Google

Messages sur ce sujet: production de papier

Le Blog 1001 feuilles


Publié le par

Eté 2013 : notre tour du monde du papier (4/4) – En Asie

Eté 2013 : notre tour du monde du papier en AsieC'est en Asie que nous bouclons notre périple autour de la Terre, à la découverte du papier, de son industrie, de son histoire et de ses effets sur l'environnement. Que ce soit en Finlande, au Canada ou au Brésil, la fabrication du papier n'est pas abordée ni considérée de la même manière, et ses impacts sur l'environnement ne sont pas pris en compte de la même façon par les industriels. Qu'en est-il aujourd'hui en Asie, dans cette partie du monde où le papier est né ?

 

En Chine, là où tout a commencé…

Bien que les papiers les plus anciens remontent à deux siècles avant Jésus-Christ, c'est au Ier siècle que la fabrication du papier est historiquement née, lorsque les Chinois commencèrent à le produire en quantité à partir de fibres de lin, de bambou et d'écorces de mûrier. Le papier fut alors adopté pour l'écriture, mais aussi pour l'origami.

 

A Echizen au Japon, on y fabrique encore avec amour et patience des papiers uniques

Fabrication du papier washi à EchizenSur la route du papier, s'il y a un village à ne pas rater, c'est celui d'Echizen dans l'ouest du Japon. De nombreuses familles y fabriquent toujours du papier, notamment des papiers matière de très haute qualité. "La passion du Japon pour le papier a commencé ici, vers l'an 600 après Jésus-Christ", écrit Erik Orsenna dans son essai Sur la route du papier.

Et cette passion perdure. Dans les ateliers artisanaux, on peut admirer le travail des femmes et des plus anciens qui produisent à la main des papiers "purs", à partir de fibres de kozo, de mitsumata et de gampi. Tous les artisans du village ont même créé tous ensemble la plus grande feuille de papier au monde : 7,10 mètres de long, 4,30 mètres de large pour 8 kilos !

 

De la tradition à … la modernité, mère de tous les dangers pour l'environnement

Sur le même continent, l'histoire et la fabrication du papier ne s'écrit pas de la même façon ni dans les mêmes conditions…

 

En Indonésie, fabrication du papier rime avec déforestation - tout comme sa consœur l'industrie de l'huile de palme. Depuis plus d'une dizaine d'années, Greenpeace y dénonce les pratiques des industriels de la pâte à papier, notamment celles du géant Asian Pulp and Paper (APP).

Depuis 2001, au moins 180 000 hectares de forêts et tourbières auraient été déboisés par APP. Cette destruction des forêts tropicales indonésiennes a des conséquences écologiques désastreuses. Elle menace des milliers d'espèces animales, comme l'orang-outan et le tigre de Sumatra. Et en augmentant les émissions de gaz à effet de serre (20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont dues à la déforestation), elle participe grandement aux changements climatiques.

 

Ceux qui réagissent à ces pratiques douteuses

Pratiques douteuses des papetiers asiatiques dénoncées par GreenpeaceEncouragée par les actions des ONG (Greenpeace, Rainforest Alliance, WWF) et la multiplication des reportages télévisés, la prise de conscience est mondiale et suscite des réactions.

Récompensé de la Tronçonneuse d’Or, Asia Pulp and Paper perd sa certification FSC en 2007, acquise seulement un an plus tôt.

Les multinationales et distributeurs clients d'APP (Danone, Mattel, Nestlé, Kraft, Adidas…) l'ont fait sortir de la liste de leurs fournisseurs.

En 2009, le ministre indonésien des forêts a suspendu temporairement les activités d'APRIL (Asia Pacific Resources International), le deuxième plus gros fabricant, pour réviser la légalité de ses activités de déforestation sur l’île de Sumatra.

Enfin, les agences de communication françaises exhortent les professionnels de leur secteur (imprimeurs, annonceurs, agences, papetiers…) à acheter leur papier de manière responsable, en choisissant des fournisseurs dont les pratiques ne mettent pas en danger la nature et les économies locales. La déclaration de L'AACC (Association des Agences Conseil en Communication) est sans équivoque : "Tous nos clients sont aujourd’hui confrontés à des pressions sur leurs achats et nous devons, bien sûr, en tenir compte dans nos offres commerciales. Mais nous ne devons pas nous abriter derrière l’argument prix pour accepter des dérives malsaines car beaucoup de professionnels européens proposent aujourd’hui des solutions respectueuses de l’environnement, aussi bien en ce qui concerne la gestion durable des forêts, la fabrication des pâtes à papier, le recyclage, et les process d’impression et ce à des prix très compétitifs."

Depuis 2011, à grands renforts de budget de communication, Asian Pulp and Paper a voulu faire croire à l'application d'une gestion durable, écologique et sociale de ses activités. Ni plus ni moins qu'une stratégie de Greenwashing.

Néanmoins, il semblerait que depuis le début de l'année, l'industriel indonésien ait adopté une nouvelle politique de conservation des forêts. Même si Greenpeace a suspendu sa campagne, l'ONG s'est engagée à "surveiller de très près la situation, pour s’assurer qu’APP agit là où cela compte vraiment – sur le terrain, dans les forêts tropicales". Et on le comprend…

 

Et vous ? Etes-vous prêt à des achats responsables ?

Mille et Une Feuilles, un papetier engagé !Nous vous en parlions déjà en 2010, choqués par ce reportage de France 2 sur la disparition du tigre de Sumatra. Notre responsabilité, tout comme la vôtre, est de choisir les papiers et fournitures des papetiers qui respectent l'environnement tout au long de la chaîne (gestion des forêts, procédés de fabrication éco-responsables, recyclage). Dès maintenant, pensez-y pour vos achats de fournitures scolaires… un geste qui contribuera à l'équilibre de la planète !

 

Votre papeterie en ligne est là pour vous guider, nous vous en parlerons la prochaine fois en vous présentant les fournitures scolaires Forever.

 

Cécile d’Orthozen

Rédactrice seo

Lire tout le message
Publié le par

Eté 2013 : notre tour du monde du papier (3/4) - Au Brésil

L'industrie du papier au BrésilNous sommes passés En Finlande, au Canada, direction maintenant vers une nouvelle latitude pour continuer à explorer l'industrie du papier dans le monde. Direction le Brésil, où la première machine à papier à été installée en 1889 par Industria de Papel e Celulose de Salto.

Ce n'est un secret pour personne, l'Amazonie, le poumon de la planète, se meurt. Et avec elle la plupart des forêts tropicales dans le monde. L'exploitation des bois tropicaux pour le commerce et l'industrie du papier, l'exploitation agricole et plus précisément celle du soja, ont entraîné une déforestation massive. Et avec elle la destruction d'un écosystème où se trouvait près de 80 % de la biodiversité des terres émergées et où vivaient des dizaines de millions de personnes. Aujourd'hui, à la surface du globe, plus de 80 % des forêts primaires ont disparu…

 

Papier, eucalyptus et controverses

Fôret eucalyptus au BrésilAu Brésil, la production de papier fait l'objet de nombreuses contestations. Là-bas, pour répondre à la demande croissante de papier, les forêts natives de feuillus et de résineux sont remplacées par des plantations d'eucalyptus. Avec pour résultat la disparition d'espèces végétales et animales. Entre autres...

Pourquoi l'eucalyptus ? Avec une croissance rapide – l'eucalyptus est mature en 7 ans contre 20 à 30 ans pour les arbres de l'hémisphère nord, fournissant un papier de qualité pour l'édition, il est pour l'industrie papetière brésilienne un arbre miraculeux et savamment exploité. Tant et si bien qu'en 2010, le Brésil, producteur le plus compétitif au monde, s'est hissé au quatrième rang mondial des producteurs de cellulose obtenue à partir d'eucalyptus. Avec encore un grand potentiel d'expansion.

 

Terres agricoles et populations locales également en danger

Soutenue et subventionnée par les gouvernements à travers des projets de développement économique, la culture de l'eucalyptus a en réalité de nombreux effets dévastateurs.

Premièrement sur l'environnement et la santé. Car l'exploitation des monocultures d'eucalyptus requiert l'utilisation importante de pesticides hautement toxiques pour éviter la prolifération des maladies et parasites.

Ensuite sur les sols et les productions agricoles. Gourmandes en eau, les exploitations d'eucalyptus pompent les nappes phréatiques et les ressources en eau, au détriment des petits agriculteurs et par conséquent de la sécurité alimentaire des populations. Appauvries, dégradées, les terres deviennent inutilisables, laissant la place à des "déserts verts".

Indien chassé de ses terres au BrésilD'un point de vue humain enfin. L'exploitation de l'eucalyptus n'a finalement permis la création que d'un faible nombre d'emplois, avec un exode rural à la clé (il faut un salarié  pour 15 ha d’eucalyptus contre 30 pour 15 ha d’agriculture vivrière). Et des communautés entières ont littéralement été chassées de leurs terres, réquisitionnées par les industriels du papier.

Alors que la surface exploitée et les implantations d'usines ne cessent de croître, tribus indigènes et petits agriculteurs s'organisent pour récupérer leurs terres. A coup de pétitions et de procédures judiciaires contre les multinationales du papier.

Au Brésil, la production de papier met à mal l'environnement, la santé, la structure sociale et même les droits de l'Homme. Pourtant, le secteur y fait figure de référence en matière de développement durable et de reforestation…

 

L'industrie papetière brésilienne se dit, elle, écologiste…

Face à ces dénonciations, les industriels du papier contre-argumentent. Selon eux, ils mettent "en place les meilleures pratiques pour minimiser les mauvais effets" et l'eucalyptus "est cultivé dans des zones déjà dégradées ou carrément rasées". Autre argument avancé : la totalité de la production de pâtes et de papier est issue de forêts plantées, produisant une matière première renouvelable et permettant de lutter contre le réchauffement climatique.

L'industrie du papier contribuerait même à la préservation des forêts natives, en conservant 40 % de la forêt d'origine (contre 20 % imposé par le Code forestier brésilien). Mais aussi en pratiquant le reboisement, dans des zones séparées des forêts non exploitées afin de limiter les effets de la monoculture sur l'environnement. Les entreprises seraient également en majorité dotées de l'écolabel FSC (Forest Stewardship Council) et de programmes sociaux.

 

Mille et Une Feuilles participe à la reforestation en Amazonie

De son côté, votre papeterie en ligne agit… depuis décembre 2012, nous faisons partie d'un projet de reforestation et de conservation des forêts au Pérou. Là-bas, 20 arbres ont été plantés en notre nom…

 

La semaine prochaine, changement de cap, RDV en Asie !

 

Cécile d’Orthozen

Rédactrice web

Lire tout le message
Publié le par

Eté 2013 : notre tour du monde du papier (2/4) - Au Canada

Notre découverte de l'industrie papetière, son histoire et ses enjeux dans différents pays se poursuit… …

 

... au Canada, où l’industrie des pâtes et papiers du Québec fut désignée "Événement historique national" en août 2006 par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

industrie-du-papier-canada.gifIl faut dire que l'histoire et le développement socio-économique du pays doivent beaucoup à l'exploitation des ressources naturelles et forestières. Un réseau hydrographique étendu et de nombreuses forêts, surtout au Québec, ont favorisé l'essor de l'industrie du bois et la construction de papeteries. Au point de faire du Canada, en 1918, le plus grand exportateur mondial de pâtes et papiers.

C'est au début du XIXe siècle que le Canada a pris conscience du potentiel de ses forêts, quand l'Angleterre - ne pouvant plus se fournir en Europe suite au blocus naval de Napoléon - s'est tournée vers sa colonie pour s'approvisionner en bois de construction navale. Plus tard, de nouveaux marchés d'exportation s'ouvrirent pour le Canada vers les Etats-Unis, alors en plein boom démographique.

Au début du XXe siècle, la demande en bois de construction diminue et le Canada reconvertit ses scieries en papeteries afin de répondre aux nouveaux besoins en pâte de bois destinée à la fabrication de papier. Des villes entières se construisent alors autour des papeteries, telles Chicoutimi "Ville de la pulpe" et Trois-Rivières "Capitale mondiale du papier journal".

pulperie-chicoutimi.jpgL'après-guerre est l'âge d'or de l'industrie du papier canadienne, avec des records de production, la mécanisation des procédés depuis la coupe du bois jusqu'à la fabrication du papier, la spécialisation des métiers et l'ouverture de la première école nationale de papeterie à Trois-Rivières.

De nos jours, en pleine mutation de l’industrie papetière, la question qui se pose au Canada est celle de la sauvegarde et de la transmission de son riche patrimoine papetier matériel et immatériel. Alors que des usines ferment, les savoir-faire des spécialistes de la forêt et du papier disparaissent. Seules des initiatives locales permettent désormais la conservation de ce patrimoine industriel, à travers des musées et des lieux de mémoire. Leur objectif : maintenir les équipements et grandes usines du siècle passé, tout comme le souvenir de la vie et de l'organisation sociale de jadis.

 

De nouvelles solutions écologiques

Dans le contexte actuel de déclin de la production de papier journal, l'industrie du papier canadienne cherche désormais à se démarquer à travers de nouveaux processus de transformation et de valorisation. De nouvelles normes environnementales sont établies et la recherche fait émerger de nouvelles activités (biochimie, méthicellulose, bioénergie, papier intelligent antibactérien).

Pour maintenir la durabilité de l'environnement, l'AFPC (Association des Produits Forestiers du Canada) a pris des engagements forts en termes d'aménagement forestier durable, de lutte contre les changements climatiques, de conservation de l'eau, de réduction de la pollution atmosphérique et de réutilisation de la fibre. Une étude sortie de l'Université Yale classe d'ailleurs la réglementation canadienne comme l'une des plus strictes au monde.

Des critères scientifiques et mesurables ont même été établis par le Conseil canadien des ministres des forêts, sur lesquels les membres de l'APFC s'appuient pour contrôler de manière tangible leurs pratiques en matière d'aménagement forestier durable :

  • Critère 1 : conservation de la diversité biologique
  • Critère 2 : état et productivité de l'écosystème forestier
  • Critère 3 : conservation des sols et de l'eau
  • Critère 4 : rôle dans les cycles écologiques mondiaux
  • Critère 5 : avantages économiques et sociaux
  • Critère 6 : responsabilités de la société

 

Quand Greenpeace s'en mêle…

Autre particularité canadienne, la campagne "Markets Initiative" portée depuis 2000 par Greenpeace et d’autres organisations non gouvernementales (ONG). Leur cheval de bataille ? Développer l'utilisation de papier respectueux des forêts primaires dans l'édition canadienne. Ainsi, depuis que J.K. Rowling a demandé à son éditeur de publier son opus d'Harry Potter de 2003 sur du papier 100% recyclé, plus de 60 éditeurs ont pris des engagements éco-responsables.

 

festival-papier-windsor-can.jpg
Un festival du papier à Windsor, capitale du papier fin

Le Festival du Papier de Windsor au Québec est une autre preuve que le papier est intimement lié au patrimoine et à l'histoire du Canada. On peut y profiter de ses animations de rue, de ses spectacles et de ses exposants. Point d'orgue de la fête : un défilé de mode de papier, unique au Québec ! En juin dernier, il s'agissait de la 19ème édition du festival.

 

 

Après l'Amérique du Nord, direction le Sud, retrouvons-nous la semaine prochaine au Brésil !

 

Cécile d’Orthozen

Rédaction web

Lire tout le message
Publié le par

Eté 2013 : notre tour du monde du papier (1/4) – En Finlande

L'été dernier, nous vous embarquions pour un tour des musées et des moulins du papier de l'hexagone. Cette année, nous partons à la découverte de l'industrie du papier… dans le monde ! Entre histoire et nouvelles tendances, écologie et considérations environnementales, c'est un véritable voyage culturel et dépaysant que votre papeterie en ligne vous propose.


Notre première étape dans un pays nordique : la Finlande, champion du papier écologique par sa pureté et son volume de production.

industrie-du-papier-finland.gifL'industrie papetière y constitue l'un des piliers de l'économie. Pas étonnant, lorsque l'on sait que la surface du pays compte 70% de forêts, soit plus de 4 hectares de forêt par habitant, dix fois plus que la moyenne européenne.

Pourtant, en Finlande, fabricant de papier par excellence, tout est fait pour réduire son utilisation : les feuilles sont très fines et donc peu agréables, le papier (tout comme les livres) est très cher, il est payant dans les facultés, là où l'impression est gratuite ! Même les emballages en carton y sont réduits au maximum dans les rayons des supermarchés.

Autre tendance dans ce pays où l'écologie n'est pas prise à la légère, les Finlandais privilégient désormais les solutions numériques. Il faut dire que la Finlande se positionne aussi à la pointe de la technologie.

Pour preuve, l'installation en mai dernier du superordinateur Cray XC30 (l’un des ordinateurs les plus performants au monde) à Kajaani, à 250 km seulement du cercle polaire. Particulièrement consommateur d’énergie pour refroidir les serveurs, le stockage de données tire parti là-bas d'un refroidissement naturel et d'une eau abondante qui offre de l'électricité à moindre coût. Résultat : l'empreinte carbone du stockage numérique est minimisée, tandis que la concurrence au papier augmente…

Bousculée par les nouvelles technologies, victime de la baisse de la demande de papier, l'industrie papetière finlandaise est obligée de réduire sa production : fermetures d'usines, diminution des emplois d'un tiers en 10 ans… Le numéro un mondial du papier pour magazines, UPM-Kymmene, a lui-même annoncé début 2013 une diminution de 7% de ses capacités de production (soit 850 000 tonnes de papier !).

Diminuer la production, mais aussi se diversifier pour continuer à exister. Le débouché à plus fort potentiel semble être l'emballage carton, préférable aux emballages plastique et où le numérique ne peut faire concurrence. Une diversification qui s'accompagne de nouvelles implantations mondiales, en Chine notamment où les besoins en emballages augmentent avec la croissance industrielle.

Mais cela n'est pas suffisant pour assurer la croissance. Alors les industriels se tournent aussi vers la bioénegie. UPM a ainsi installé dans le sud-est de la Finlande la première raffinerie au monde qui produira du biodiesel à partir de résine de pin.

Malgré tout, la question reste entière pour l'industrie papetière et forestière finlandaise : comment utiliser les ressources forestières abondantes du pays ? De nouveaux services ou produits sont à trouver…

 

usine-verla-finlande.gifEnvie d'aller plus loin dans la connaissance de la Finlande et de son industrie papetière ?

Partez visiter Verla, la première fabrique de pâte à carton en Finlande !

Là, au sein même de la vieille usine et de ses installations, vous remonterez le temps, à la découverte de l'histoire de l'industrie forestière finlandaise et des techniques de production d'antan. Propriété du groupe UPM-Kymmene, l'usine de Verla est inscrite depuis 1996 sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO.

 

Après le pays des Rennes, nous vous donnons RDV la semaine prochaine au pays des Caribous !

 

Cécile d’Orthozen

Rédactrice web

Lire tout le message