Google

Messages sur ce sujet: papiers

Le Blog 1001 feuilles


Publié le par

Mille et Une Feuilles a 7 ans ! Et dévoile la V3 de sa boutique e-commerce…

Voici un anniversaire bien particulier pour Mille et Une Feuilles ! 7 ans, c’est l'âge de raison, un âge idéal pour s’offrir la plus belle des enveloppes à décacheter… un nouveau site !

Le maître mot de cette V3, c’est « montée en gamme » : des produits de grande qualité, une affirmation de l’identité de marque et un éditorial plus pointu sur le blog.

 

Mille-et-une-feuilles-v3

 

Stéphanie, comment se traduit cette « montée en gamme » ?

Elle se concrétise tout d’abord à travers les produits proposés sur la boutique.

Extrêmement sensible aux textures, aux matières, aux couleurs, je considère le papier comme une matière noble, bien au-delà de l’utilisation quotidienne que nous en avons. C’est un support qui permet la transmission, qui garde la trace de notre mémoire individuelle et collective, qui favorise le rassemblement.

L’année dernière à la même époque, j’évoquais ma volonté d’offrir un choix plus large de papiers matières : des grains cuir, des papiers gaufrés, des papiers coton, des papiers fait main... L’arrivée dans la boutique des papiers G-Lalo, la référence haut de gamme du papier, fabriqués à Paris, témoigne de cette montée en gamme.

Je parlais également d’éthique à travers des produits qualitatifs, écologiques, sains et proposés au juste prix. Et aussi de loisirs créatifs enfants haut de gamme avec des produits sûrs pour leur santé et leur environnement.

Sur le blog, il s’agit de partager et de transmettre un savoir, une histoire, des connaissances, mais aussi de la passion et de l’amour ! C’est une démarche que l’on a engagé avec Cécile depuis plus de 2 ans maintenant.

Enfin, c’est cette nouvelle identité visuelle qui vient couronner le tout, accompagnée de la base-line « Mille et Une Feuilles, papeterie créative aux racines de votre créativité ».

Après 2 ans de réflexion et de travail, pour nos 7 ans, nous y voilà !

 

Quel est ton objectif avec cette V3 ?

Tout d’abord, je ne me reconnaissais plus dans le design de mon site, qui était axé très loisirs créatifs et non papiers de création.

Une entreprise bouge, évolue... le web et les consommateurs aussi ! Aujourd'hui, la tendance est aux sites visual design, c'est à dire avec de belles et grandes images pour laisser toute sa place au produit. C'est ce dont j'avais envie !

J'ai imaginé ce nouveau site comme un écrin, ou plus précisément comme une enveloppe. Cette enveloppe qui joue un rôle capital, car elle constitue la toute première accroche du message adressé à son destinataire. Il convient donc de la soigner : un format, une couleur ou un toucher inhabituel attire l’œil et génère un meilleur « taux d’ouverture ».

J'ai également soigné l'ambiance de cette nouvelle version, qui correspond mieux à mes valeurs et celles de mes clients. Si aujourd'hui mon site s'adresse toujours aux particuliers amoureux du papier, je travaille aussi avec des grands noms, tels YSL, Bonobo, L'hotel Five... Il était important pour moi que ces clients de prestige se sentent aussi bien accueillis dans ce nouvel écrin.

Bien entendu, les prix restent les mêmes, toujours justes, tout comme mes valeurs ne changent pas. Plus que jamais, je souhaite montrer ma connaissance du produit et ma technicité. Montrer le papier tel que je le conçois, revenir à mon cœur de métier, et c’est pour cela que les produits scrapbooking sont en vente jusqu’à épuisement du stock.

Ce travail de fond et de forme, je ne l'ai évidemment pas fait seule ! Je me suis entourée de partenaires de confiance que je manage comme une équipe sportive... Avec moi, je les entraîne jusqu'au final, jusqu’à LA finale. C’est pourquoi j’ai souhaité les mettre en avant et les laisser témoigner de notre travail collectif.

 

Céline Boura - Stéphanie a suivi ta formation en identité de marque de mai à octobre 2012. Que dirais-tu du chemin qu’elle a parcouru avec toi ?

J'étais la première étonnée que Stéphanie souhaite suivre ma formation car elle semblait tout à fait en phase avec son entreprise à ce moment-là. Mais les entrepreneurs sont bien plus complexes que ce qu'ils laissent paraître ! Dans son cas à elle, elle avait besoin de se poser après 5 années d'activité et de réussite à tous les niveaux, parce qu'elle pensait ne plus y être totalement à sa place et songeait même à vendre Mille et Une Feuilles.

Le travail que l'on a fait ensemble lui a permis de mettre le doigt sur des piliers essentiels de son identité de marque : d'abord le fait qu'elle était totalement légitime et à sa place dans cette activité de par son savoir-faire, mais aussi son savoir-être très apprécié de ses clients. Ensuite, que son métier ne consistait pas seulement à vendre du papier, mais à transmettre une vision basée sur ses valeurs : le besoin de transmettre, l'exigence de qualité, la sensibilité à l'environnement, la noblesse du papier qui provient de l'élément de la nature avec lequel elle a un attachement viscéral : l'arbre, symbole de la vie.

A partir de là, se sont dégagés des axes évidents pour mieux cibler sa clientèle, revaloriser son offre, personnaliser sa communication. Ce qu'on appelle "monter en gamme" : passer à l'étape supérieure en se recentrant sur ce qui fait son unicité. On peut piquer des idées, copier-coller des fiches produits, mais pas l'âme qui les nourrit ! Et cela fait toute la différence, surtout dans le e-commerce où tout le monde se bat pour se faire une place.

 

En quoi cette nouvelle version du site de Mille et Une Feuilles reflète-t-elle les valeurs de Stéphanie et de Mille et Une Feuilles ?

Ce nouveau site correspond en tous points aux axes de travail que nous avons définis pendant la formation : gagner en clarté dans le discours et dans l'image, refléter son professionnalisme pointu, véhiculer sa douceur et sa sensibilité, valoriser son expertise à travers des conseils ciblés. Son site est désormais à son image : haut de gamme, sans être luxueux. La nuance est de taille car le luxe induit une notion de distance, alors que le haut de gamme rend une marque à la fois plus moderne et plus mature.

Et surtout son nouveau site reflète la noblesse du papier comme une matière vivante, celle de la transmission.

C'est un très bel aboutissement de 2 années de travail en sous-marin, qui mérite d'être salué pour sa constance, sa cohérence et la volonté permanente de Stéphanie de travailler en accord avec elle-même et avec ses clients !

 

Fabrice Court - Tu as créé la nouvelle identité visuelle de Mille et Une Feuilles et le kit graphique du site internet. Quel était le brief de départ fourni par Stéphanie ?

Dans sa demande initiale, Stéphanie souhaitait que toutes ses activités gagnent en cohérence et en unité. Le thème de l'arbre a donc été privilégié aussi bien pour le nouvau logo de Mille et Une Feuilles que pour celui de Mes Ateliers SEO. Cette consigne était à la fois rassurante et troublante, car il s'agissait bien entendu de ne pas faire deux fois la même chose !

La distinction s'est finalement faite de façon aisée. Stéphanie désirait monter en gamme et échapper aux couleurs plus traditionnelles liées à l'activité papetière. Nous avons donc osé une couleur très franche et énergétique pour illustrer Mille et une feuilles. Cette couleur est accompagnée d'une gamme de couleurs chaudes qui donnent de la variété à la charte tout en lui garantissant beaucoup d'unité.

Si je dis "nous" en m'exprimant sur ces choix, c’est parce que j'ai ressenti que l’on partageait une véritable aventure commune dans ce travail. Stéphanie donnait le cap et moi j’optais pour les différents choix : le choix de la route, le choix du bateau, le réglage des voiles… Nous étions deux à bord et la traversée fut passionnante !

Dans un article publié sur mon site, j’explique d’ailleurs plus précisément la démarche de création du logo de Mille et Une Feuilles.

 

Dans cette aventure, quel a été pour toi le plus grand challenge à relever ?

Comme lors de toute création de logo, on n'est jamais sûr de réussir avant d'y être parvenu. Ce n'est pas un manque d'assurance, mais une humilité et une vigilance nécessaire qu'il faut maintenir pour garder toute sa concentration. A partir d'un certain stade, lorsque le client valide une proposition qui le séduit, on parvient à un premier palier jubilatoire, car on sent que l'arrivée est possible. Ce stade a été atteint dans les temps.

Fondamentalement le vrai challenge a été de travailler avec un template beaucoup plus strict et moins propice à la personnalisation qu'à l’accoutumée, de sorte qu'il a fallu inventer de nouvelles solutions techniques et artistiques pour obtenir le rendu que nous désirions. En tant que créatif et webdesigner, j’ai été quelque peu frustré de ne pas pouvoir réaliser tous les habillages issus de mon magination fertile ! C’était sans compter l'astuce de Stéphanie et ma créativité, qui nous ont permis d’atteindre un résultat à la hauteur de nos espérances ! Nos boites à lettres mail sont encore rouges de tous les documents, tests et échanges productifs que nous avons menés ensemble :)

 

Cécile Douay - Depuis 5 ans, tu rédiges le blog de Mille et Une Feuilles. Comment la ligne éditoriale a-t-elle évolué ?

Il faut dire qu’avec Stéphanie, nous avons une façon bien rodée de travailler ensemble ! Comme le dit très justement Fabrice, elle me donne le cap, les sujets et les sources d’information, avec la certitude qu’elle aura du premier coup un résultat qui répond parfaitement à ses attentes : des articles au contenu riche, des mots bien choisis pour véhiculer ses idées, son expertise et ses valeurs. C’est tout ce que j’adore faire, et je suis toujours ébahie de voir ses nouvelles idées d’articles. J’ai l’impression d’un domaine inépuisable à explorer… il faut dire que les choix et l’engagement de Stéphanie donnent matière à écrire !

Suite à la formation que Stéphanie a suivi avec Céline, il y a eu une vraie évolution de la ligne éditoriale du blog. A ce moment-là, elle m’a parlé d’expertise, de valeurs, d’éthique, d’engagement, de passion. Une nouvelle direction était donnée pour qu’à travers chaque article je transmette ce petit plus qui fait toute la différence.

Pour une plus grande proximité, le « je » et le « nous » sont apparus.

Là où nous évoquions précédemment des produits, des marques, des tutoriels et des activités manuelles, nous nous sommes mises à aborder des thèmes environnementaux, des vœux engagés, des sujets très documentés comme l’histoire des couleurs et des séries thématiques très poussées sur le papier à travers le monde, les musées du papier et la toute dernière sur les métiers du papier. Entre autres…

 

 Quelle est la valeur ajoutée des articles publiés sur le blog, à qui s’adressent-ils ?

Les articles que je rédige pour le blog de Mille et Une Feuilles sont loin de ne s’adresser qu’à ses clients… Ils sont une vraie source d’information et de découverte pour les passionnés du papier, mais aussi pour les férus de culture.

Ces articles apportent aussi une réelle plus value pour une boutique en ligne, où le manque de contact visuel et physique implique que l’on se dévoile autrement, que l’on trouve les mots pour montrer son savoir-faire et sa vision. Ces rendez-vous mensuels sont une excellente façon de maintenir le contact, de faire vivre la boutique, de montrer qui est à la barre !

La spécialiste du référencement naturel que je suis rajoutera que ces articles nourrissent régulièrement le site en nouveaux contenus, ce qui permet de travailler les mots-clés et d’augmenter sa visibilité sur les moteurs de recherche ! Avec le maître mot : écrire pour le lecteur, tout en faisant plaisir à Google ;-)

 

Je vous souhaite beaucoup de plaisir à découvrir cette nouvelle version de la boutique de Mille et Une Feuilles… autant que nous en avons eu à la concocter !

Bel et heureux anniversaire Mille et Une Feuilles et belle réussite à cette V3 !

 

Cécile Douay

Rédactrice de blog professionnel

Lire tout le message
Publié le par

Histoire(s) d'arbres pour nos vœux les plus sincères en 2014 !

Histoire(s) d'arbres pour nos vœux les plus sincères en 2014 !Imaginez un arbre. Un arbre aux multiples branches. Mais cet arbre particulier n'a pas de feuilles

Maintenant, pensez à tout ce que vous souhaitez de meilleur en 2014, pour vous et vos proches. Chacun de ces vœux, écrivez-les sur de petits papiers. Comme autant de demandes secrètes envoyées à l'univers…

Et voilà de jolies feuilles pour notre arbre ! Alors, on les accroche ?!!!

Cet arbre particulier, vous l'avez deviné, c'est un arbre à vœux ! Mais connaissez-vous les origines de cette tradition au succès grandissant chez nous ? Votre papeterie créative vous rapporte ces deux légendes, l'une japonaise, l'autre indienne, chacune tout aussi magiques.

 

Au Japon, une histoire d'amour est à l'origine de l’arbre à vœux.

Tombée amoureuse d'un mortel nommé Hikobushi, la déesse tisserande Orihime décide de quitter le monde des dieux pour l'épouser. Des années plus tard, ramenée par ses parents dans le monde céleste et séparée du monde de son époux par une rivière infranchissable - la Voie Lactée, les amants et leurs deux enfants sombrent dans le chagrin. Pour les apaiser, les Dieux leur permettent alors de se retrouver la septième nuit du septième mois de chaque année.

C'est ainsi que le 7 juillet, les Japonais fêtent Tanabata. Sur de petites feuilles de couleurs appelées tanzaku, chacun inscrit ses vœux puis les attache à des branches de bambou. La légende dit qu'Orihime et Hikoboshi exauceront ces vœux, mais seulement après que l’arbre en bambou ait été jeté dans un fleuve, ou brûlé, vers minuit ou le jour suivant…

 

En Inde, l'arbre Kalpataru exauce les souhaits.

Symbole de vie éternelle pour les hindouistes, lien entre les hommes et les Dieux, cet arbre sacré est ancré aussi bien à la terre par ses racines, qu'au ciel avec ses branches.

La légende est la suivante… Alors que le sage conseillât aux enfants de confier leurs désirs au Kalpataru, ils virent tous leurs vœux réalisés. Mais en même temps, se réalisa leur contraire : avec les bonbons, ils reçurent le mal de ventre, avec les jouets ils obtinrent l’ennui. Devenus adultes, l'arbre leur accorda la richesse demandée, en même temps que la cupidité, le pouvoir en même temps que l'anxiété, la renommée avec la frustration. Une fois vieux et à nouveau rassemblés sous l'arbre, certains demandèrent la mort, et récoltèrent en échange leur renaissance… quelque part dans le cosmos.

Un enfant, observant le résultat de ces vœux, toujours accompagnés de leur contraire et de souffrance, éprouva tant de compassion pour les autres qu'il en oublia de désirer quoi que ce soit. S'étant ainsi coupé de tout attachement, lui seul devint un homme libéré.

S'appuyant sur cette morale, la tradition veut désormais que, tout en confiant ses souhaits à un arbre, on se détache de leur désir en les remettant aux Dieux.

 

Histoire(s) d'arbres pour nos vœux les plus sincères en 2014 !2013… 2014

Pour ses voeux 2013, Mille et Une Feuilles vous dédiait la plantation de 20 arbres au Pérou, dans le cadre du projet de reforestation Pur Projet.

2014 arrive, et une nouvelle fois nous avons à cœur de partager avec vous notre attachement aux arbres et au papier recyclé.

A l'aube de cette nouvelle année, nous vous souhaitons de savourer, le plus souvent possible, de doux et merveilleux moments de sérénité, le temps d'une pause au pied d'un arbre....

 

Meilleurs vœux pour 2014, puisse cette nouvelle année nous offrir le plaisir de faire grandir ensemble vos projets !!

 

Cécile d’Orthozen

Rédaction web

Lire tout le message
Publié le par

Mille et Une Feuilles reçoit Elise Le Pallabre : "Un Noël breton, chez moi, est dans l’assiette !".

Mille et Une Feuilles reçoit Elise Le Pallabre : "Un Noël breton, chez moi, est dans l’assiette !".Voici venue la fin de notre périple des traditions de Noël à travers monde. Et nous bouclons la boucle en … Bretagne !! Là, nous y avons rencontré la créatrice de cosmétiques naturels Elise Le Pallabre, qui nous parle de ses coutumes de Noël.

 

Stéphanie - Elise, peux-tu nous présenter ton activité ?

Elise J’ai créé HEULIAD, une ligne de cosmétiques qui réveillent l’envie de prendre soin de soi et de sa féminité. J’aime dire que cette ligne de soins 100 % d’origine naturelle est à l’image de la Bretagne : avant-gardiste, vivifiante et solidaire. Heuliad signifie film, roman ou cycle en breton : chaque crème est en elle-même toute une histoire, qui aide à se sentir belle et bien dans sa peau…

 

Stéphanie – Parle-nous de ta Bretagne…

Tradition de noel en bretagneElise –  Je suis née en Bretagne, toute ma famille est bretonne depuis bien longtemps, alors bretonne oui ! 100 % pur beurre salé… Cette région est vraiment tout ce que j’aime : belle, dynamique, créative, surprenante et à forte valeur humaine !

 

Stéphanie – Qu'est-ce qui rend spécial un Noël breton ?

Elise – Un Noël breton, chez moi, est dans l’assiette ! C’est la fameuse tradition du homard au kari gosse… un homard breton accompagné de cette épice magique, créée dans le Morbihan et appelée kari gosse. Il y a aussi la purée de nèfles, les magnifiques décorations de table, avec des paillettes, des bougies, des serviettes en papier ultra-créatives ET la petite carte faite maison pour mettre les prénoms de toute la famille.

Noël en Bretagne, c’est aussi le sapin naturel, un épicéa, appelé "arbre de l'enfantement" dans la tradition celte. Il est décoré de jolies boules de toutes les couleurs et de plusieurs figurines ou dessins faits maison par les enfants (et les grands enfants !). J’ai aussi en tête le feu de cheminée, où l'on est censé mettre une bûche à brûler jusqu'à la fête des rois.

La messe de minuit, quant à elle, est toujours très suivie. Dans certains endroits, au moment où les cloches sonnent, on aurait vu des menhirs aller boire au ruisseau... Une autre légende dit qu'à l'instant de la consécration, une chandelle s'allume partout où un trésor est caché et que l'eau des puits et des fontaines se change en vin…

En ce qui concerne l’emballage des cadeaux, il a pour moi une grande importance : le papier, le bolduc et les couleurs qui changent chaque année, c’est mon petit plaisir. Pour des cadeaux qui font rêver bien avant de les ouvrir…

 

Stéphanie – Reçois-tu encore des cartes de vœux fait main ?

Elise –  Oui ! même si cela se perd un peu il faut bien l’avouer. J’envoie et je reçois des cartes fabriquées avec des magazines, y compris les enveloppes (l’art postal !), ou encore des cartes au profit d’associations humanitaires. Le fait maison concerne davantage les faire-part de mariage et de naissance, dans mon entourage en tous cas.

 

Stéphanie – Quels sont tes meilleurs souvenirs de Noël ?

Elise –  Tout le charme de Noël pour moi, est de retrouver toute la famille. Dans l'année, c’est un moment suffisamment sacré pour que ceux qui sont partis reviennent en Bretagne. Chaque fois, l'ambiance a une saveur particulière. C’est cela qui retient mon attention, l’intensité des échanges, des rires, ou des flops aussi parfois…

 

Stéphanie – Quelle tradition as-tu à cœur de respecter à chaque Noël ?

Elise – J’aime bien aller en famille cueillir le gui dans l’après-midi, pour le mettre au-dessus de la porte comme porte-bonheur. Il s’agit ensuite de s’embrasser sous le gui pour que l’amour dure toujours…

 

Idée cadeau de Noel pour enfant créatifStéphanie – Et si nous allions faire un tour dans la boutique Mille et Une Feuilles… Quel papier aimerais-tu utiliser pour réaliser tes propres cartes de vœux ?

Elise –  Je choisis le papier pailleté et son enveloppe tout aussi pailletée, or ou argent selon l’envie de l’année. Cette année ce sera argent… Cela aurait pu être aussi le papier et l’enveloppe 100% recyclée Forever, en jaune ! Je ne m’en lasse pas tout le reste de l’année…

 

Stéphanie – Enfin, pour un cadeau de Noël créatif pour enfant, quels seraient tes coups de coeur dans le rayon loisirs créatifs ?

Elise –  Je vais commencer par souffler au Père Noël une idée cadeau pour mes filles : un kit créatif ! Je sais qu'elles seraient très attirées aussi par les stickers de Noël, les gommettes à colorier ou le cahier de coloriage Graffy Pop Mask Venezia. Ou encore par un coffret tampons, même si je crains l’envolée créative liée aux tampons, qui poussent à tamponner un peu partout… mais bon, on ne va pas freiner leur créativité ! ;-)

 

Merci Elise et… Nedeleg laouen !

 

Mis en forme par Cécile d'Orthozen

Rédaction web

Lire tout le message
Publié le par

Mille et Une Feuilles reçoit Audrey Harvey : "Au Canada, l'esprit de Noël nous envahit très tôt, lorsque les premières neiges arrivent".

Audrey HarveyRetour dans l'hémisphère nord pour notre tour du monde des traditions de Noël. Aujourd'hui, nous rencontrons la québécoise Audrey Harvey. Cette peintre décoratrice et créatrice de luminaires, qui vit toujours au Canada, nous parle de ses coutumes de Noël.

 

Stéphanie - Audrey, peux-tu nous présenter ton activité et ton actualité ?

Audrey Je suis peintre décoratrice depuis de nombreuses années, et j'ai voulu aussi développer une autre de mes passions en créant LANTERNA, une petite entreprise de conception de luminaires exclusifs. J'amalgame différents matériaux, dont le papier fait main. En ce moment, je suis en recherche et développement de nouveaux modèles, en parallèle de ma carrière de peintre décoratrice.

 

Stéphanie – Parle-nous de ton Canada…

tradition de noel au canadaAudrey – Je suis née au Canada, au Québec plus précisément, cette province francophone bien connue de nos cousins français ! J'habite dans les montagnes, là où l’on retrouve deux symboles de Noël par excellence: le sapin et la neige - qui arrive tôt en octobre et disparaît tard en avril.

 

Stéphanie – Qu'est-ce qui rend spécial un Noël canadien ?

Audrey – L'esprit de Noël nous envahit très tôt. Lorsque les premières neiges arrivent, elles provoquent une certaine euphorie dans le cœur des grands et des petits. Nous ressentons alors l'excitation des fêtes qui approchent. À la mi-novembre, on voit apparaître guirlandes, couronnes et décorations lumineuses à l'extérieur des maisons. Se promener dans les rues enneigées le soir devient un moment féerique. Dans les écoles, les enfants, tels des petits lutins, bricolent des ornements qu'ils viendront ajouter fièrement au sapin. Et bien sûr, il y a le calendrier de l'Avent, objet magique pour les petits car chaque petite porte renferme une surprise chocolatée…

Dans les cuisines, on prépare les mets traditionnels. Chez nous, c'est la tourtière, sorte de pâté gigantesque fabriqué, à l'origine, avec des viandes de gibier tel que le lièvre et l'orignal, que l'on fait mariner plusieurs jours avec des pommes de terre. Accompagné de ketchup fait maison, c'est le repas de Noël par excellence. Et pour dessert, il y a l'incontournable bûche de Noël. Tout cela est servi sur une grande table, recouverte d'une nappe aux couleurs de Noël, ornée de chandeliers et d'un centre de table décoré de papiers et de boules argentées ou dorées qui scintillent pendant le repas.

C'est justement ce côté étincelant des décorations et des papiers cadeaux qui nous rend si fébriles et heureux, car toute cette brillance se retrouve dans nos yeux et dans notre cœur.

 

Stéphanie – Au Canada, est-il aussi de coutume d'envoyer des cartes de vœux ?

Audrey –  Je ne peux pas parler pour tout le monde, mais je dirais que la plupart des gens autour de moi sont conscients du problème de la surconsommation. C'est pourquoi beaucoup accordent une grande importance à ce qui est fait avec soin et amour. Noël est une occasion parfaite pour plusieurs de faire preuve de créativité et de mettre un peu de soi dans ce qu'ils offrent, et donc de fabriquer eux-mêmes leurs cartes ou leur cadeaux.

 

Stéphanie – As-tu un souvenir particulier d'un Noël passé au Canada ?

Audrey –  Bien sûr ! Lorsque j'étais jeune, toute la famille avait coutume de se réunir chez ma tante et nous étions nombreux ! Le soir, nous devions nous coucher, nous les enfants, avant de partir pour la messe de minuit. Bien évidemment, il nous était impossible de dormir, tant nous étions surexcités par l'arrivée du Père Noël et des cadeaux ! Couchés tous ensemble dans le sous-sol, ce n'était que fous-rires et chuchotements. Après avoir fait notre petite "sieste", nous mettions nos plus beaux habits et nous marchions vers l'église. Je me rappelle la blancheur immaculée de la neige qui recouvrait les chemins de plusieurs pieds, les gros flocons qui tombaient du ciel et les lumières multicolores des décorations qui ornaient les maisons. Ces Noëls resteront gravés à tout jamais dans ma mémoire, car ils sont auréolés de magie.

 

Stéphanie – Quelles traditions canadiennes as-tu à cœur de respecter à chaque Noël ?

Audrey – La décoration du sapin est un élément essentiel et chaque année, nous mettons un point d'honneur, avec ma petite fille, à fabriquer des petites maisons au pied de l'arbre (pour les lutins de Noël qui passent pendant la nuit et laissent des surprises). Le repas de Noël demeure lui aussi d’une grande importance. Comme les familles sont plus petites de nos jours, les amis se greffent à la célébration autour de la table et apportent avec eux des mets qui ne sont pas nécessairement traditionnels, mais qui permettent de découvrir les talents culinaires de tout un chacun. Et bien sûr, le Père Noël passe toujours faire un p'tit tour…

 

papier pailleté pour carte de voeuxStéphanie – Et si nous allions faire un tour dans la boutique Mille et Une Feuilles… Quel papier aimerais-tu utiliser pour réaliser tes propres cartes de vœux ?

Audrey –  Pour la fabrication de mes cartes de vœux, j'utiliserais certainement le papier pailleté or Antalis Collection, le papier recyclé Forever dont les couleurs sont vives et inspirantes et aussi le papier métallisé Antalis Collection.

 

Stéphanie – Enfin, pour un cadeau de Noël créatif pour enfant, quels seraient tes quatre coups de coeur dans le rayon loisirs créatifs ?

Audrey – Seulement 4 ? Allez, j'en ai choisi 6 et encore, il faut que je me retienne ! Mon premier coup de cœur pour ma fille (et pour moi si j’avais encore de petites mains), ce sont les ciseaux pour enfants en forme d'animaux Fiskars. Ensuite, la perforatrice emporte-pièce Fiskars, les cartons ondulés Mini Clairefontaine, le carton-miroir holographique Maildor, le papier crépon et finalement, le papier de soie.

 

Merci Audrey, et scintillantes fêtes de Noël !

 

Mis en forme par Cécile d'Orthozen

Rédactrice SEO

Lire tout le message
Publié le par

Mille et Une Feuilles reçoit Ann-Louise de La Poype : " En Nouvelle-Zélande à Noël, les coutumes occidentales se mêlent aux rites maoris".

Mille et Une Feuilles reçoit Ann-Louise de La Poype : " En Nouvelle-Zélande à Noël, les coutumes occidentales se mêlent aux rites maoris".Après l'Australie, nous restons en-dessous du globe… Rendez-vous avec la journaliste Ann-Louise de La Poype, qui nous parle de la Nouvelle Zélande et de ses traditions de Noël. Un peu de chaleur au milieu de notre hiver…

 

Stéphanie - Ann-Louise, peux-tu nous présenter ton activité et ton actualité ?

Ann-Louise - Journaliste de formation, je suis une mordue du monde numérique ! J'ai repris mes études afin de travailler dans ce domaine, et c'est ce projet que je concrétise actuellement avec la création de contenus web en anglais pour des clients industriels. Je viens également d'intégrer l'équipe Digital Marketing de l'ESSCA à Angers, en tant qu'intervenante sur les questions liées à l'environnement numérique. Je trouve que le consommateur a beaucoup plus de pouvoir grâce à internet et que cela change profondément les données pour beaucoup de business. En parallèle, chacun d'entre nous doit faire face à la question primordiale du respect de la vie privée. Mais je m'arrête là, car le sujet du jour est ailleurs ! 

 

Stéphanie – Parle-nous de ta Nouvelle-Zélande…

Mille et Une Feuilles reçoit Ann-Louise de La Poype : " En Nouvelle-Zélande à Noël, les coutumes occidentales se mêlent aux rites maoris".Ann-Louise – Je considère que j'ai trois pays d'origine : née en Angleterre, je suis de nationalité néo-zélandaise et j'ai passé une bonne partie de mon enfance en Australie. J'ai des souvenirs de Noël passé dans chacun de ces trois pays. C'est très intéressant de répondre à tes questions, Stéphanie, car je me rends compte qu'il y a énormément de détails et de symboles qui sont restés gravés dans mon ADN !

Année après année, notre arbre de Noël était toujours décoré avec les mêmes objets. Il y avait deux anges blancs en raphia que j'adorais. L'ambiance à la maison était chaleureuse et il faisait chaud à l'extérieur. Sur la table, il y avait des pétards de Noël en forme de bonbon géant en papier glacé rouge, vert et doré. Avant de commencer le repas, on les tirait avec son voisin de table et cela faisait un bruit très particulier ! En guise de récompense, il y avait souvent un petit gri-gri qui tombait juste après le "craccc". Chaque pétard contenait aussi deux chapeaux couronnes en papier fin, que l'on était obligé de porter pendant tout le repas !

 

Stéphanie – Qu'est-ce qui rend spécial un Noël néo-zélandais ?

Ann-Louise – En Nouvelle-Zélande, les coutumes occidentales se mêlent aux rites maoris. Là-bas, l'arbre de Noël n'est pas un sapin, mais un arbre à fleurs rouges écarlates appelé "pohutukawa". Mais on y voit aussi des fenêtres décorées avec de la fausse neige et des illuminations dans les rues !

Comme c'est l'été, le repas est souvent organisé sur la plage. Il est composé de côtes d'agneau cuites au barbecue et de légumes. En dessert, la "pavlova"est servie avec des kiwis et des fraises. Il s'agit d'une sorte de meringue à la crème fouettée.

 

Stéphanie – En Nouvelle Zélande, est-il aussi de coutume d'envoyer des cartes de vœux ?

Ann-Louise –  Envoyer et recevoir des cartes de voeux est une tradition presque sacrée dans les pays anglophones. Peut-être parce que beaucoup de personnes ont de la famille et des amis éparpillés dans le monde. C'est une façon de garder le contact, d'envoyer un photo, de donner les nouvelles de l'année passée. Souvent, les gens exposent leurs cartes partout dans le salon ou dans la salle à manger en les attachant sur une ficelle, de telle sorte que cela fasse une guirlande de cartes de voeux. 

Lorsque j'étais enfant, en Australie, j'étais émerveillée par les cartes envoyées chez nous depuis l'hémisphère nord. Les images qui restent imprégnées dans ma mémoire sont celles de cartes avec des bonshommes de neige, des églises enneigées, avec des détails en argent et or... elles me paraissaient toujours fascinantes, comme d'un autre monde alors que nous étions ce jour-là habillés en t-shirt !

 

Stéphanie – As-tu un souvenir particulier d'un Noël passé en Nouvelle Zélande ?

Ann-Louise –  J'ai un souvenir qui m'est cher, lorsque nous sommes allés pour la première fois en Nouvelle Zélande avec ma première fille. Elle avait alors trois ans. Ma mère, excellente cuisinière, nous avait préparé un repas de Noël comme toujours : jambon dressé avec l'ananas, une bonne dinde, des pommes de terre rôties, des petits pois, une sauce délicieuse, de la confiture de coing en accompagnement et un pudding avec une crème anglaise très épaisse. Ensuite, il y avait le gâteau de Noël, plein de fruits secs comme toujours. C'était un repas fantastique. Nous nous sommes régalés avec une température extérieure de +30°C !!! Ma mère tenait à nous servir le repas traditionnel malgré la chaleur.

 

Stéphanie – Quelle tradition de Nouvelle Zélande as-tu rapporté en France et que tu as à cœur de respecter à chaque Noël ?

Ann-Louise – A chaque Noël, et malgré la chaleur, Maman préparait des puddings et le gâteau de Noël bien en avance. Elle nous appelait toujours quand elle remuait les ingrédients pour que nos vœux secrets soient intégrés au mélange. Il fallait fermer les yeux et prononcer silencieusement son voeu tout en remuant. Ce rite, je le perpétue ici en France, mais j'ai laissé tomber les puddings !

 

Idée cadeaux noel enfant créatifStéphanie – Et si nous allions faire un tour dans la boutique Mille et Une Feuilles… Quel papier aimerais-tu utiliser pour réaliser tes propres cartes de vœux ?

Ann-Louise –  J'adore le papier vergé pour écrire un mot, puis le plier en deux et coller une photo dessus. J'aime les papiers qui aiment la plume, agréables au toucher. Le papier parchemin est aussi superbe pour sa tonalité, son histoire.

 

Stéphanie – Enfin, pour un cadeau de Noël créatif pour enfant, quel serait ton coup de coeur dans le rayon loisirs créatifs ?

Ann-Louise – Je trouve qu'en général nous n'encourageons pas suffisamment nos enfants à la créativité, la peinture et le dessin. Mes produits coup de cœur ? Les kits créatifs de peinture et les poupées du monde à peindre. Le papier kraft, indispensable à la maison, et enfin des papiers crépon pour les déguisements.

 

Merci Ann-Louise, et chaleureuses fêtes de Noël !

 

Derniers jours pour bénéficier des frais de port offerts !

Jusqu'au 15 décembre, Mille et Une Feuilles vous offre les frais de port pour toute commande expédiée en France métropolitaine, de plus de 37 € et contenant au moins un jeu éducatif créatif pour enfant ou un livre sur les loisirs créatifs.

Pour en profiter, mentionnez le code NOEL 2013 au moment de valider votre panier.

 

Mis en forme par Cécile d'Orthozen

Rédactrice web freelance

Lire tout le message
Publié le par

Mille et Une Feuilles reçoit Pamela Querol : "Noël est un moment de grande joie à l'île Maurice. On célèbre, on danse, on chante et on fait sonner les pétards".

Pamela Querol - La belle du PirateNous tournons, tournons autour de la terre… jusqu'à Noël, à la découverte des différentes traditions. Aujourd'hui, direction l'île Maurice, et c'est Pamela Querol, créatrice de la marque de bijoux La Belle du Pirate, et originaire de la "Perle de l'Océan indien", qui nous parle des coutumes de Noël mauriciennes.

 

Stéphanie - Pamela, peux-tu nous présenter ton activité et ton actualité ?

Pamela - Je suis une créatrice de bijoux, fondatrice de la marque LA BELLE DU PIRATE. Pour la réalisation de mes bijoux, j'utilise des perles d'eau douce, de la nacre et des coquillages. Je crée un univers de poésie et de douceur qui puise son inspiration de l'île Maurice. Originaire de cette île, mon souhait est de permettre à chacun d'accéder, à travers ma marque, à une part de ce rêve. La nature est présente à travers mes bijoux. J'utilise, par ailleurs, des pierres gemmes (semi précieuses) : du quartz, de l'agate, de l'améthyste, qui viennent notamment de Madagascar. Les belles matières sont aussi à la base de mes créations. Mon actualité du moment ? Mettre rapidement en place un site de vente en ligne !

 

Stéphanie – Parle-nous de "ton" île Maurice…

Tradition de Noel à l'Ile MauricePamela – L'île Maurice est mon lieu de naissance, celui de mon enfance bercée de légendes de pirates et de trésors enfouis au fond des océans. Une enfance passée à l'ombre des cannes à sucre, dans une maison en bois ornée d'une bordure de dentelle en métal que l'on appelle lambrequin... un lieu où les gens sont polis et discrets, un lieu où se mêlent différentes cultures : française, indienne, créole et chinoise.

 

Stéphanie – Qu'est-ce qui rend spécial un Noël mauricien ?

Pamela – Noël est un moment intense à l'île Maurice, où les chrétiens célèbrent la naissance de Jésus dans une grande joie. Cette frénésie autour de Noël est également vécue par les hindous, musulmans et bouddhistes de l'île. On cherche fébrilement les cadeaux qui plairont à notre entourage. Puis, on s'arrête de travailler pour célébrer, danser, chanter et faire "sonner les pétards", comme on dit là-bas. C'est avant tout une fête qui se vit en famille, autour d'un repas traditionnel, précédé d'une prière d'actions de grâce.

Il ne faut pas oublier qu'en décembre, c'est l'été à l'île Maurice. Donc, Noël se fête en débardeur et en tongs !

Pour la déco, ce sont de belles fleurs qui ornent les tables. Selon la tradition venue d'Europe, les cadeaux soigneusement emballés de papiers cadeau sont déposés sous le sapin de Noël. Eh oui, les sapins poussent aussi à l'île Maurice !

 

Stéphanie – A Maurice, est-il aussi de coutume d'envoyer des cartes de vœux ?

Pamela – Oui, à l'île Maurice, la coutume est aussi de s'envoyer des cartes de voeux. Au niveau de la formulation, tout dépendra de l'humeur de vos amis ! Vous pouvez donc recevoir un  "Joyeux Noël", un "Best Wishes" ou un "Zoyé Noël" créole. Les gens fabriquaient autrefois leurs cartes. Aujourd'hui, on a plus souvent le réflexe d'aller en acheter dans le commerce. J'ai aussi le souvenir de cartes artisanales en fleurs séchées.

 

Stéphanie – As-tu un souvenir particulier d'un Noël passé à l'île Maurice ?

Pamela – Oui, j'ai le souvenir de merveilleux moments passés au bord de la mer, de feux de bois à la tombée de la nuit, de repas pleins de rires, de currys épicés, de cadeaux sous le sapin et de séga, la danse locale.

 

Stéphanie – Quelle tradition d'île Maurice as-tu rapporté en France et que tu as à cœur de respecter à chaque Noël ?

Pamela – Comme il fait froid, c'est très difficile de transposer ici les traditions mauriciennes. Alors, on recrée cette ambiance dans nos coeurs, d'abord en allant à la messe de Noël, puis en partageant un excellent repas en famille.

 

Idée cadeau coffret créatif enfantStéphanie – Et si nous allions faire un tour dans la boutique Mille et Une Feuilles… Quel papier aimerais-tu utiliser pour ta déco de Noël et tes propres cartes de vœux ?

Pamela – Pour la déco, j'opterais pour la gamme des papiers recyclés Forever et pour les cartes de vœux, le papier matière avec des incrustations de végétaux.

 

Stéphanie – Enfin, pour un cadeau de Noël créatif pour enfant, quel serait ton coup de coeur dans le rayon loisirs créatifs ?

Pamela – Moi, je craque pour les kits créatifs, ce sont d'excellents jeux éducatifs ! Mes préférés ?

 

Merci Pamela, et joyeuse fête de Noël !

 

Et jusqu'au 15 décembre, Mille et Une Feuilles vous gâte aussi !

Les frais de port vous sont offerts vers la France métropolitaine, pour toute commande de plus de 37 € et contenant au moins un jeu éducatif créatif pour enfant ou un livre sur les loisirs créatifs.

Pour en profiter, mentionnez le code NOEL 2013 au moment de valider votre panier.

 

Mis en forme par Cécile d'Orthozen

Optimisation SEO

Lire tout le message
Publié le par

Mille et Une Feuilles reçoit Nathalie Bellec : "L'Allemagne est un pays qui garde très fortement ancrées ses traditions de Noël "

Nathalie Bellec nous parle de la tradition de Noël en AllemagneNotre tour du monde des traditions de Noël se poursuit en Allemagne. Quel plaisir nous avons de vous embarquer dans cette série aussi enrichissante que dépaysante !

Aujourd'hui, nous accueillons Nathalie Bellec, co-fondatrice de la société WaooImage, qui a vécu de nombreuses années en Allemagne.

 

Stéphanie Rivier - Nathalie, peux-tu nous présenter ton activité et ton actualité ?

Nathalie Bellec - Le coeur de métier de WaooImage, c'est l'image. Nous mettons à disposition des photographes spécialisés pour un portrait professionnel en studio ou en entreprise, pour un book ou pour un reportage évènementiel. Pour les sites internet et la publicité, nous retouchons les photos de produits ou de mannequins et nous créons des montages photos permettant de voir le produit en situation. Actuellement, nous exposons à l'Espace Brémontier, 51 cartes postales anciennes du 17e arrondissement de Paris, restaurées par nos soins et tirées en A3 sur papier texturé.

 

S.R. – Parle-nous de l'Allemagne…

La tradition de Noël en AllemagneN.B. – J'ai vécu 14 ans en Allemagne dans 3 régions bien différentes : Düsseldorf, Berlin et Karlsruhe. Avec mes 5 enfants, j'ai vécu pleinement la préparation des fêtes et tout le bricolage qui va avec ! Je pense que c'est un pays qui garde très fortement ancrées ses traditions de Noël.

 

S.R. – Qu'est-ce qui rend spécial un Noël allemand ?

N.B. – Noël en Allemagne, c'est une ambiance qui vous emporte dès le premier week-end de l'Avent. Les (sacrés !) marchés de Noël fleurissent, les guirlandes donnent un air joyeux aux rues. Trois semaines avant Noël, le 6 décembre, les petits reçoivent déjà quelques cadeaux, lorsque Saint Nicolas passe dans les villages et les écoles distribuer des friandises aux enfants sages.

La préparation de Noël se fait au sein des familles et dans les écoles. Tous les sens sont mis en émois :

  • Si vous ou vos enfants faites de la musique, à partir de fin octobre vous commencez à répéter les traditionnelles musiques qui animeront votre veillée. Tout le monde s'y met !
  • L'attente et la préparation passent également par le calendrier de l'Avent qui doit être garni de sucreries pour chaque enfant.
  • Des parfums culinaires accompagnent particulièrement cette période : clous de girofle, cannelle, citron, orange. Il faut rivaliser avec les copines pour préparer les "Plätzchen", de petits gâteaux secs de toutes les couleurs possibles. Ils sont généralement réalisés à partir de pâte sablée parfumée et découpés avec des moules tranchants en forme de sapin, d'anges, de nounours, de lune ... A Noël, on aime particulièrement faire les gourmands en Allemagne !

Voici une recette de pâte à aromatiser au citron, à l'ananas, au chocolat… Prévoir 250 g  de farine, 130 g de beurre, 120 g de sucre glace, 1 jaune d'œuf, du sel, 40 g de poudre d'amande. Homogénéiser le tout avec une cuillère d'eau chaude et découper grâce aux moules. Passer au four une dizaine de minutes.

Une autre idée de recette : les Butter-Hörnchen. Pour les ingrédients : 200 g de farine, 150 g de beurre, 70 g de sucre, 85 g d’amandes moulues. Mettre la farine tamisée dans une terrine. Y ajouter le beurre coupé en petits dés, le sucre et les amandes. Pétrir la pâte pour former une boule bien ferme. Former manuellement des petits croissants. Les déposer sur une tôle beurrée, puis faire cuire à four moyen (thermostat 6) pendant environ 15 minutes. A la sortie du four, rouler les petits gâteaux dans un mélange sucre et sucre vanillé, ou sucre et cannelle.

  • Dans les parfums, n'oublions pas la préparation de la couronne de l'Avent. Réalisée le plus souvent au sein de la famille avec les enfants, la première étape est d'acheter ou d'aller en forêt chercher des branches de sapin. Celles-ci sont fixées autour d'une couronne en paille avec un fil métallique et décorées à l'envie de bonhommes, étoiles, anges, etc.. 4 grosses bougies sont fixées sur la couronne et on en allume une de plus à chaque dimanche de l'Avent. Autour de cette couronne, on déguste du vin chaud et des petits gâteaux en famille ou avec des amis proches.
  • La décoration à profusion anime la table, le sapin, la porte d'entrée, les fenêtres donnant sur la rue. Les enfants découpent des figurines sur papier translucide de couleur pour les fenêtres, préparent la table avec des menus, des ronds de serviette en pomme de pin et papier, découpent des cœurs qui jonchent la table ...
  • Le sapin : en Allemagne, il n'est décoré que le 24 décembre. Pendant l'après-midi, les parents ferment la porte du salon et au retour de la célébration, on ouvre la porte pour voir le sapin et les cadeaux ...

 

S.R. – En Allemagne, est-il aussi de coutume d'envoyer des cartes de vœux ?

N.B. – Les cartes de vœux jouent un rôle important. Elles sont personnalisées et composées de plusieurs papiers, gommettes, paillettes ... Elles doivent arriver avant Noël (très difficile à tenir pour des Français ...). Les enfants en réalisent à l'école bien sûr.

 

S.R. – As-tu un souvenir particulier d'un Noël passé en Allemagne ?

N.B. – L'Allemagne étant à l'est de la France, il y fait nuit plus tôt. Ce détail permet en fait d'avoir une très longue veillée. Suite à la messe ou au culte (puisqu'une grande partie de l'Allemagne est protestante) qui se déroule de 16h à 17h pour les jeunes, il reste une grande soirée à animer. Cela permet d'avoir le temps de se parler, de jouer avec les nouveaux jeux, de souffler après cette longue période d'excitation, très remplie en réalisations matérielles. J'ai vraiment apprécié ces moments authentiques, bien préparés.

 

S.R. – Quelle tradition d'Allemagne as-tu rapporté en France et que tu as à cœur de respecter à chaque Noël ?

N.B. – Depuis que nous sommes rentrés en France, je garde précieusement l'enseignement de cette préparation chaleureuse par divers signes matériels. Tout d'abord, le calendrier de l'Avent. Ayant maintenant trois jeunes en dehors de la maison, je me suis équipée de calendriers en tissu, que je remplis de douceurs et que je leur transmets. Je continue à faire ma couronne de l'Avent avec ses 4 grosses bougies et des décorations de bois peint. Nous prenons le dimanche un vin chaud à la cannelle ou un "Kinder Punch" : un jus d'orange mélangé à 1/3 de jus de pomme, de la cannelle et des étoiles... le tout réchauffé. Bonne ambiance garantie ! Ce sont des moments de joie simple qui restent dans l'imaginaire des enfants.

 

Cadeau Noël enfant créatifS.R. – Et si nous allions faire un tour dans la boutique Mille et Une Feuilles… Quel papier aimerais-tu utiliser pour tes propres cartes de vœux ?

N.B. – Je choisirais du papier parchemin, car j'aime cette sensation sous les doigts, et je n'hésiterais pas à le relever avec du papier paillettes qui fait fête !

 

S.R. – Enfin, quels sont tes 4 produits coup de coeur dans le rayon loisirs créatifs enfants ?

N.B. – Mes produits coup de coeur sont l'origami, bien sûr, car mon aîné en a fait beaucoup. Cela lui ferait un beau cadeau de Noël créatif ! Puis, la perforatrice qui personnalise, le raphia et le papier loisirs créatifs qui permet de varier les structures et les effets.

 

Merci Nathalie, et joyeux préparatifs de Noël !

 

Mis en forme par Cécile d'Orthozen

Optimisation pour le référencement

Lire tout le message
Publié le par

C'est la rentrée, comment choisir des fournitures scolaires qui respectent le bien-être de la planète et la santé de vos enfants

Cet l'été, si vous avez suivi notre voyage du papier à travers le monde, vous avez bien compris que la fabrication des papiers en Europe du nord ou au Canada ne respecte pas les mêmes critères environnementaux et sociaux qu'en Indonésie ou au Brésil

Face aux dégâts de la déforestation et de l'exploitation irresponsable des forêts, le temps n'est plus à l'ignorance et au je-m'en-foutisme, mais à la prise de conscience. Et à l'achat responsable en choisissant du papier dont la production n'est pas un danger pour l'environnement, la santé et la dignité humaine.

Choisir des fournitures scolaires écologiquesSelon le WWF, près de 20% du papier utilisé en Europe provient de sources illégales. Alors, en cette période d'achats de fournitures scolaires, comment éviter les papiers issus de la déforestation en Asie et au Brésil ? Réponse : en achetant des produits certifiés.

Dans les rayons, repérez les logos FSC et PEFC. Ils s'appliquent exclusivement à du papier fabriqué à partir de pâte ou de bois neuf (c'est-à-dire non recyclé) et garantissent que le papier que vous achetez est issu d'une forêt gérée de façon durable.

FSC et PEFC sont des organisations internationales non gouvernementales à but non lucratif. FSC a été créé par les ONG en 1993 suite au Sommet de la Terre de Rio pour lutter contre la déforestation des forêts tropicales. PEFC a été fondé en 1999 par les forestiers français et finlandais pour proposer une offre de bois européen labellisé.

 

FSC (Forest Stewardship Council)

Le label FSC est attribué suite à un audit réalisé par un organisme de certification accrédité et indépendant. Il garantit que la forêt du bois d'origine est gérée durablement, conformément à 10 critères environnementaux et sociaux réputés très stricts.

Il peut aussi certifier toute la chaîne, depuis la forêt (qui doit être elle-même certifiée FSC), jusqu'à la livraison au client final. Il s'agit alors de la certification FSC - Chaîne de contrôle.

FSC concerne essentiellement les bois exotiques issus de forêts et de plantations d'Indonésie, d'Afrique, du Vietnam, du Brésil.

 

PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification schemes ou programme de reconnaissance des certifications de gestion forestière)

Pour obtenir le label PEFC, le propriétaire forestier doit adhérer à l'association et s'engager à respecter les règles d'une exploitation forestière durable, selon des critères environnementaux : gestion de la biodiversité, adaptation des espèces au site, limitation des intrants chimiques.

Le référentiel de certification est différent dans chaque pays, car il s'adapte aux spécificités et aux contraintes locales. En France, 1/3 de la forêt est certifiée PEFC.

En plus de la certification de la forêt, la norme PEFC assure la traçabilité du bois depuis la forêt jusqu'au magasin, garantissant au consommateur que le produit est constitué au minimum de 70% de bois issu d'une gestion certifiée PEFC.

PEFC, qui s'applique surtout aux bois venus d'Europe et d'Amérique du Nord, est plébiscité par les partisans de l'achat de bois local.

 

FSC – PEFC : concurrence et controverse

Parce qu'il exige un audit basé sur des critères contraignants, le label FSC est considéré comme une garantie plus sûre qu'une exploitation forestière est réellement gérée de manière durable. Tandis que PEFC est jugé plus laxiste, car une simple déclaration d'intention suffit.

Même s'il est plus répandu au niveau international, on reproche aussi au label PEFC de ne pas certifier les produits eux-mêmes, mais seulement le mode de gestion des forêts.

Enfin, les deux labels FSC et PEFC font l'objet d'une concurrence qui rend parfois impossible la labellisation des produits. Du fait de règles d'affichage différentes, certains produits (comme les meubles), fabriqués avec des bois issus des deux certifications, ne peuvent afficher aucun des labels, alors qu'ils sont respectueux de l'environnement.

 

Pour vous garantir un achat responsable, votre papeterie en ligne Mille et Une Feuilles va plus loin : elle ne vous propose que les produits Forever

FOURNITURES SCOLAIRES ECOLOGIQUESForever, ce sont des cahiers et des papiers 100% recyclés, avec des labels bien plus exigeants que ceux proposés par les grandes surfaces et à des prix moindres !

Le label APUR garantit la proportion de fibres recyclées contenue dans le papier : 60 % quand le produit en contient entre 50 et 69 %, 80 % si ce pourcentage est compris entre 70 et 89 % et 100 % pour un minimum de 90 %.

Le très exigeant label allemand Ange Bleu est attribué à des produits remplissant un certain nombre de critères environnementaux et sanitaires. Les contrôles sont effectués par un jury indépendant, composé d'experts représentant des organisations environnementales, des associations de consommateurs, des unions commerciales, l'industrie, le commerce, le transport, les sciences, les média, l'Eglise et les Etats Fédéraux d’Allemagne.

 

Notre cadeau de la rentrée scolaire : 10% de réduction sur votre commande

Pour l'achat d'un produit Forever : cahier, carnet, bloc … Mille et Une Feuilles vous offre 10 % de réduction sur l’ensemble de votre commande. Pour en profiter, il vous suffit d'entrer le code RECYCLE en validant votre panier.

 

Chaque année, Mille et Une Feuilles vous conseille pour vos achats de rentrée scolaire. Pour une information complète sur notre offre et les Le Bricolage enfants, (re-)découvrez nos articles !

 

Bonne reprise, bonne rentrée à tous !

 

Cécile d’Orthozen

Référencement seo

Lire tout le message
Publié le par

Eté 2013 : notre tour du monde du papier (4/4) – En Asie

Eté 2013 : notre tour du monde du papier en AsieC'est en Asie que nous bouclons notre périple autour de la Terre, à la découverte du papier, de son industrie, de son histoire et de ses effets sur l'environnement. Que ce soit en Finlande, au Canada ou au Brésil, la fabrication du papier n'est pas abordée ni considérée de la même manière, et ses impacts sur l'environnement ne sont pas pris en compte de la même façon par les industriels. Qu'en est-il aujourd'hui en Asie, dans cette partie du monde où le papier est né ?

 

En Chine, là où tout a commencé…

Bien que les papiers les plus anciens remontent à deux siècles avant Jésus-Christ, c'est au Ier siècle que la fabrication du papier est historiquement née, lorsque les Chinois commencèrent à le produire en quantité à partir de fibres de lin, de bambou et d'écorces de mûrier. Le papier fut alors adopté pour l'écriture, mais aussi pour l'origami.

 

A Echizen au Japon, on y fabrique encore avec amour et patience des papiers uniques

Fabrication du papier washi à EchizenSur la route du papier, s'il y a un village à ne pas rater, c'est celui d'Echizen dans l'ouest du Japon. De nombreuses familles y fabriquent toujours du papier, notamment des papiers matière de très haute qualité. "La passion du Japon pour le papier a commencé ici, vers l'an 600 après Jésus-Christ", écrit Erik Orsenna dans son essai Sur la route du papier.

Et cette passion perdure. Dans les ateliers artisanaux, on peut admirer le travail des femmes et des plus anciens qui produisent à la main des papiers "purs", à partir de fibres de kozo, de mitsumata et de gampi. Tous les artisans du village ont même créé tous ensemble la plus grande feuille de papier au monde : 7,10 mètres de long, 4,30 mètres de large pour 8 kilos !

 

De la tradition à … la modernité, mère de tous les dangers pour l'environnement

Sur le même continent, l'histoire et la fabrication du papier ne s'écrit pas de la même façon ni dans les mêmes conditions…

 

En Indonésie, fabrication du papier rime avec déforestation - tout comme sa consœur l'industrie de l'huile de palme. Depuis plus d'une dizaine d'années, Greenpeace y dénonce les pratiques des industriels de la pâte à papier, notamment celles du géant Asian Pulp and Paper (APP).

Depuis 2001, au moins 180 000 hectares de forêts et tourbières auraient été déboisés par APP. Cette destruction des forêts tropicales indonésiennes a des conséquences écologiques désastreuses. Elle menace des milliers d'espèces animales, comme l'orang-outan et le tigre de Sumatra. Et en augmentant les émissions de gaz à effet de serre (20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont dues à la déforestation), elle participe grandement aux changements climatiques.

 

Ceux qui réagissent à ces pratiques douteuses

Pratiques douteuses des papetiers asiatiques dénoncées par GreenpeaceEncouragée par les actions des ONG (Greenpeace, Rainforest Alliance, WWF) et la multiplication des reportages télévisés, la prise de conscience est mondiale et suscite des réactions.

Récompensé de la Tronçonneuse d’Or, Asia Pulp and Paper perd sa certification FSC en 2007, acquise seulement un an plus tôt.

Les multinationales et distributeurs clients d'APP (Danone, Mattel, Nestlé, Kraft, Adidas…) l'ont fait sortir de la liste de leurs fournisseurs.

En 2009, le ministre indonésien des forêts a suspendu temporairement les activités d'APRIL (Asia Pacific Resources International), le deuxième plus gros fabricant, pour réviser la légalité de ses activités de déforestation sur l’île de Sumatra.

Enfin, les agences de communication françaises exhortent les professionnels de leur secteur (imprimeurs, annonceurs, agences, papetiers…) à acheter leur papier de manière responsable, en choisissant des fournisseurs dont les pratiques ne mettent pas en danger la nature et les économies locales. La déclaration de L'AACC (Association des Agences Conseil en Communication) est sans équivoque : "Tous nos clients sont aujourd’hui confrontés à des pressions sur leurs achats et nous devons, bien sûr, en tenir compte dans nos offres commerciales. Mais nous ne devons pas nous abriter derrière l’argument prix pour accepter des dérives malsaines car beaucoup de professionnels européens proposent aujourd’hui des solutions respectueuses de l’environnement, aussi bien en ce qui concerne la gestion durable des forêts, la fabrication des pâtes à papier, le recyclage, et les process d’impression et ce à des prix très compétitifs."

Depuis 2011, à grands renforts de budget de communication, Asian Pulp and Paper a voulu faire croire à l'application d'une gestion durable, écologique et sociale de ses activités. Ni plus ni moins qu'une stratégie de Greenwashing.

Néanmoins, il semblerait que depuis le début de l'année, l'industriel indonésien ait adopté une nouvelle politique de conservation des forêts. Même si Greenpeace a suspendu sa campagne, l'ONG s'est engagée à "surveiller de très près la situation, pour s’assurer qu’APP agit là où cela compte vraiment – sur le terrain, dans les forêts tropicales". Et on le comprend…

 

Et vous ? Etes-vous prêt à des achats responsables ?

Mille et Une Feuilles, un papetier engagé !Nous vous en parlions déjà en 2010, choqués par ce reportage de France 2 sur la disparition du tigre de Sumatra. Notre responsabilité, tout comme la vôtre, est de choisir les papiers et fournitures des papetiers qui respectent l'environnement tout au long de la chaîne (gestion des forêts, procédés de fabrication éco-responsables, recyclage). Dès maintenant, pensez-y pour vos achats de fournitures scolaires… un geste qui contribuera à l'équilibre de la planète !

 

Votre papeterie en ligne est là pour vous guider, nous vous en parlerons la prochaine fois en vous présentant les fournitures scolaires Forever.

 

Cécile d’Orthozen

Rédactrice seo

Lire tout le message
Publié le par

Que faire de vos fournitures scolaires restantes ? Nos idées pour les recycler (1/2)

C'est bientôt la fin de l'année scolaire et il reste certainement au fond des trousses et des tiroirs, quelques gommes, crayons et autres ustensiles qui paraissent désormais inutilisables. Savez-vous que vous pouvez avantageusement recycler toutes ces fournitures et même les utiliser pour des activités manuelles… qui occuperont vos enfants cet été !

 

La plupart de ces fournitures restent utiles

Dans un premier temps, réservez pour la rentrée prochaine celles qui pourront servir à nouveau : le cartable (s'il n'a pas été trop malmené), la trousse, les stylos et crayons, les règles, compas, équerres, les feuilles non utilisées… Ce sera toujours cela d'économisé (ou plutôt à ne pas dépenser) en septembre.

Les feutres ont séché ? Voici une astuce pour les récupérer : déposez deux ou trois gouttes de vinaigre sur le tampon qui contient l'encre, refermez et mettez-les la tête en bas pendant quelques heures. Le vinaigre va pousser l'encre et le feutre remarchera !

Par contre, si savez d'ores et déjà que vous cèderez aux suppliques de votre écolier qui réclamera du beau et du neuf, pensez à donner vos fournitures usagées. Les associations humanitaires et d'aide aux plus démunis (Emmaüs, Secours Populaire…), ou encore les services de récupération consoRecup, consOccasion ou consoGlobe sauront leur donner une seconde vie.

 

Le recyclage des fournitures scolaires

Le carton des classeurs, les cahiers et papiers usagés, tout cela vous savez déjà le trier. Récupérer les feuilles pour en faire des brouillons, normalement vous maîtrisez aussi… Mais savez-vous que vous pouvez également faire recycler tous vos stylos et outils d’écriture (feutres, porte-mines, correcteurs, marqueurs, surligneurs…) ?

TerraCycle, à travers sa "Brigade des instruments d’écriture", propose aux écoles, entreprises et associations de lui renvoyer gratuitement leurs stylos usagers, qu'elle transforme ensuite en arrosoirs, sacs à dos, poubelles, aires de jeux... Et pour compléter cette action environnementale, un don est reversé à une association ou à une école au choix de chaque point de collecte.

Vous souhaitez participer à cette brigade ? Toutes les informations sont sur le site de TerraCycle.

 

Créer des objets artisanaux avec ses vieilles fournitures

Il vous reste encore des ustensiles inutilisables ou non recyclables ? Alors c'est parti pour une séance de bricolage ! Votre papeterie créative a déniché pour vous 2 tutoriels d'activités manuelles.

 

  • bijoux-crayon-recup.jpgFaire des tampons avec des gommes

Pour cela, vous aurez besoin de vos gommes usagées, d'un cutter, de papier calque, d'un crayon et d'un encreur. Puis RDV sur le blog de Cœur d'artichaut pour la marche à suivre.

 

  • Faire des bijoux avec des crayons de couleur

Pour ces créations, suivez le guide proposé par Café du Web. Munie de ses vieux crayons de couleur, d'une petite scie, de papier de verre à grain fin, d'une perceuse et de petits forets, de fil, de colle, d'une attache et d'un taille crayon, votre fille va pouvoir se fabriquer de jolis bijoux fait-main !

 

Restes de cahiers et origami : les tutoriels exclusifs Mille et Une Feuilles

Dans nos nouvelles fiches créatives, découvrez aujourd'hui nos tutos détaillés pour la confection d'une cocotte et d'une salière en origami, grâce aux restes des cahiers d'école.

cocotte-en-papier.png

saliere.png

 

RDV la semaine prochaine pour de nouveaux tutos, spécial recyclage des fournitures scolaires !!

 

Cécile d’Orthozen

Rédaction SEO

Lire tout le message