Google

Messages sur ce sujet: utilisations du papier

Le Blog 1001 feuilles


Publié le par

Le papier : connaissez-vous son histoire … et ses différentes utilisations ? Chapitre III

De support noble réservé à l’écriture, le papier est devenu en un demi-siècle, avec quelque 300 kilos de papier par personne et par an, un incontournable de nos sociétés de consommation. Mais les nouvelles utilisations du papier sont loin d’en être la cause : 90% des papiers consommés sont toujours des papiers graphiques ou d’emballage.

D’invention millénaire, de techniques séculaires, la fabrication du papier ne cesse d’évoluer en termes de qualité. Sont alors apparues quatre principales vocations : Print, Office, Packaging et Viscom.

  • Les papiers Print sont ceux utilisés par les imprimeurs. Leur domaine d’application est l’offset.
  • Les papiers Office offrent la même diversité et les mêmes qualités d’impression que les papiers Print. Leur domaine d’application est le numérique, qui permet notamment de faire soi-même ses cartes de visite et ses flyers. Dans cette catégorie, citons tous les produits Antalis, Pollen et Forever, garantis laser.
  • La catégorie Packaging est la seule à présenter aussi des papiers non-imprimables, comme par exemple les coins de calage.
  • Le Viscom, condensé de Visuel et Communication, parle de lui-même. On trouve dans cette catégorie les enseignes, affiches, la signalétique et tout le pain quotidien des agences de communication.

Quelle que soit la catégorie, on doit reconnaître à l’industrie papetière française un grand souci d’écologie et une haute technicité. Ainsi aujourd’hui, une majorité de papiers provient du recyclage, tout en présentant une qualité exceptionnelle (voir la gamme Forever par exemple).

Voici quelques définitions utiles :

  • Papier couché : rien à voir avec une position horizontale ou de repos ! Le terme indique l’apposition d’une couche mate ou brillante qui absorbe moins l'encre, donnant au papier un bel aspect et un meilleur rendu de l’impression.
  • Papier offset : c’est le papier d’impression le plus classique. Ils se décline en différents grammages.
  • Papier de création : ce papier, aussi appelé «papier à grains», se distingue par sa texture. Il convient parfaitement aux créations graphiques et artistiques.
  • Tête de lettres : d’une qualité supérieure mais utilisé au quotidien, le papier tête de lettres permet à l’entreprise de véhiculer son image à travers tout son courrier.

papier de créationLes papiers de création, derniers nés de l’industrie papetière, offrent une palette complète à la personnalisation. Par leur impressionnante capacité à transmettre l’émotion au bout des doigts, ils ouvrent un champ d’investigations immense à tous les professionnels du marketing. Les textures, couleurs, transparences de ces papiers permettent, même aux petites structures, de créer des flyers et autres supports de communication percutants.

Les qualités des papiers de création sont aussi appréciées pour tous les travaux artistiques. Quant aux particuliers, ils en sont friands : songez qu’on peut fabriquer un faire-part sur du papier calque coloré, imprimer la photo de bébé sur un bristol aux reflets nacrés, ou s'adonner à de superbes réalisations de scrapbooking.

Du papier créé feuille par feuille, l’homme est passé à la production industrielle pour revenir à une utilisation du papier de plus en plus personnalisée… feuille par feuille…

Cécile d’Orthozen

Référencement et rédaction web

Lire tout le message
Publié le par

Le papier : connaissez-vous son histoire … et ses différentes utilisations ? Chapitre II

L’industrie papetière, qui vivait son petit bonhomme de chemin depuis 10 à 20 siècles, s’est brutalement emballée dans les années 1950 avec l’utilisation du bois comme composant de la pâte à papier. En soixante ans, la consommation mondiale de papier a décuplé !

Comment utilise-t-on annuellement ces quelques 350 millions de tonnes de papier dans le monde ?

L’usage du papier recouvre quatre domaines d'utilisation : graphique, emballage, hygiène et usages spéciaux.

papier graphiqueL’usage graphique du papier correspond à sa vocation première : écrire, dessiner et par extension imprimer. Une distinction de qualité est faite entre le papier journal, qui se veut mince, opaque et fortement résistant, et les papiers de qualités variées destinés à l’écriture manuelle et à l’impression des livres ou feuille à feuille.

L’emballage n’est plus seulement la deuxième vie du papier à usage graphique. L’industrie papetière produit du carton plat aux multiples applications (isolant, boîte, tube, présentoir …), des papiers ondulés, vaste gamme permettant la fabrication d'emballages industriels de forte résistance, et des papiers d'emballage souple aux formes et aspects très variés, pouvant être associés à d'autres matériaux (opercules, papier sulfurisé …).

Les papiers d’hygiène, à usage unique, ont pour fonctions essentielles d’essuyer, d’absorber et de protéger. Il s’agit d’ouate de cellulose ou de papier crêpé.

Les papiers dits spéciaux recouvrent les domaines fiduciaire (billets, identité …), graphique (transferts) et d'autres encore (abrasifs, filtres …) faisant appel dans leur fabrication à des techniques avancées.

Cet élargissement de l’utilisation du papier, devenu matière d’une foule d’objets jetables de la vie courante, ajouté à la boulimie papetière de l’ère informatique (pourtant censée conduire au « zéro papier »), crée une inquiétude pour l’équilibre écologique de notre planète. Une inquiétude à relativiser d'ailleurs, comme nous le savons avec les fausses idées d'une industrie polluante et l'arrivée de nombreuses solutions de papiers écolos

Cécile d’Orthozen

Référencement et rédaction web

Lire tout le message