Google

Messages sur ce sujet: enveloppe or

Le Blog 1001 feuilles


Publié le par

Ces chefs d’entreprise qui aiment le papier et les belles matières : Stéphanie Will

Lire tout le message: Ces chefs d’entreprise qui aiment le papier et les belles matières : Stéphanie Will

Ce nouveau portrait d’une amoureuse des beaux papiers nous plonge dans l’univers de Stéphanie Will, amie de cœur et très fidèle cliente de Mille et Une Feuilles. Elle nous parle avec passion du papier et de ses projets dans le cinéma…

 

Bonjour Stéphanie ! Qui es-tu ?

Depuis 10 ans, je peaufinais mes techniques de conduite de projets, j’étais très fière de mes résultats ces deux dernières années auprès de nouveaux clients et dans des missions « challengeantes ».

Et pop, le désir ancien de travailler dans le cinéma, plus particulièrement dans la diffusion de films, est remonté de sorte à tout ensevelir. Depuis 6 mois, je développe The Movie Light Project, une future salle alternative de projections collectives de films en séances à la demande, dans un lieu type « grand salon » modulaire et convivial, de 30 à 50 spectateurs.

Dans l’attente d’ouvrir ce lieu sédentaire sur mon territoire de Paris-Saclay, j’expérimente #TMLP en mode nomade et ponctuel… notamment dans ta ville de Juvisy-sur-Orge, Stéphanie Rivier ! J

 

Tu es une fidèle cliente de Mille et Une Feuilles. D’ailleurs tu nous as déjà fait le plaisir de témoigner, il y a quelques années, et tu nous parlais de ton attachement aux produits en papier recyclé. Aujourd’hui, quels papiers répondent à ton bonheur chez Mille et Une Feuilles ? Pourquoi les aimes-tu et comment les utilises-tu ?

Le papier recyclé, qui est l’un des combats de Mille et une Feuilles, reste un sujet sensible aussi pour moi, et quand j’ai eu l’opportunité d’animer des formations entières avec des jeux créés sur papier, j’ai eu le plaisir de découvrir grâce à Stéphanie la gamme française Natural, qui m’a donné totale satisfaction.

Par ailleurs, je suis fétichiste de la couleur or. Chez Mille et Une Feuilles, on peut assouvir ce plaisir de le voir dans sa version papier, dans une fidélité parfaite avec la lumière que l’on a envie de produire en expédition et en réception. J’ai testé les papiers calque de toutes les couleurs – elles sont toutes superbes, vives et profondes, mais le calque or est réservé à des réalisations très spéciales : en première page des dossiers papier que je communique à des interlocuteurs triés sur le volet pour The Movie Light Project (Ministères, élus…).

Les enveloppes or, associées à la carte de vœux TMLP créée par l’Agence Numéro Cinq à Arpajon, ont produit un effet bœuf qui m’a valu le titre de « meilleure carte de vœux de l’année » par le responsable du tiers-lieu le PROTO204. Etre reconnue pour sa communication papier par un fablab, c’est quelque chose !

 

Qu’apprécies-tu dans le service apporté par Mille et Une Feuilles ? En quoi est-elle différente d’une autre papeterie ?

Mille et Une Feuilles répond toujours à mes besoins. Il me suffit de dire ce que je veux faire, ou de montrer ce que j’ai à expédier, et le papier apparaît ! Puis l’enveloppe ! Et avec le papier,  des suggestions d’usages, toujours nombreuses et imaginatives, et des nuances de tons qui font réfléchir à des associations. Et j’ai toujours l’impression de faire une affaire formidable : un gain de temps immense à trouver exactement ce qu’il me faut, à prix doux – pour une telle qualité de conseil et de service, cela m’étonne toujours au moment de régler la facture.

C’est une sensation que j’ai rarement lors de mes achats professionnels ! On n’a pas besoin d’être créatif soi-même quand on s’adresse à Mille et Une Feuilles : Stéphanie l’est pour nous ! Il y a quelques années elle m’a fait découvrir les cartes de correspondances « clés en main » de chez LALO, une élégance et un fini rares, qu’elle a négocié en grande quantité pour moi et je suis très attachée à ces cartes, que j’utilise aussi pour ma correspondance personnelle.

 

Dans l’entrepreneuriat, rester fidèle ne tient pas qu’à la qualité des produits ou de la prestation, mais à quelque chose de plus grand. Veux-tu bien nous parler de votre relation particulière avec Stéphanie, de vos valeurs communes ?

« Je ne suis pas la plus facile à aimer » pourrait être le titre de « mon film » ;) L’amitié de Stéphanie se mérite également, et s’éprouve tout au long du temps car elle demande des engagements.

Ce que j’ai appris sur le plan humain de 10 ans d’entrepreneuriat, c’est que tout le monde doit mettre des gages dans le chapeau, et ne pas se retrancher derrière son personal branding ou ses réalisations clients extraordinaires pour être quelqu’un de for-mi-da-ble. Etre bon l’un pour l’autre, c’est se donner mutuellement des raisons factuelles et objectives de gagner la confiance.

Avec le temps, Stéphanie et moi avons fait ce chemin très éloigné du paravent des étiquettes, et nous nous connaissons dans nos bons moments, comme dans les plus difficiles. Elle est une femme de goût et de recommandation, et bénéficier de son regard sur ce que l’on fait est précieux – c’est elle qui a réussi à me faire renoncer au rose fuchsia il y a quelques années dans ma charte graphique d’entreprise, et pourtant j’y tenais !!

 

Tu souhaites racheter un cinéma … parle-nous de cette aventure et de ce qui te fait vibrer à travers ce projet.

Il est vrai qu’en parallèle du développement de #TMLP, la salle alternative, est arrivée l’opportunité de reprise du cinéma « homologué » (c’est-à-dire du circuit officiel de salles en activité) de ma commune de résidence. Le projet est devenu public car nous fédérons les spectateurs amis de la salle pour renforcer notre dossier, qui pourrait devenir une coopérative (une SCIC).

Il n’en demeure pas moins que je suis une grande superstitieuse quand il s’agit de parler de ce qui me tient à cœur, et à date, sauf à affirmer définitivement que je suis un diffuseur de films, je ne sais pas exactement dans quelles conditions je vais exercer mon nouveau métier ces… 20 prochaines années ?...

 

Il paraît aussi que tu vas monter le tapis rouge de Cannes ! Raconte-nous…

… Je ne crois pas que les projections auxquelles je pourrai assister seront bordées par un tapis rouge à l’entrée !! J’ai une accréditation officielle du Festival de Cannes 2018 comme « association de cinéphiles » grâce, et avec, la MJC Jacques Tati d’Orsay qui m’a invitée à faire partie de leur propre délégation – ce qui est une chance extraordinaire !

Je me suis rendue dans beaucoup de festivals de cinéma dans ma vie, mais je ne suis jamais allée à Cannes, et j’avoue que cela ne me semblait même pas possible, trop verrouillé !... Je vais être la candide pendant 8 jours !

 

Pour le mot de la fin, dis-nous comment nous pouvons soutenir ton projet

The Movie Light Project a besoin de soutien en ligne ! Vous pouvez rejoindre la page Facebook ou le compte Instagram.

Quiconque croit en la puissance de la projection collective et à l’importance d’accéder à la plus grande diversité d’œuvres possible doit nous rejoindre. Le nombre de convaincus dans ses rangs est important quand on est un outsider ! Pour ceux qui souhaitent même s’investir à mes côtés dans la diffusion alternative des films, notamment en itinérance, il y a l’association TMLP Ciné Xanadu qui accueille des adhérents, et qui aura une AG importante sur le dernier trimestre de l’année, pour acter la suite, rdv sur HelloAsso.

 

Merci Stéphanie, beaucoup de succès à tous tes projets !

 

Interview menée et mise en forme par Cécile Douay
Rédactrice Web pour Mille et Une Feuilles

Crédit Photo : Laetitia Attali

Lire tout le message
Publié le par

Mille et Une Feuilles reçoit Henriette Groneveltd : "En Guyane, Noël est surtout une fête familiale et religieuse, sans trop de tralala."

Lire tout le message: Mille et Une Feuilles reçoit Henriette Groneveltd : "En Guyane, Noël est surtout une fête familiale et religieuse, sans trop de tralala."

Notre tour des traditions de Noël dans les DOM-TOM se termine en beauté… car en Guyane, c’est miss Guyane 2013 qui nous reçoit ! Quand Henriette Groneveltd nous parle de son Noël guyanais…

 

Stéphanie – Henriette, à 21 ans, tu as encore toute la vie devant toi ! Quels sont tes projets immédiats ?

Henriette – Eh bien, j'entame une année sabbatique. Mon objectif est de décrocher un travail afin de financer mes études, que je reprendrai à la rentrée prochaine. J’ai donc actuellement tout mon temps pour bien préparer les fêtes de Noël avec les membres de ma famille !

 

Stéphanie – Tu vas nous parler des traditions de Noël spécifiques à la Guyane. Qu'est-ce qui rend spécial un Noël guyanais ?

Henriette – La différence avec la métropole, c'est qu'à chaque période de Noël, nous avons des groupes musicaux qui se rassemblent dans une ambiance familiale pour chanter des cantiques de Noël, les fameux « chanté nwèl ». Leur particularité, c'est qu'ils sont chantés en créole guyanais.

Bien sûr, en cette petite saison des pluies, il fait 30°C et les pluies diluviennes alternent avec le grand soleil. Le sapin (artificiel !) a pris place dans les maisons, mais il y a peu de décorations dans les rues. Sur les quelques marchés de Noël, on trouve de l’artisanat local, des objets en bois d’essences amazoniennes.

Ici, Noël est surtout une fête familiale et religieuse, sans trop de tralala. Au menu, c’est jambon de Noël, boudin créole, marrons, mangue et « bindingwel », un gros gâteau plutôt bourratif.

Les Guyanais étant d’origines très diverses (Amérindiens, Noirs marrons, Créoles, Brésiliens, Guyaniens, Surinamiens, Haïtiens, Dominicains, Américains du sud, Chinois…), toutes les traditions se mélangent et peuvent différer d’une famille à une autre.


Stéphanie – As-tu un souvenir particulier d'un Noël passé en Guyane ?

Henriette – Oui, lorsque j'étais petite lors d'une kermesse organisée par les sapeurs pompiers pour les enfants de sapeurs, il fallait danser sur leur podium pour recevoir un calendrier de l'Avent, c'était amusant !

 

Stéphanie – Si tu étais le Père Noël, quelle tradition de Guyane aimerais-tu offrir aux métropolitains ?

Henriette – Celle des pétards ! Car ici, à minuit après la messe, il est de coutume de faire « péter les pétards » pour annoncer la naissance de Jésus au monde entier.

 

Stéphanie – En Guyane, est-il aussi de coutume d'envoyer des cartes de vœux ?

Henriette – Pas vraiment, car les proches sont à proximité, donc la plupart du temps on se déplace directement pour les repas en famille.

 

Stéphanie – Et si nous allions faire un petit tour dans la boutique Mille et Une Feuilles… Quel papier aimerais-tu utiliser, si tu faisais tes propres cartes de vœux ?

HenrietteSi j’avais à ma disposition des cartes Eclats d’or de Lalo, assorties avec les mêmes enveloppes, nul doute que j’en écrirais rien que pour le plaisir. Elles sont tout simplement sublimes !

 

Stéphanie – Enfin, quels sont tes produits coup de coeur dans le rayon loisirs créatifs ?

Henriette – Pour prendre des notes, griffonner une idée ou deux, je craque pour le carnet de voyage « Travel Album » de Clairefontaine. Et aussi pour le petit carnet Rhodiarama, en coquelicot il est à tomber ! Et aussi pour le carnet d’écriture Côté ville Côté campagne. Bref, j’adore les trois, je veux les trois J

 

 Merci Henriette, nous te souhaitons des fêtes de Noël très éclatantes !

 

Mis en forme par Cécile d'Orthozen

Rédactrice web

Crédit photo Comité Miss Guyane

Lire tout le message