Google

Le Blog 1001 feuilles


Publié le par

En 2020, comment est exploitée la filière du tri et quels papiers ne se recyclent pas ?

Lire tout le message: En 2020, comment est exploitée la filière du tri et quels papiers ne se recyclent pas ?

L'industrie papetière est la première industrie de recyclage en France. C’est un recyclage simple et peu coûteux, qui permet de préserver les forêts.

Les entreprises de plus de 20 personnes - où un employé consomme en moyenne 150 kg de papier par an - sont dans l’obligation d'organiser la collecte des papiers, à moins qu'ils ne soient traités sur place.

Dans nos maisons aussi, les bonnes habitudes sont de mise en plaçant le papier dans un conteneur dédié. Au 1er janvier 2022, les syndics auront l’obligation d’informer les copropriétaires sur les règles locales concernant le tri sélectif des ordures ménagères et les modalités d’accès aux déchetteries.

 

Et après le tri sélectif, quelle est la méthode de recyclage du papier ?

Au centre de recyclage, la technique consiste à extraire la cellulose que le papier contient, en 6 étapes :

  1. il est broyé et dissout dans de l'eau et des adjuvants pour le réduire en paillettes ou flocons
  2. il est trituré
  3. les autres composants comme le plastique et le verre sont évacués avec de l’eau
  4. les paillettes sont passées au tamis pour en évacuer les impuretés
  5. elles sont traitées chimiquement et thermiquement pour retirer l'encre par flottation
  6. elles sont séchées et transformées en bobines de papier neuf.

Ainsi, pour 100 g de papier, on parvient à refabriquer 90 g de papier neuf.

Pour le blanchiment, on utilise soit la dissolution dans une pâte plus blanche, soit le blanchiment chimique avec du peroxyde d'hydrogène.

Le papier recyclé rejoint ensuite les usines de papier pour être transformé en produit fini.

Mais attention, certains papiers ne se recyclent pas, ou pas toujours ! Passons-les maintenant en revue.

 

Est-ce que le papier cadeau se recycle ?

Cela dépend, car parfois une fine couche de plastique le rend impossible à recycler. Ce type de papier donne une petite résistance quand on essaie de le déchirer, comme pour certaines serviettes en papier. Les papiers métallisés ou pailletés contenant eux aussi du plastique ne sont pas recyclables.

Cependant, dans certaines régions de France, il est possible de mettre au recyclage les emballages contenant du plastique. Renseignez-vous !

Le recyclage du plastique étant encore coûteux et limité, préférez tout de même des matières recyclables ou mieux, déjà recyclées pour emballer vos cadeaux : papier kraft, papier journal, vieilles cartes routières, et pourquoi pas du tissu !

 

Est-ce que le papier bulle se recycle ?

Fabriqué avec du plastique (le polyéthylène), le papier bulle n’est pas recyclable. Vous devez donc jeter enveloppes, sachets et coussins bulle avec les ordures ménagères. Mais seulement s’ils sont devenus inutilisables, car vous pouvez bien entendu les conserver pour vos propres envois fragiles (ou les donner à qui cela sera utile).

Autrement, pensez aux alternatives pour caler vos objets, comme le papier kraft ou des particules de calage biodégradables.

 

Est-ce que le papier aluminium se recycle ?

L'aluminium se recycle à 100 %, quasiment à l'infini, sans perdre de sa qualité. Le recycler permet d'économiser 95 % de l'énergie qui serait nécessaire pour le produire (extraction de la bauxite, fabrication, transport...).

Néanmoins, le papier aluminium, très fin, ne contient pas assez de matière pour être valorisé. Tant qu'il n'est pas sale, il peut être réutilisé pour emballer de nouveaux aliments. Ensuite, mettez-le aux ordures ménagères.

Quant à elles, les canettes et les barquettes en aluminium sont bien recyclables. Il suffit de les vider, sans besoin de les rincer.

L'aluminium recyclé permet de fabriquer des capots de tondeuses à gazon, des semelles de fers à repasser, des radiateurs ...

 

Est-ce que le papier peint se recycle ?

Le bac à recyclage du papier n’est pas le bon endroit pour les papiers peints, car ils contiennent plusieurs couches de substances diverses, des revêtements et des finitions rendant le tri sélectif impossible. Sans compter les colles et les adhésifs, les traces de plâtre, les couches de peinture, les moisissures et les autres polluants présents sur les papiers peints décollés du mur.

Selon leur volume et leurs caractéristiques, les papiers peints sont à mettre soit avec les déchets ménagers, soit aux encombrants, soit en déchetterie avec les déchets de construction et de démolition.

Mais avant de vous débarrasser de vos surplus non utilisés, il est toujours judicieux de les conserver au cas où vous auriez besoin de remplacer un lé entier ou un morceau qui aurait été endommagé ou taché.

Vos chutes peuvent aussi être réutilisées pour vos loisirs et bricolage créatifs, pour relooker un meuble, un escalier … être données à des associations ou encore revendues.

Enfin, sachez aussi que le papier photo et le papier calque ne se recyclent pas non plus.

 

A vos tris de papier … ou pas !

 

Mise en mots par Cécile Douay

Rédactrice Web pour Mille et Une Feuilles

 

Lire tout le message
Publié le par

Le papier recyclé : comment est-il fabriqué et puis-je en fabriquer ?

Lire tout le message: Le papier recyclé : comment est-il fabriqué et puis-je en fabriquer ?

Le recyclage du papier est digne d’un jeu d’enfant : des vieux papiers nettoyés dans de l'eau savonneuse, puis égouttés, tamisés, compressés et séchés pour obtenir … une nouvelle feuille de papier !

C’est ce simple processus que les entreprises de recyclage reproduisent à très grande échelle et de manière beaucoup plus précise.

 

Comment est recyclé le papier ?

A la sortie des centres de tri, les vieux papiers sont acheminés vers les usines papetières pour être recyclés.

Là, le processus consiste à séparer les fibres de cellulose de tous les autres constituants du papier :  encres, colles, spirales, agrafes, échantillons, plastiques, fenêtres d'enveloppes et toutes les autres impuretés.

En ajoutant de l'eau aux fibres récupérées, on obtient de la pâte liquide qui est tamisée, écrasée par de très gros rouleaux puis séchée. Le papier ainsi fabriqué présente des caractéristiques très proches du papier issu de pâte vierge.

Le papier est ensuite conditionné sous forme de grandes bobines, qui sont envoyées chez les imprimeurs pour la production de journaux, imprimés publicitaires et autres supports de communication éco-responsables.

De leur côté, les papetiers rivalisent d’inventivité pour créer des produits très qualitatifs à partir de papier recyclé : feuilles blanches et feuilles de couleur, cahiers … qui font partie des fleurons de votre papeterie créative préférée !

En France, l’industrie papetière utilise en majorité du papier recyclé pour la fabrication du papier. En 2014, la COPACEL - le syndicat de l’industrie papetière – indiquait que le pourcentage de fibres recyclées dans la fabrication du papier s’élevait à 66 %.

Le papier recyclé permet aussi de fabriquer du carton d'emballage, des boîtes d’œufs, du papier toilette, de l'essuie-tout, de la ouate de cellulose pour l’isolation de la maison et même des couvertures pour les toitures. 

En amont, plus le papier « neuf » est éco-conçu avec des encres facilement séparables et des colles qui encrassent peu les machines, plus le recyclage sera facile.

 

Et pourquoi ne pas utiliser uniquement du papier recyclé ?

Le papier n’étant recyclable qu’un nombre limité de fois (du fait du raccourcissement progressif des fibres), il est nécessaire de conserver du papier vierge dans le cycle de production du papier.

Par exemple, certains livres requièrent un papier de qualité élevée, ce qui les placent à la genèse de la chaîne de valeur.

 

Logos écologiques et les labels du papier : suivez le guide

Devant le foisonnement de logos et labels, un petit récapitulatif s’impose !

Vous en retrouverez les principaux dans cet article : Les Labels et Certifications des Papiers Recyclés

Et pour compléter :

point-vert Le point vert ne signifie pas que l'emballage est à trier, mais il représente l'engagement financier des entreprises pour le tri et le recyclage de leurs emballages.
info-tri-point-vert L'info tri point vert désigne les emballages à jeter aux ordures ménagères et ceux à trier. 
Trimanpapier-recycle Le Triman stipule que le produit ou l'emballage est soumis au tri, et donc à déposer dans un bac de tri, un point de collecte ou une déchetterie.
anneau-Moebius-papier-recycle L'anneau (ou ruban) de Möbius indique que l'emballage ou le produit est techniquement recyclable. Associé à un pourcentage, il informe que l'emballage ou le produit a été fabriqué avec ce pourcentage de produit recyclé

 

Les labels suivants permettent de reconnaître les papiers qui offrent des garanties sur le respect de l’environnement.

nordic-ecolabel-papier-recycle Le label Cygne Nordique exige qu’au moins 15 % des fibres proviennent de forêts certifiées durables ou que 50 % des fibres proviennent des restes de bois de scierie.
papier-by-nature-papier-recycle Paper by Nature garantit une utilisation de fibres recyclées ou issues des forêts gérées durablement, une gestion plus écologique des sites de fabrication et la limitation des émissions de Composés Organiques Volatils (COV).
nf-environnement-papier-recycle Le français NF environnement indique que la production se déroule de façon écologique et certifie des exigences de qualité pour les produits.

 

Papier recyclé maison : DIY !

Vous voulez réaliser vous-même votre papier recyclé à la maison ? Suivez ce lien pour la recette : Atelier : la recette du papier recyclé !

 

Mille et Une Feuilles compte sur vous pour partager vos réalisations en photos !

 

Mise en mots par Cécile Douay

Rédactrice Web pour Mille et Une Feuilles

Lire tout le message
Publié le par

En 2020 : où en est-on avec le papier recyclé (ou pas) ?

Lire tout le message: En 2020 : où en est-on avec le papier recyclé (ou pas) ?

On le sait maintenant, l’avenir de l’industrie papetière ne se fera pas sans le recyclage du papier - recyclage qui fournit une partie de la réponse aux grands défis environnementaux posés par la production de papier. Il suffit de regarder les chiffres :

  • 1 tonne de papier recyclé équivaut à 3 à 5 tonnes de bois.
  • la production de papier recyclé économise aussi environ 90% d'eau et réduit de moitié l'énergie nécessaire à la fabrication du papier.
  • avec 1,2 tonne de papiers usagés, on peut fabriquer 1 tonne de papier recyclé, là où 2 tonnes de pâte à papier sont nécessaires pour produire 1 tonne de papier à base de fibres vierges.
  • si trois fois plus de livres étaient imprimés sur du papier recyclé, les émissions de gaz à effet de serre de cette industrie pourraient être divisées par deux.

Bref, trier ses papiers, c’est contribuer à une moindre consommation des ressources naturelles, à la réduction du volume des déchets et à fournir aux papetiers une matière première abondante et meilleure marché. Mais on peut mieux faire ! Car aujourd’hui, seul 1 papier sur 2 est trié.

 

Le recyclage de papier, une industrie éco-responsable

En France, où très peu d’exploitations fournissent du bois pour la pâte à papier, nous sommes contraints à en importer, entraînant un bilan carbone défavorable. Utiliser de vieux papiers pour fabriquer du papier permet donc de diminuer les tensions sur la matière bois.

Quasi-inépuisable, cette ressource est disponible à proximité immédiate des entreprises de transformation. Enfin, cette industrie assez récente et aux processus industriels performants, veille à maîtriser son empreinte écologique.

 

Mais le recyclage du papier a ses limites

Car au fil des opérations de recyclage, la qualité des fibres diminue. Une même fibre peut être réutilisée 2 à 5 fois, mais pas indéfiniment, et il faut donc réintroduire régulièrement des fibres vierges dans la chaîne de production.

 

L’autre problème avec le papier recyclé ?

C’est que nous en achetons (trop) peu ! Nos habitudes de consommation ont la peau dure, et pourtant chacun de nous a la responsabilité de faire progresser sa consommation de papier recyclé, en repensant ses usages par exemple.

Autre point faible, le papier recyclé soufre de la mauvaise réputation de ses prédécesseurs pelucheux et absorbants. Mais depuis, tout a progressé : le papier est lisse, ne peluche plus et l'utilisation en photocopieuses ou en imprimantes ne constitue plus un obstacle. Avec les nouveaux procédés de fabrication et de blanchiment sans chlore, il est même possible d'obtenir du papier recyclé blanc, adapté aux communications les plus prestigieuses.

 

Et pourtant, les bénéfices économiques du recyclage de papier sont là pour nous tous

  • L’économie du recyclage soutient l’industrie et les emplois locaux, en considérant les papiers comme une nouvelle matière première créatrice de valeur et non comme un déchet. Ainsi, l'industrie du papier et du recyclage représente plus de 90 000 emplois en France, l’emploi dans le secteur du recyclage ayant augmenté de 36% en 10 ans.
  • L’économie du recyclage est une économie d’innovation, car pour garantir la qualité du papier recyclé, les industriels du papier doivent investir.
  • L’économie du recyclage développe l’économie locale, car il est moins coûteux et plus efficace de transformer les vieux papiers à proximité de leurs lieux de collecte.

Aussi, le déclin de la filière du papier recyclé auquel on assiste en ce moment se révèle un véritable drame social et écologique.

Sur le site de la WWF, on peut lire : « La faible part des achats de papier recyclé en France pénalise le développement de l’économie circulaire locale, avec tous ses atouts de réduction d’impacts environnementaux (eau, énergie, ressources) et de création d’emplois ».

D’un point de vue global, les papeteries françaises se portent mal, avec des conséquences directes sur la production de papier recyclé. Ainsi, le papetier Arjowiggins - l’un des principaux en France à transformer les vieux papiers – a-t-il été contraint en 2019 de cesser ses activités à Château-Thierry et dans la Sarthe, où l’une de ses usines était la seule à produire certains types de papier recyclé, pour la bureautique et l’édition. Résultat, les imprimeries locales doivent désormais se fournir en papier à l’étranger, aggravant le bilan carbone.

 

Les causes du déclin

En premier chef, la dématérialisation, qui entraîne une moindre circulation de papier.

Mais ce n’est pas la seule raison. L’année 2018 a été marquée par une envolée du prix de la pâte à papier vierge, en raison d’une forte demande en Chine, entraînant de graves conséquences économiques chez nos papetiers.

Un autre frein au développement de la filière du recyclage dans la bureautique, c’est l’orientation du marché mondial vers le recyclage en emballage.

 

Alors où en est-on vraiment avec le papier recyclé ?

La France recycle environ 66% de sa production de papier, soit environ 171 kilos de papier recyclé par seconde ou encore 5,3 millions de tonnes de papier par an, faisant de l’industrie papetière la première industrie de recyclage en France.

Les matières premières utilisées par l’industrie papetière en France proviennent pour 40% des déchets de scierie et de bois d’éclaircie. Les 60% restant sont issues du recyclage.

Il n’en reste pas moins que la rareté des canaux de collecte des vieux papiers constitue le principal frein au marché. Pour le développement de la filière du recyclage, il nous faudra donc compter sur la volonté croissante de la protection de l’environnement et sur la montée en popularité du papier recyclé.

Chez Mille et Une Feuilles, nos deuxièmes meilleures ventes sont les papiers recyclés y compris le papier kraft (juste après le carton plume). Nous en vendons ainsi beaucoup plus que du papier Pollen, sachant que même ce dernier se met au recyclé !

 

Et vous, où en êtes-vous avec le papier recyclé ?

 

Mise en mots par Cécile Douay

Rédactrice Web pour Mille et Une Feuilles

Lire tout le message
Publié le par

Innovation papier (1/3) : les machines n'ont pas encore dit leur dernier mot !

Lire tout le message: Innovation papier (1/3) : les machines n'ont pas encore dit leur dernier mot !

Malgré tous les dispositifs mis en place pour recycler le papier, savez-vous que seule la moitié du papier est recyclée en France ? Voici trois innovations qui pourraient améliorer non seulement ce pourcentage, mais aussi la qualité du papier issu du recyclage.

 

Une solution pour mieux ré-utiliser le papier A4

Aujourd'hui, comme tous les types de papiers sont mélangés dans les centres de tri, il n'est possible de fabriquer que du papier de faible ou de moindre qualité. Pourtant, en n'utilisant que du papier de bonne qualité - comme toutes ces feuilles A4 blanches largement utilisées et gaspillées dans les entreprises - il est possible de refaire du papier de grande qualité.

Une nouvelle machine, présentée par l'organisme Ecofolio, permet grâce à un capteur à infrarouge, de détecter les beaux papiers sur les tapis roulant des centres de tri, de les extraire et de les mettre de côté avec un système de soufflerie.

De cette manière, les fabricants de papier peuvent récupérer une matière première bien moins onéreuse que le bois et fabriquer de manière beaucoup plus écologique, en utilisant moins d'eau et en produisant moins de gaz à effet de serre qu'avec des arbres.

 

Une machine pour recycler le papier au bureau

Après la poubelle à papier, c'est l'usine de recyclage elle-même qui s'invite dans l'entreprise. Commercialisée par Epson, la PaperLab peut fabriquer jusqu’à 14 feuilles A4 par minute, mais aussi différents formats de feuilles (comme des cartes de visite en papier cartonné) et même du papier parfumé…

Dans l'imposante machine, le papier à recycler est d’abord transformé en fibres. A ces longs filaments est ajoutée une couleur ou une propriété particulière (résistance, brillance…). Enfin, le tout est pressé pour être transformé en feuilles de papier.

Le plus gros avantage de cette machine ? La très faible consommation d'eau : juste ce qu'il faut pour conserver un minimum d'humidité. L'entreprise qui en est équipée peut aussi demander à ce que les camions de collecte ne passent plus chez elle, réduisant par conséquent les émissions de CO2. Face à ces atouts, des doutes persistent cependant sur sa consommation d’énergie, les substances chimiques utilisées et la façon dont l’encre extraite des feuilles est évacuée.

 

Une imprimante sans encre avec papier auto-recyclé

L'imprimante Preapeat développée par la société japonaise Sanwa Newtec n’utilise ni toner, ni encre et permet même de réutiliser son papier. Un papier spécialement conçu pour cet usage, car il s'agit de feuilles recouvertes d’un léger film plastique et qui s'impriment grâce au principe Leuco selon lequel une molécule peut avoir deux formes, dont l’une est incolore.

En plus d'être écologique, cette imprimante est économique : l’impression à la page revient à deux fois moins cher que celle d’une feuille de papier traditionnelle avec une imprimante laser. Pour couronner le tout, la PrePeat consomme moins d'électricité qu’une imprimante laser.

Alors, quelle innovation vous paraît la plus prometteuse ?

 

Cécile Douay

Rédactrice web

Lire tout le message
Publié le par

6 types de papier, 6 découvertes - Le papier recyclé

papier-recycle-jaune-citron.gifPrisé et encouragé, le papier recyclé est un papier contenant au moins 50% de fibres recyclées, issues de vieux papiers imprimés.

Aujourd'hui, 100 % des journaux sont en fibres recyclées, 80 % des emballages, 50 % des papiers d'hygiène et seulement 13 % des papiers d'impression et d'écriture. La marge de progression est donc encore grande…

Néanmoins, on ne pourra pas se passer totalement de papier vierge, car une même fibre ne peut être réutilisée que jusqu'à 5 fois – ce qui n'est déjà pas si mal ! Le conseil de WWF est le suivant : utiliser du papier recyclé au moins quatre fois sur cinq.

 

papier-recycle-orange-abric.gif

Petite histoire de la fabrication du papier recyclé

Le papier recyclé n'est pas si jeune ! Au Japon, le Kamiya-gami était déjà fabriqué au XIe siècle à partir de vieux papiers.

Le Danois George Illy aurait été le premier, en 1695, à recycler du papier après désencrage, en utilisant la technique du lavage. Le premier brevet pour ce procédé est déposé en 1800 par l'Anglais Matthias Koops, et au XXe siècle, le désencrage par lavage est la technique la plus utilisée aux Etats-Unis. Lors de la phase de désintégration, le papier est détaché, avec ajout de soude si l'encre n'est pas soluble dans l'eau et parfois d'agents de blanchiment. La pâte obtenue est une nouvelle fois rincée à l'eau sur une toile, qui retient les fibres désencrées. Cette méthode très efficace présente l'inconvénient de consommer beaucoup d'eau.

papier-recycle-rouge.gifAprès la Seconde Guerre mondiale, c'est la technique de désencrage par flottation qui est privilégiée en Europe. Préconisée dès 1925 par Berl et Pfammuller, elle est utilisée pour la première fois de manière industrielle par l'Américain J.W. Jelks en 1950. Elle a l'avantage de consommer moins d'eau, mais se révèle moins efficace pour désencrer le papier.

De nos jours, les industriels mixent les deux procédés. Si le processus de fabrication reste consommateur d'énergie et d'eau, il minimise tout de même l'impact sur l'environnement.

  • Etape 1 : les papiers sont broyés et mélangés à l'eau, les contaminants (plastiques, agrafes, sables, colle, etc.) sont extraits à l'aide de tamis et d'un épurateur.
  • papier-recycle-marron-choco.gifEtape 2 : le désencrage commence par le procédé physico-chimique de flottaison et se termine par l'essorage/lavage.
  • Etape 3 : le papier est blanchi avec de l'eau oxygénée, la finition est effectuée grâce à des adjuvants : carbonate de calcium, kaolin ou talc.

Malheureusement, tous les papiers ne se recyclent pas aussi facilement :

  • les plus simples à recycler sont les revues, les magazines, journaux, catalogues et prospectus, les enveloppes, le papier de bureau, de cahiers et de blocs-notes.
  • le traitement des enveloppes à fenêtre, étiquettes autocollantes, chemises colorées, du papier calque et du papier paraffiné nécessite des technologies plus avancées, avec un impact environnemental plus fort.
  • papier-recycle-vert-mousse.gifEnfin, les mouchoirs en papier, les couches, la vaisselle jetable, les lingettes, le papier alimentaire, certains papiers plastifiés et tous les papiers souillés ne sont pas valorisables.
  • Les emballages, quant à eux, sont dédiés à la fabrication du carton recyclé.

Pour reconnaître le papier recyclé, suivez les labels : Ange Bleu (papier 100% recyclé et production propre), APUR (garantit le taux de fibres de récupération) et NAPM (indique la proportion de fibres cellulosiques de récupération utilisées).

 

Y avait-il plus belle manière de clore notre série sur les différents types de papier, justement lors de la semaine du développement durable ?

 

Cécile d’Orthozen

Lire tout le message