Google

Messages sur ce sujet: papier écolo

Le Blog 1001 feuilles


Publié le par

Voyage à la découverte des papiers matière du monde. Troisième destination : l’Europe

Lire tout le message: Voyage à la découverte des papiers matière du monde. Troisième destination : l’Europe

Dernière étape de notre tour du monde des papiers matière du monde : l’Europe. Lisez bien jusqu’au bout, vous allez apprendre et être surpris !

Nous vous expliquions la dernière fois que la fabrication du papier avait atteint l’Afrique du Nord au XIIe siècle. A la même époque, elle arrive aussi en Europe via l’Espagne. Mais ce n’est qu’au XIIIe siècle que les moulins à papier apparaissent en Occident, d’abord en Italie puis en France au XIVe siècle.

Les chiffons de lin et de chanvre étaient humidifiés et macéraient au « pourrissoir » (des cuves) pendant plusieurs semaines. Ensuite, ils étaient broyés dans la pile à maillets (inventée au XIIIe siècle en Italie), actionnée par l’énergie hydraulique. Ce raffinage durait un à trois jours.

Avec la pile hollandaise apparue en 1673, les chiffons étaient déchiquetés en même temps que défibrage, rendant le pourrissoir inutile. L’ensemble des opérations ne prenaient alors plus que trois ou quatre heures.

Jusqu’au XIXe siècle, le chiffon de lin et de chanvre est la seule matière première utilisée pour la fabrication du papier. Plus tard, le coton sera introduit et ensuite le bois.

 

Le bois et le papier, une vraie histoire d’amour

De nos jours, l’industrie papetière française s’appuie sur deux sortes de matières premières : du bois pour 36% (plus de 7 millions de tonnes en 2015) et des papiers et cartons recyclés pour 64%.

Le bois utilisé pour la fabrication de la pâte à papier provient :

  • A ¾ des coupes d’éclaircies. Essentielles à l’entretien des forêts, ces coupes consistent à éliminer les arbres chétifs pour permettre aux plus beaux arbres de se développer de manière harmonieuse. Elles limitent aussi les risques d’incendie.
  • Pour le reste, le bois provient des chutes de l’activité de scierie pour l’ameublement, la construction et la menuiserie.

En France, l’industrie papetière représente ainsi un débouché essentiel pour les sous-produits de la forêt, tout en participant au développement de la sylviculture et à la santé de nos forêts.

 

La technique de fabrication du papier

Vous souvenez-vous des grandes étapes de la fabrication du papier à partir du bois ? Un petit rappel des 4 grandes étapes :

Première étape : la fabrication de la pâte à papier
Les fibres de cellulose, qui sont maintenues entre elles par de la lignine, sont séparées en râpant le bois sur des meules.

Deuxième étape : le blanchiment
Pour obtenir du papier blanc, des traitements chimiques sont appliqués à la pâte à papier.

Troisième étape : la fabrication de la feuille de papier
Pour débarrasser la pâte à papier de l’eau qu'elle contient, elle est projetée sur une toile en mouvement, puis pressée entre des rouleaux et enfin séchée.

Quatrième étape : la finition
Selon le rendu voulu, la feuille est lissée, recouverte de glaises, de pigments, de colorants... Enfin, elle est enroulée et découpée en bobines ou en feuilles, prêtes à livrer.

 

Aussi indispensable qu’innovant avec l’arrivée du papier minéral, le zéro papier n’est pas pour demain

C’est évident, l’humanité n’est pas prête de se passer de papier, et heureusement ! En 2013, 398 millions de tonnes de papier étaient consommés dans le monde chaque année. En tête des producteurs, l'Asie-Pacifique avec 46 % de la production mondiale, contre 26 % pour l'Europe et 22 % pour l'Amérique du Nord. Et la demande ne cesse d’augmenter.

Face aux défis écologiques posés par cette consommation massive, des innovations écologiques voient le jour.

Savez-vous que l’on fabrique aujourd’hui du papier minéral à base de pierre, matériau facile à trouver et présent en abondance sur terre ?

Le carbonate de calcium issu du calcaire des carrières utilisé dans l’industrie du bâtiment est réduit en poudre, puis lié avec des résines non toxiques et recyclables. Ce procédé de fabrication ne nécessite ni eau, ni liquide polluant, ni blanchiment, ni traitement.

Le papier ainsi obtenu présente de nombreuses qualités : résistant, lisse, souple, doux au toucher, durable, ne craint pas les tâches et ne coupe pas les doigts. Cerise sur le gâteau, il est résistant à l’eau, ce qui vous permet d’écrire sous la douche, quand l’inspiration se fait sentir !

Pour conclure notre série de l’été, un chiffre qui montre que les choses vont dans le bon sens : aujourd’hui en France, la moitié du papier est recyclée. Et cette tendance continue à progresser !

 

Le papier écologique n’a pas dit son dernier mot, et chez Mille et Une Feuilles, on adore !

 

Cecile Douay

Rédactrice Web pour Mille et Une Feuilles

Crédit photo : Feuille de Pierre

Lire tout le message
Publié le par

Innovation papier (3/3) : raisin, orange, cuir et … bouses d’éléphant comme matières premières

Lire tout le message: Innovation papier (3/3) : raisin, orange, cuir et … bouses d’éléphant comme matières premières

Voici la fin de notre série consacrée aux innovations papier, des idées qui devraient vous surprendre !

 

Des papiers à base de matériaux étonnants …

… comme le Crush Raisin, un papier conçu à partir des résidus de raisin issus de la production de vins et spiritueux. Idéal pour les étiquettes de vin !

En fait, c’est toute une gamme de papiers écologiques que le papetier italien Favini a conçue à partir de déchets agro-industriels, qui remplacent la pulpe de bois jusqu'à 15 %.

Raisin, mais aussi kiwi, cerise, agrumes, olive, maïs ou encore amande, noisette, café et lavande sont autant de composants qui lui permettent de produire des papiers aux couleurs et aux effets particuliers, de grammages entre 90 et 350 g/m² et destinés à de nombreuses applications : étiquettes résistant à l'humidité, brochures, cartes de visite, magazines et emballages.

Et il y a aussi le cuir. Remake est un papier compostable et recyclable fabriqué à partir de fibres issues du travail du cuir. 25% de ses composants proviennent du cuir, 30 % de fibres recyclées et 45 % de fibres de cellulose vierges certifiées FSC. C’est un papier d’une grande douceur et au rendu particulier du fait que les résidus de cuir sont visibles à la surface. Aussi, est-il dédié à l'impression haut de gamme et à l'emballage de luxe.

 

Du papier fabriqué avec de … la bouse d’éléphant !

Plus qu’une innovation, il s’agit surtout d’une curiosité. Depuis presque 20 ans, dans le sud de la France, au Moulin à papier de Brousses dans l’Aude exactement, André Durand et ses employés fabriquent du papier à partir de bouses d’éléphant récupérées à la réserve voisine de Sigean. Le papier qui en résulte est de très bonne qualité et bien heureusement… inodore, sain et stérilisé !

Une autre société française, ELE-POPO, fabrique également des produits écologiques et personnalisables à base de bouse d’éléphant.

Pour sa fondatrice, qui se fournit en matière première en Asie, ce processus de fabrication relève d’un véritable engagement éco-responsable. Son projet contribue en effet à mettre fin au braconnage et à la disparition des éléphants d’Asie : là-bas, ces animaux sont chassés ou tués afin de protéger les champs de cultures et les habitations, ils y sont aussi victimes de la déforestation et de la sécheresse.

La production de papier à partir de bouse d’éléphant est ainsi devenue un moyen de considérer autrement le pachyderme : il ne représente plus une menace, mais une ressource économique durable.

Sauver les éléphants, limiter la déforestation, créer des emplois, promouvoir le commerce équitable et l′éco-tourisme, supprimer le travail des enfants, favoriser l’art et les traditions : voilà tous les bénéfices offerts par ce mode de production pour le moins original.

Sans compter ses vertus écologiques, car cette fabrication nécessite moins d’énergie et moins d’eau, génère moins d’émissions de gaz à effet de serre, moins d’émissions de particules et moins de déchets solides.

 

Alors, qui pense encore que papier et éco-responsabilité sont incompatibles ?
 

Cécile Douay

Rédactrice web

Lire tout le message
Publié le par

Supports de communication pour auto-entrepreneurs et TPE : réussir sa communication papier écologique

Aujourd’hui, les secteurs industriel et agricole doivent réduire leurs émissions polluantes… et vous, auto-entrepreneurs et TPE, comment agissez-vous pour l’environnement ? Le secteur tertiaire a lui aussi la responsabilité de limiter son impact environnemental, notamment en ce qui concerne la communication papier. Votre papeterie en ligne Mille et Une Feuilles vous propose ce guide de la communication papier éco-responsable

 

Pourquoi agir au niveau des supports de communication papier ?

La production de papier fait partie des cinq activités économiques consommant le plus d’énergie au niveau mondial, et représente un quart des arbres abattus dans le monde. La fabrication d’une feuille de papier standard au format A4 nécessite une énergie équivalente à 10 Wh, soit environ 10 minutes d’éclairage avec une ampoule de 60 W (source ADEME) ! Selon Greenpeace, rien qu’en préférant le papier recyclé au papier classique, un employé de bureau peut épargner, chaque année, 12 arbres, 15 000 litres d’eau et l’équivalent énergétique de 720 litres de pétrole…

 

La recette pour une communication papier écolo et performante à la fois

Il est essentiel, pour une entreprise qui tient des discours et des engagements en terme de développement durable, d’être crédible en les appliquant dans ses publications papier. Voici comment bien communiquer tout en agissant réellement pour la planète.

  1. Raisonnez en amont : votre projet de communication papier présente-t-il un réel intérêt ? Avez-vous fait le maximum pour cibler au mieux votre public, afin de réduire la quantité de papier utilisé ?
  2. Papier recyclé ou vierge ? Contrairement aux idées reçues, le papier vierge ne signifie pas forcément déforestation. Vous pouvez choisir l’un ou l’autre, le plus important est qu’il réponde aux critères de l’écolabel officiel européen, qui certifie qu’il a été fabriqué « proprement ». Cependant, il faut savoir que le papier recyclé demande 2 fois moins d’énergie pour sa fabrication (source ADEME).
  3. Ajustez le grammage du papier : ni trop ni trop peu ! Vous consommerez moins de papier en ne choisissant que le grammage nécessaire.
  4. Pensez à une mise en page optimale : utilisez un maximum d’espace sur chaque feuille en réduisant les interlignes, les marges et la taille des polices de caractères… tout en vous assurant que votre publication reste digeste !
  5. Préférez des formats standards de documents (A3, A4, A5,…) : vous réduirez d’autant les chutes de papier lors de l’impression, et faciliterez l’emballage et la diffusion.
  6. inversion-couleur.jpgLimitez les aplats (fonds colorés), gourmands en encre. Inversez plutôt les couleurs !
  7. Ne choisissez que les finitions et effets spéciaux nécessaires : des effets métallisés ou un pelliculage (film plastique apposé sur le papier) implique l’emploi de produits chimiques et des difficultés de recyclage.
  8. Les encres : privilégiez les encres à base végétale (pour réduire l’utilisation de ressources non renouvelables pétrochimiques) ou les encres à l’eau (pour réduire l’usage de solvants).
  9. Si vous passez par un imprimeur, d’un point de vue environnemental, difficile de trancher entre la quadrichromie, la bichromie ou la monochromie. De manière générale, préférez des couleurs réalisables à partir d’une ou plusieurs des 4 couleurs de base de la quadrichromie (cyan, magenta, jaune, noir). En effet, l’impression en quadrichromie présente l’avantage d’optimiser les stocks d’encre et les opérations de nettoyage. Cependant, la bichromie ou la monochromie impliquent souvent une moindre consommation d’encre (moins d’aplats, moins de photos…).
  10. Mettez en avant votre démarche éco-responsable ! Vous pouvez mentionner par exemple les informations suivantes, qui valoriseront à coup sûr votre image :
  11. Choisissez les imprimeries labellisées « Imprim’vert ». Elles s’engagent à limiter les impacts des opérations d’impression, en éliminant les déchets polluants, en n’utilisant pas de produits toxiques et en sécurisant les liquides dangereux stockés.  

 

Et bien entendu, choisissez votre papier recyclé sur Mille et Une Feuilles !

forever-papier-recycle.jpgPapetier engagé, Mille et une Feuilles a sélectionné pour vous du papier recyclé issu des catalogues des papetiers français ayant une réelle politique de protection de l'environnement. Ainsi, vous pouvez acheter en ligne, parmi un vaste choix, vos papiers recyclés, cartes et enveloppes en papier recyclé de tous grammages et de toutes dimensions. A vous de jouer !  

 

Cécile d’Orthozen

Rédaction web et création de contenus

Lire tout le message