

Stéphanie – As-tu un souvenir particulier d'un Noël passé en Guadeloupe ?

Naomi – Oui, le Noël où j’ai compris que le père Noël, était … mon père ! Plus sérieusement, ce qui est particulièrement marquant pour moi, c’est que Noël est très familial chez nous.

 

Stéphanie – Lors de tes études en métropole, quelle tradition de Guadeloupe avais-tu à cœur de respecter à chaque Noël ?

Naomi – A ce moment-là, il était pour moi impensable de louper le traditionnel repas de Noël en famille chez ma grand-mère ! Ce n’est pas parce que j’étais loin de mon île que je devais me passer de toutes ces bonnes choses : les accras, les boudins créoles, le jambon de Noël, les petits pâtés, le punch au coco et le sirop de groseille…


 

Stéphanie – Et si nous allions faire un petit tour dans la boutique Mille et Une Feuilles… Quel papier aimerais-tu utiliser pour tes propres cartes de vœux ?

Naomi – Sans hésiter, je choisirais le papier recyclé chocolat Forever … évidemment ! A associer aux enveloppes recyclées tabac Forever.

 

Stéphanie – Enfin, quels sont tes 4 produits coup de coeur dans le rayon loisirs créatifs enfants ?

Naomi – Ta boutique recèle de vrais trésors ! Pour gâter les enfants, je craque pour la boîte créative origami d’Avenue Mandarine, le coffret créatif Stampi'Mouss d’Avenue Mandarine également, le kit decopatch chats et le cahier de coloriage Caprice 6. Des heures de créativité en perspective !!!

 

 Merci Naomi, nous te souhaitons des fêtes de Noël très musicales !

 

Mis en forme par Cécile d'Orthozen

Rédactrice web

Lire tout le message
Publié le par

Mille et Une Feuilles reçoit Djeffa Tisserand : "En Martinique à Noël il est de coutume d'aller chez les uns et les autres afin de partager un moment convivial".

Lire tout le message: Mille et Une Feuilles reçoit Djeffa Tisserand : "En Martinique à Noël il est de coutume d'aller chez les uns et les autres afin de partager un moment convivial".

Quatrième escale de notre tour des traditions de Noël dans les DOM-TOM : la Martinique ! Là, c’est Djeffa Tisserand, fondatrice de Saâkti, qui va nous faire rêver de son Noël antillais.

 

Stéphanie – Djeffa, peux-tu nous présenter ton activité et ton actualité du moment ?

Djeffa – Bonjour Stéphanie et merci de m'accueillir chez Mille et une Feuilles. Je suis une ancienne juriste freelance. Mes clients bénéficiaient de longues heures d'écoute et d'accompagnement de leurs peines, en dehors du cadre strictement juridique. Et c'est cette dimension que je trouvais gratifiante. J'ai donc choisi d'en faire mon métier à temps plein. Le 28 mai 2014, j'ai créé Saâkti. C'est un nom qui parle d'énergies et d'amour. J'utilise mes capacités empathiques et intuitives pour aider mes consultants à trouver le meilleur d'eux-mêmes et l'exploiter, à mieux se connaître. D'une certaine manière, je reste encore dans le domaine de la justice en les accompagnant à être et faire ce qu'ils aimeraient qu'on soit et fasse pour eux.

 Actuellement, je travaille sur deux projets. Le premier est la création d'un blog où je prendrai le temps de contempler la vie. Le second a une autre envergure, car il parle de création de structure médico-sociale. A ma manière, je suis une soignante …

 

Stéphanie – Tu vas nous parler des traditions de Noël en Martinique. Quel est ton lien avec cette île ?

Djeffa – Je suis tout simplement Martiniquaise. Je suis née là-bas, il y a (déjà) 35 ans et j'y ai vécu jusqu'à mes 19 ans. J'y retourne encore, dès que possible. En dehors des liens familiaux, je suis très attachée à la culture et à la gastronomie de mon île. Bon, surtout à sa gastronomie, j'avoue ;-)

 

Stéphanie – Quelles sont les coutumes de Noël spécifiques à la Martinique ? Qu'est-ce qui rend spécial un Noël martiniquais ?

Djeffa – Chez nous, Noël commence le premier dimanche de décembre. Il est de coutume d'aller chez les uns et les autres afin de partager un moment convivial pour attendre la Nativité. L'île est très pieuse, à dominance catholique.

Ces temps sont marqués par les « Chanté Nwel », tels les fameux «Michaud veillait» ou «Joseph mon cher fidèle» ... Tout le monde sort son petit livret vert, pour brailler des cantiques de Noël, rythmés par les percussions locales. C'est d'ailleurs devenu une activité à part entière, car la coutume a évolué en soirées payantes.

Pour ce qui est de la gastronomie, ce temps de l'Avent est très marqué par LA liqueur de Noël : le schrubb. Il s'agit d'une liqueur à base de rhum et de sirop de sucre de canne, d'écorces d'orange et d'épices telles que la cannelle, la noix de muscade, la vanille et le clou de girofle. Un délice. On achève la tuerie avec les patés salés qui sont en fait des mini tourtes individuelles fourrées à la viande. Et comme c'est la fête du cochon, on sort le jambon de « Nwel » cuit au four, épicé, à la bière ou à l'ananas, et les boudins créoles qu'on ne présente plus …

Pour les décorations, nous avons hérité des traditions métropolitaines : guirlandes, boules, étoiles et crèche. Sauf que, point de sapin : nous avons à la place un arbre très grand qui y ressemble : le filao. Nous y accrochons des guirlandes confectionnées par nous-mêmes.

Sur la table, ce serait particulièrement ridicule d’y mettre des flocons de neige ! La grande différence réside dans le fait que Noël n'est pas réellement une fête familiale pour nous. A moins que par famille, on entende le quartier entier ! Nous privilégions donc les grands buffets où tout le monde se sert quand il veut … et la vaisselle jetable.

 

Stéphanie – En Martinique, est-il aussi de coutume d'envoyer des cartes de vœux ? Les gens aiment-ils les fabriquer eux-mêmes ?

Djeffa – Quand j'étais petite, le DIY avait une grande importance et j'ai appris, à l'école, à fabriquer mes cartes postales de Noël. L'écrit garde toute sa place, car on a toujours un frère, une cousine qui a déménagé en métropole pour les études et qui ne pourra pas rentrer pour les fêtes.

 

Stéphanie – As-tu un souvenir particulier d'un Noël passé en Martinique ?

Djeffa – Tous les Noël étaient magiques. Les anciens avaient préparé le repas et « tué cochon » pour ses différentes déclinaisons, le plat principal étant le ragoût de porc. Avec mes cousines, nous nous dirigions vers l'église pour la messe de minuit, toujours très belle, toujours trop longue, mais qui n'a jamais lieu à minuit. La tradition qui me manque le plus est d'entendre mon oncle entonner « Minuit Chrétien » de sa voix à réveiller les morts. Et nous de partir dans un grand fou-rire …

 

Stéphanie – Quelle tradition de Martinique as-tu rapporté en France, que tu as à cœur de respecter à chaque Noël ?

Djeffa – Pendant l’Avent, j'essaie de préparer des petits pâtés salés, que je ne farcis pas au porc, pour pouvoir les partager avec mes voisines musulmanes. Je m'efforce d'aller chez les gens, à leur rencontre, comme on fait chez nous. Noël pour nous c'est un peu ça : apporter la lumière chez nos frères. Être cette lumière pour eux …

 

Stéphanie – Et si nous allions faire un petit tour dans la boutique Mille et Une Feuilles… Quel papier aimerais-tu utiliser pour ta déco de Noël ou tes propres cartes de vœux ?

Djeffa – Comme je suis l'expatriée, je ne fais plus de cartes. Mais j'aimerais continuer mes délires créatifs autour du sapin cette année encore. Surtout parce que mes fils se moquent de moi. J'ai un vrai coup de cœur pour le papier bronze irisé pollen. Cette couleur est juste magique et dégage beaucoup de chaleur. Je vais cogiter pour trouver quoi en faire !

 

Stéphanie – Enfin, quels sont tes 4 produits coup de coeur dans le rayon loisirs créatifs enfants ?

Djeffa – J'ai une prédilection pour l'origami. C'est un excellent moyen de concentration pour mes deux fauves. De plus, cela contribue à améliorer leur dextérité. Sans compter la joie d'avoir fabriqué de jolies décorations pour notre sapin.

Ensuite, j'aime assez le kit créatif pâte à sel, juste parce que les oiseaux sont trop mignons.

Puis, l'arbre à souhaits me semble un outil formidable pour encourager à rêver et se donner les moyens de réaliser ses vœux. Je me demande si je n'y verrais pas un outil pour mes consultants …

Enfin, je veux bien colorier des mandalas, ça me ferait très plaisir comme cadeau de Noël !

 

Merci Djeffa, nous te souhaitons des fêtes de Noël très gourmandes !

 

Mis en forme par Cécile d'Orthozen

Rédaction web

Lire tout le message
Publié le par

Mille et Une Feuilles reçoit Lætitia Autret : "Quand je pense Noël à la Réunion, je pense litchi, mangue… et à la floraison du flamboyant".

Lire tout le message: Mille et Une Feuilles reçoit Lætitia Autret : "Quand je pense Noël à la Réunion, je pense litchi, mangue… et à la floraison du flamboyant".

Pour notre troisième étape du tour des traditions de Noël dans les DOM-TOM, nous atterrissons sur l’Île de la Réunion. Là, c’est Lætitia Autret qui nous accueille, la fondatrice d’Eclore, le site de la parentalité épanouie.

 

Stéphanie – Lætitia, peux-tu nous présenter ton activité ?

Lætitia - Bonjour Stéphanie, je suis Lætitia Autret, mère de 3 enfants et entrepreneur dans l'âme. Ma mission de vie est d'accompagner les parents qui subissent leur parentalité pour aller vers une parentalité plus épanouissante.

 

Stéphanie - Tu vas nous parler des traditions de Noël à la Réunion. Quel est ton lien avec ce pays ?

Lætitia - Mon mari est militaire. Nous connaissons très régulièrement les mutations, qui nous amènent à voyager. C'est comme cela que nous avons pris l'avion en direction de la Réunion il y a presque 2 ans et demi.

La Réunion est un melting pot extraordinaire. Il s'en dégage une énergie, une spiritualité fabuleuses. Nous avons la chance d'avoir sur une même île la mer et la montagne. Quand on pense Île de la Réunion, nous pensons randonnées. D'ailleurs ses pitons, ses cirques et ses remparts sont classés au patrimoine de l'Unesco.

Je me suis formée sur l’île et j'ai rencontré des personnes qui resteront dans mon cœur. C'est ici aussi que j'ai commencé à accompagner les parents. L'île est pour moi synonyme d'accomplissement, d'alignement et d'amour.

 

Stéphanie – Qu’est-ce qui t’a le plus surpris lors de ton premier Noël réunionnais ?

Lætitia - Oh, il y a tellement de choses à dire ! La première qui me vient à l'esprit est que nous avons un Père Noël qui doit maudire sa barbe sous une chaleur écrasante de 30 °C ! Je compatis avec la personne qui se trouve sous son déguisement !

C'est vrai que la première année est assez déconcertante pour les « zoreils », comme on nous surnomme ici. En métropole, nous avons des signes qui nous indique l’approche de Noël. Le froid qui s'installe, parfois la neige, les décorations visibles partout. Ici, il fait une chaleur étouffante le 24 décembre et nous mangeons dehors !

 

Stéphanie - Quelles sont les coutumes de Noël spécifiques à la Réunion ?

Lætitia - Il y a ici une coutume qui ravit les enfants. Dès les premiers jours des vacances, des stands de pétards et de feux d'artifices s'installent à chaque coin de rue. Ils insistent pour en avoir et les faire exploser les soirs du 24 et du 31 décembre. Tout l'argent de poche y passe !

A la Réunion, on pense aussi autrement. Par exemple, il vaut mieux éviter les calendriers de l’Avent avec des chocolats, sinon vous risquez d'être surpris à l'ouverture des cases !

Le sapin de Noël péi est installé dans les maisons. Il peut s’agir d’une branche de filaos, d’un cryptomeria ou encore d’un araucaria, qui résisteront à la forte chaleur.

Le réveillon de Noël s’articule autour du repas traditionnellement composé de samoussas, d’un cari, de poulet, de riz, de graines et du pâté créole, et en dessert de la bûche de Noël et des inévitables litchis. En apéritif, on boit du rhum arrangé ou du punch, accompagné de bonbons piments. Après le repas, on va visiter ses amis et admirer la crèche à la messe de minuit.

 

Idée cadeau noel loisirs creatif enfantStéphanie - A la Réunion, est-il aussi de coutume d'envoyer des cartes de vœux ?

Lætitia – Pas tellement, ce n’est pas une coutume ici. Le rassemblement en famille prévaut sur les cartes.

 

Stéphanie - As-tu un souvenir particulier d'un Noël passé à la Réunion ?

Lætitia - Notre premier Noël à la Réunion restera gravé dans ma mémoire, car il est synonyme de découverte, de cari, de feux d'artifice. Mais aussi d’un Noël d'expatrié, sans notre famille. C'est aussi un Noël sous le soleil !

Quand je pense Noël ici, je pense mangue et litchi, les fruits de la saison. Nous avons redécouvert le vrai goût des fruits et nous en profitons au maximum. Je pense aussi à la floraison du flamboyant, cet arbre majestueux dont les feuilles deviennent rouges à cette époque.

 

Stéphanie - Et si nous allions faire un petit tour dans la boutique Mille et Une Feuilles… Quel papier aimerais-tu utiliser pour tes propres cartes de vœux ?

Lætitia - J'aimerais utiliser le papier poussière de Soleil Canson. L'idée du papier recyclé est mon premier critère, ensuite viennent les paillettes d'or. So glam !

 

Stéphanie - Enfin, quels sont tes 4 produits coup de cœur dans le rayon loisirs créatifs enfants ?

Lætitia - Pour mes cadeaux créatifs, j’opterais pour la boîte créative origami, la poupée à peindre Griz Lee Super Anim et ce cahier de coloriage mandala Graffy Pop. Enfin, je suis fan de l’arbre à vœux à créer d’Avenue Mandarine !

 

Merci Lætitia, nous te souhaitons des fêtes de Noël très fruitées !

 

Mis en forme par Cécile d'Orthozen

Rédactrice web freelance

Lire tout le message
Publié le par

Mille et Une Feuilles reçoit Pascale Muscat : "Imaginez qu’à Noël en Nouvelle Calédonie, la température monte volontiers à 40°C !".

Lire tout le message: Mille et Une Feuilles reçoit Pascale Muscat : "Imaginez qu’à Noël en Nouvelle Calédonie, la température monte volontiers à 40°C !".

Notre tour des traditions de Noël dans les DOM-TOM se poursuit en… Nouvelle Calédonie ! Nous y retrouvons Pascale Muscat, créatrice de la boutique en ligne Archipel Parfums.

 

Stéphanie - Pascale, peux-tu nous présenter ton activité et ton actualité ?

Pascale - Archipel Parfums est spécialisé dans la conception de produits cosmétiques aux essences tropicales. Créateur de toute la gamme cosmétiques et senteurs, nous avons à cœur de proposer des baumes de massages, des huiles de soins ou encore des bougies parfumées et des parfums solides. Nous utilisons des matières premières les plus naturelles possibles et bien entendu des senteurs des îles telles que le frangipanier, la fleur de caféier, le monoï et la vanille.

L’actualité du moment pour Archipel Parfums, c’est d’être récompensé pour la 5ème année consécutive avec notre produit phare qu’est le baume au niaouli ! Et pour la 1ère année, deux nouveaux produits ont été sélectionnés : le savon naturel au frangipanier et le savon aux huiles essentielles de niaouli et de menthe poivrée.

 

Stéphanie - Tu vas nous parler des traditions de Noël en Nouvelle Calédonie. Quel est ton lien avec ce pays ?

Pascale - Mon lien avec la Calédonie est lié à mes parents qui sont partis un peu plus de 15 ans vivre sur cette île magnifique. J’y suis allée à plusieurs reprises et pour je ne sais quelles raisons, dès ma première visite je m’y suis sentie comme « chez moi ».

L’accueil fait par la population Kanak, que j’ai découverte au travers de mes visites au sein des tribus, aura été pour moi un pur bonheur. Ce fut pour moi une magnifique ouverture sur le monde, où chaleur et convivialité sont de mises.

Bien qu’ébranlés par leur histoire, ce sont des gens formidables que j’ai eu beaucoup de chance de côtoyer « chez l’habitant » lors de mes différentes visites. Dans ce genre de parcours, pas d’hôtel, j’ai besoin de découvrir la population locale.

 

Stéphanie - Quelles sont les coutumes de Noël spécifiques à la Nouvelle Calédonie, les différences avec la métropole ?

Pascale - Peu de maisons créent une ambiance de Noël avec toutes les décorations que nous avons l’habitude d’admirer en métropole. Comme il n’existe là-bas aucune variété de sapins, de petits pins colonaires font parfois office de sapin de Noël.

Dans les tribus, le calendrier de l’Avent peut être fait avec de petits coquillages ramassés par les enfants sur les plages. La crèche et la traditionnelle table de Noël sont ici aussi dressées avec soin et beaucoup de couleurs locales, donc très vives. Le Manou - un morceau d’étoffe - sert de nappe sur laquelle les convives auront plaisir à déguster la langouste locale.

 

Stéphanie - Qu'est-ce qui rend spécial un Noël calédonien ?

Pascale Imaginez qu’en décembre, c’est le plein été avec une température qui monte volontiers à 40°C ! Exit la neige et ses bonhommes, oubliés les écharpes et les bonnets... tout le monde fête Noël en short, tongs et débardeur.

Malgré ces fortes chaleurs, le Père Noël vient tout de même rendre visite aux enfants sur la très connue Place des Cocotiers de Nouméa, où est installé un grand sapin. Là, on lui remet les clés de la ville pour qu'il puisse déposer ses cadeaux dans les maisons, puis sur sa mobylette ou sur son char, il distribue des bonbons aux enfants. Chaque année, il arrive avec un moyen de locomotion différent : en char, en parapente, en ULM et même parfois en hélicoptère !

Dans les rues, ont peut admirer les illuminations, entendre de la musique et des chants de Noël, les vitrines des magasins sont décorées. Un marché de Noël s’installe également sur la place des Cocotiers.

Idée cadeau Noel Enfant

 

Stéphanie - En Nouvelle Calédonie, est-il aussi de coutume d'envoyer des cartes de vœux ?

Pascale - La Calédonie n’échappe bien entendu pas à la règle. Les cartes de vœux qui quittent le « caillou » (petit surnom de la Calédonie) et se dirigent bien souvent vers la métropole, sont différentes des nôtres, car on n’y trouve absolument pas une ambiance hivernale, mais plutôt des plages, des poissons ornés de rouge...

 

Stéphanie - Et si nous allions faire un petit tour dans la boutique Mille et Une Feuilles... Quel papier aimerais-tu utiliser pour tes propres cartes de vœux ?

Pascale Ce n’est pas évident de choisir parmi toutes ces belles choses ! Mais j’ai eu un coup de cœur pour le papier banane vert granit. Il a du pep’s et je trouve qu’il représenterait bien mon activité que sont les cosmétiques aux essences tropicales.

Mon choix aurait tout aussi bien pu se porter sur le papier banane vert pâle qui rappelle la couleur du lagon.

 

Stéphanie - Enfin, quels sont tes 4 produits coup de cœur dans le rayon loisirs créatifs enfants ?

Pascale Finalement la grande enfant, ce sera moi, l’amatrice de couleurs et de coloriages … Mes garçons sont un peu grands maintenant, mais c’est maman qui s’y colle avec grand plaisir ! C’est pour moi un excellent moment de détente que de colorier avec de jolis cahiers et des crayons ou des stylos sympas.

Mon premier coup de cœur se porte donc sur les mandalas.

Mon deuxième, sur les stickers de Noël en 3D, très sympa pour orner tous les petits paquets cadeaux et faire briller de mille feux le pied du sapin.

Mon troisième choix sera les poupées à peindre, avec bien sûr un vrai coup de cœur pour la poupée aux couleurs d’Hawaï. Amoureuse des îles un jour, amoureuse des îles toujours !

Enfin, je prendrais le raphia rouge qui ferait un joli ornement sur les paquets cadeaux de mes clients lors des fêtes de Noël. De plus très pratique, car les brins sont coupés et prêts à l’emploi.

 

Merci Pascale, nous te souhaitons des fêtes de Noël très colorées !

 

Mis en forme par Cécile d'Orthozen

Rédactrice web

Lire tout le message
Publié le par

Mille et Une Feuilles reçoit Morgane Sifantus : "A Noël à Tahiti, tout le monde se pare de couronnes et colliers de fleurs".

Lire tout le message: Mille et Une Feuilles reçoit Morgane Sifantus : "A Noël à Tahiti, tout le monde se pare de couronnes et colliers de fleurs".

Avez-vous remarqué comme Noël s’installe petit à petit dans nos têtes ? Déjà nous pensons aux cadeaux et à la déco, au menu du réveillon…

L’an dernier, Mille et Une Feuilles vous emmenait dans un tour du monde des traditions de Noël. Cette année, nous vous proposons de continuer le voyage, mais uniquement vers les chaudes contrées des DOM-TOM ! A chaque escale, nous vous livrerons le témoignage d’une personne qui en est originaire ou y ayant vécu.

 

Pour ouvrir le bal, c’est Morgane Sifantus, alchimiste & révélatrice d’éMOTions, qui nous parle de Noera, le noël tahitien.

 

Stéphanie - Morgane, peux-tu nous présenter ton activité et ton actualité ?

Morgane - Bonjour Stéphanie et merci de m'accueillir sur ton blog. Mon activité professionnelle tourne autour des mots : ceux des entreprises (identité de marque, rédaction web, accompagnement de blogueurs...) et ceux de mes romans. J'ai co-écrit les deux premiers tomes de « 21h34 », une trilogie d'aventure qui se déroule dans un futur proche pas très très rose.

 

Stéphanie - Tu vas nous parler de Tahiti, quel est ton lien avec cette île ?

Morgane - J'ai habité à Tahiti avec ma famille pendant 18 mois lorsque j'étais enfant, j'avais alors 10 ans. Mon père était marin, nous avons beaucoup voyagé !

 

Stéphanie - Quelles sont les coutumes de Noël spécifiques à Tahiti, qu'est-ce qui rend spécial un Noël tahitien ?

Morgane - Noël à Tahiti, c'est le début de l’été et la saison des pluies. Il fait chaud et humide, la végétation est superbe !

En lieu et place du sapin, on trouve le aito, qui veut dire arbre de fer. Dans certains endroits, comme les hôtels, on peut voir des sapins décorés avec des coquilles d'huîtres perlières et des objets en nacre ou en pandanus. Les guirlandes lumineuses sont principalement réservées aux bâtiments officiels, car l’électricité y est la plus chère au monde ! Ce qui fait que les décorations sont surtout réalisées à l’aide de fleurs.

Les fêtes de fin d’années sont très joyeuses, accompagnées de chants et de danses sur les plages, au son des ukulélé. Dans les écoles, les enfants apprennent des chants tahitiens et des danses traditionnelles. Les marchés sont très colorés. Tout le monde se pare de couronnes et de colliers de fleurs, certains tahitiens portent leur bonnet de Noël.

Les Tahitiens sont très croyants. A la messe, on y entend les chants traditionnels, les Himene. Les femmes s’y rendent habillées de blanc, les hommes de blanc ou de rouge et blanc.

Tandis que l’on déguste le menu traditionnel constitué de cochon grillé et de poisson cru, les enfants attendent avec impatience le Tane metua Noëra, le Père Noël tahitien ! Il arrivera à cheval, en bateau ou en jet-ski, avec ses lunettes de soleil et ses tongs, parfois !

 

Stéphanie - A Tahiti, est-il aussi de coutume d'envoyer des cartes de vœux ?

Morgane - Je n'ai pas souvenir de cartes de vœux entre nous. L'île de Tahiti est minuscule, alors on va plutôt voir ses proches ! En revanche, nous en envoyions à notre famille restée en métropole et vice-versa. Elles mettaient plusieurs semaines à arriver. Nous faisions des dessins pour nos grands-parents.

 

Stéphanie - As-tu un souvenir particulier d'un Noël passé à Tahiti ?

Morgane -  Nos parents mettaient une branche d'un arbre qui ressemblait un peu à un pin parasol, que nous décorions de boules et autres guirlandes. Nous avions l'habitude d'en fabriquer nous-mêmes avec du papier crépon. Comme en métropole, les cadeaux étaient soigneusement préparés et emballés. Sur la table du réveillon, point de dinde ou de bûche, mais plutôt du poisson mariné, des mangues, des fleurs de Tiaré... et une « vraie » bûche !

Mon souvenir le plus marquant, c'est l'ouverture des cadeaux en maillot de bain, avant d'aller se baigner dans le lagon juste en bas de notre maison...

Quelques jours après le dernier Noël passé là-bas, nous avons décollé pour rentrer à Paris. Passer de 28°C en moyenne au froid hivernal fut un choc dont j'ai mis plusieurs années à me remettre !

Papier pour Déco de Noël

 

Stéphanie - Quelle tradition de Tahiti as-tu rapporté en France et que tu as à cœur de respecter à chaque Noël ?

Morgane - J'aime beaucoup le parfum de la fleur typique de Tahiti : le Tiaré (elle n'existe que là-bas). J'ai réussi à trouver des bougies de cette divine senteur. Lorsque l'hiver et Noël arrivent, j'apprécie d'allumer ces bougies qui me rappellent mon enfance...

 

Stéphanie - Et si nous allions faire un tour dans la boutique Mille et Une Feuilles… Quel papier aimerais-tu utiliser pour réaliser ta déco de Noël et tes cartes de vœux ?

Morgane -  Mes enfants sont très créatifs et aiment (comme moi) les couleurs vives. Chaque année, nous choisissons un thème pour le sapin à base de 2 couleurs et fabriquons des cartes coordonnées. Pour ce Noël, ce sera rouge et or. Je choisirais donc le papier rouge recyclé Forever et le papier G-Lalo aux éclats d'or, magnifique !

 

Stéphanie - Enfin, quels sont tes 4 produits coup de cœur dans le rayon loisirs créatifs enfants ?

Morgane - Ma fille adore les gommettes, elle peut passer des heures à créer ses œuvres d'art ! Je craque pour les stickers Noël or 3D qui devraient faire sensation ! Pour sa grande cousine, j'ai choisi la poupée à peindre Lisa Avenue Mandarine. Et comme nous aimons personnaliser nos cartes de vœux, j'opte pour la perforatrice levier Flocon Fiskars. Enfin, pour montrer à mes enfants comment fabriquer des guirlandes maison, quoi de mieux que le papier Crépon Clairefontaine ?

 

Merci Morgane, et chaleureuses fêtes de Noël !

 

Mis en forme par Cécile d'Orthozen

Rédactrice web freelance

Lire tout le message