Google

Messages sur ce sujet: arbre à souhaits

Le Blog 1001 feuilles


Publié le par

Mille et Une Feuilles reçoit Djeffa Tisserand : "En Martinique à Noël il est de coutume d'aller chez les uns et les autres afin de partager un moment convivial".

Lire tout le message: Mille et Une Feuilles reçoit Djeffa Tisserand : "En Martinique à Noël il est de coutume d'aller chez les uns et les autres afin de partager un moment convivial".

Quatrième escale de notre tour des traditions de Noël dans les DOM-TOM : la Martinique ! Là, c’est Djeffa Tisserand, fondatrice de Saâkti, qui va nous faire rêver de son Noël antillais.

 

Stéphanie – Djeffa, peux-tu nous présenter ton activité et ton actualité du moment ?

Djeffa – Bonjour Stéphanie et merci de m'accueillir chez Mille et une Feuilles. Je suis une ancienne juriste freelance. Mes clients bénéficiaient de longues heures d'écoute et d'accompagnement de leurs peines, en dehors du cadre strictement juridique. Et c'est cette dimension que je trouvais gratifiante. J'ai donc choisi d'en faire mon métier à temps plein. Le 28 mai 2014, j'ai créé Saâkti. C'est un nom qui parle d'énergies et d'amour. J'utilise mes capacités empathiques et intuitives pour aider mes consultants à trouver le meilleur d'eux-mêmes et l'exploiter, à mieux se connaître. D'une certaine manière, je reste encore dans le domaine de la justice en les accompagnant à être et faire ce qu'ils aimeraient qu'on soit et fasse pour eux.

 Actuellement, je travaille sur deux projets. Le premier est la création d'un blog où je prendrai le temps de contempler la vie. Le second a une autre envergure, car il parle de création de structure médico-sociale. A ma manière, je suis une soignante …

 

Stéphanie – Tu vas nous parler des traditions de Noël en Martinique. Quel est ton lien avec cette île ?

Djeffa – Je suis tout simplement Martiniquaise. Je suis née là-bas, il y a (déjà) 35 ans et j'y ai vécu jusqu'à mes 19 ans. J'y retourne encore, dès que possible. En dehors des liens familiaux, je suis très attachée à la culture et à la gastronomie de mon île. Bon, surtout à sa gastronomie, j'avoue ;-)

 

Stéphanie – Quelles sont les coutumes de Noël spécifiques à la Martinique ? Qu'est-ce qui rend spécial un Noël martiniquais ?

Djeffa – Chez nous, Noël commence le premier dimanche de décembre. Il est de coutume d'aller chez les uns et les autres afin de partager un moment convivial pour attendre la Nativité. L'île est très pieuse, à dominance catholique.

Ces temps sont marqués par les « Chanté Nwel », tels les fameux «Michaud veillait» ou «Joseph mon cher fidèle» ... Tout le monde sort son petit livret vert, pour brailler des cantiques de Noël, rythmés par les percussions locales. C'est d'ailleurs devenu une activité à part entière, car la coutume a évolué en soirées payantes.

Pour ce qui est de la gastronomie, ce temps de l'Avent est très marqué par LA liqueur de Noël : le schrubb. Il s'agit d'une liqueur à base de rhum et de sirop de sucre de canne, d'écorces d'orange et d'épices telles que la cannelle, la noix de muscade, la vanille et le clou de girofle. Un délice. On achève la tuerie avec les patés salés qui sont en fait des mini tourtes individuelles fourrées à la viande. Et comme c'est la fête du cochon, on sort le jambon de « Nwel » cuit au four, épicé, à la bière ou à l'ananas, et les boudins créoles qu'on ne présente plus …

Pour les décorations, nous avons hérité des traditions métropolitaines : guirlandes, boules, étoiles et crèche. Sauf que, point de sapin : nous avons à la place un arbre très grand qui y ressemble : le filao. Nous y accrochons des guirlandes confectionnées par nous-mêmes.

Sur la table, ce serait particulièrement ridicule d’y mettre des flocons de neige ! La grande différence réside dans le fait que Noël n'est pas réellement une fête familiale pour nous. A moins que par famille, on entende le quartier entier ! Nous privilégions donc les grands buffets où tout le monde se sert quand il veut … et la vaisselle jetable.

 

Stéphanie – En Martinique, est-il aussi de coutume d'envoyer des cartes de vœux ? Les gens aiment-ils les fabriquer eux-mêmes ?

Djeffa – Quand j'étais petite, le DIY avait une grande importance et j'ai appris, à l'école, à fabriquer mes cartes postales de Noël. L'écrit garde toute sa place, car on a toujours un frère, une cousine qui a déménagé en métropole pour les études et qui ne pourra pas rentrer pour les fêtes.

 

Stéphanie – As-tu un souvenir particulier d'un Noël passé en Martinique ?

Djeffa – Tous les Noël étaient magiques. Les anciens avaient préparé le repas et « tué cochon » pour ses différentes déclinaisons, le plat principal étant le ragoût de porc. Avec mes cousines, nous nous dirigions vers l'église pour la messe de minuit, toujours très belle, toujours trop longue, mais qui n'a jamais lieu à minuit. La tradition qui me manque le plus est d'entendre mon oncle entonner « Minuit Chrétien » de sa voix à réveiller les morts. Et nous de partir dans un grand fou-rire …

 

Stéphanie – Quelle tradition de Martinique as-tu rapporté en France, que tu as à cœur de respecter à chaque Noël ?

Djeffa – Pendant l’Avent, j'essaie de préparer des petits pâtés salés, que je ne farcis pas au porc, pour pouvoir les partager avec mes voisines musulmanes. Je m'efforce d'aller chez les gens, à leur rencontre, comme on fait chez nous. Noël pour nous c'est un peu ça : apporter la lumière chez nos frères. Être cette lumière pour eux …

 

Stéphanie – Et si nous allions faire un petit tour dans la boutique Mille et Une Feuilles… Quel papier aimerais-tu utiliser pour ta déco de Noël ou tes propres cartes de vœux ?

Djeffa – Comme je suis l'expatriée, je ne fais plus de cartes. Mais j'aimerais continuer mes délires créatifs autour du sapin cette année encore. Surtout parce que mes fils se moquent de moi. J'ai un vrai coup de cœur pour le papier bronze irisé pollen. Cette couleur est juste magique et dégage beaucoup de chaleur. Je vais cogiter pour trouver quoi en faire !

 

Stéphanie – Enfin, quels sont tes 4 produits coup de coeur dans le rayon loisirs créatifs enfants ?

Djeffa – J'ai une prédilection pour l'origami. C'est un excellent moyen de concentration pour mes deux fauves. De plus, cela contribue à améliorer leur dextérité. Sans compter la joie d'avoir fabriqué de jolies décorations pour notre sapin.

Ensuite, j'aime assez le kit créatif pâte à sel, juste parce que les oiseaux sont trop mignons.

Puis, l'arbre à souhaits me semble un outil formidable pour encourager à rêver et se donner les moyens de réaliser ses vœux. Je me demande si je n'y verrais pas un outil pour mes consultants …

Enfin, je veux bien colorier des mandalas, ça me ferait très plaisir comme cadeau de Noël !

 

Merci Djeffa, nous te souhaitons des fêtes de Noël très gourmandes !

 

Mis en forme par Cécile d'Orthozen

Rédaction web

Lire tout le message