Google

Signification du Vert

Signification des couleurs : le Vert

Signification des couleurs : le Vert

Le vert, la deuxième couleur préférée des Occidentaux !

 

L'écologie, la propreté

C'est un vert contemporain dont il s'agit : avant le XVIIIe siècle, l'expression "se mettre au vert" n'aurait pas eu de sens. Jusqu'alors, on représentait la nature à travers les quatre éléments eau, air, terre et feu. Pas du tout par le vert ! En Occident, le vert n'est associé à la nature que depuis l'époque romantique, et au XIXe siècle on voit les pharmacies et les apothicaires se signaler d'une croix verte, reflet de leurs produits à base de plantes.

De nos jours, la fraîcheur, le naturel, la propreté, l'écologie, la jeunesse et la santé se représentent par le vert. On aménage des espaces verts, on part en classe verte, on fabrique des poubelles et des bennes à ordures vertes, on crée des armoiries locales et des logos verts…

En concurrence avec le blanc, c'est la couleur propre de notre époque !

 

La liberté, la permissivité

"Obtenir le feu vert"… Voilà une expression qui doit son existence à la théorie scientifique de XVIIIe siècle, qui définit arbitrairement les trois couleurs primaires jaune, rouge et bleu et leurs complémentaires vert, orange et violet. Le vert étant complémentaire du rouge de l'interdit, il s'est naturellement revêtu du symbole opposé : celui de la permissivité et de la liberté. C'est ainsi que le vert a été utilisé dans la signalétique pour la circulation des bateaux dans les années 1800, puis des trains et des voitures. Les numéros verts gratuits en découlent aussi.

Et pourtant, et pourtant ! Notre vert tout propre fut bien longtemps celui du désordre, de la transgression, de l'excentricité et de la malchance.

 

Quand il était mal aimé

Tout découle d'une question technique : à l'origine, le vert est une couleur chimiquement instable. Qu'il soit obtenu à partir de colorants végétaux ou artificiels, il est très difficile à stabiliser, donnant un résultat délavé, passant très vite, voire dangereux (quand il est fabriqué à partir de cuivre). Résultat, le vert a incarné l'instabilité et la turbulence jusqu'au XVIIe siècle.

Couleur ambiguë et inquiétante, le vert était – et est toujours - empreint de négativité. Il servait à représenter les démons et les esprits maléfiques, et de nos jours les méchants petits hommes verts. Chez les éditeurs, les livres à la couverture verte sont réputés pour leur moindre succès. Dans l'univers de la bijouterie, les émeraudes sont censées porter malheur. Dans le monde du théâtre, aucun comédien n'accepte de porter du vert en représentation, car Molière serait mort dans un vêtement vert…

 

La couleur du hasard et de l'argent

Bougeant, variant, le vert symbolise aussi le hasard, le jeu, le destin… et les jeunes amoureux aux sentiments changeants, dans leur "vert paradis des amours enfantines".

Au XVIe siècle, les casinos de Venise s'équipaient de tapis verts et naissait l'expression "la langue verte", à savoir l'argot des joueurs.

La table verte est donc celle où l'on place son argent, où l'on avance ses pions, où l'on abat ses cartes… Pensez à la couleur des tables de ping-pong et des courts de tennis en dur !

Comme pour la plupart des couleurs, le vert se revêt d'un symbolisme et de son contraire : couleur de la chance et de la malchance, de la fortune et de l'infortune…

Pensez-vous que le dollar est le billet vert par hasard ?! Le vert symbolisant les jeux d'argent, et par ricochet la finance, les imprimeurs l'utilisèrent en 1792 pour fabriquer les premiers billets.

Finalement, le vert, couleur instable qui cache bien son jeu sous ses symboles vertueux actuels, ne colle-t-il pas parfaitement à notre société si confuse et si troublée ?

 

Vous ne trouvez pas ?