Google

Et vous, où en êtes-vous avec le papier ?

Publié le par

Et vous, où en êtes-vous avec le papier ?

Et vous, où en êtes-vous avec le papier ?

Après ma terrible déception suite à l'annonce par Clairefontaine de ne plus produire sa gamme de produits en papier recyclé Forever - et même si j'ai trouvé chez Maki de nouveaux produits à vous proposer -, je me pose la question de notre façon d'utiliser le papier au quotidien et, plus que jamais, j'ai envie de vous encourager à utiliser du papier recyclé, ou au moins du papier Made in France.

Pourquoi ? Pour des raisons qui concernent chacun d'entre nous : la préservation de notre santé, celle de nos ressources et de notre Terre (qui, s'il est nécessaire de le rappeler, sera toujours plus forte que l'homme…). Il n'est pas question de tendance ou de surfer sur la vague écolo. Mais bien de comprendre ce qui est en jeu aujourd'hui : notre santé, celle de nos propres enfants et la qualité de notre vie. Aujourd'hui, pas demain. 

Ce thème, nous en avons déjà beaucoup parlé chez Mille et Une Feuilles. N'hésitez pas à (re)lire nos articles sur nos engagements et les enjeux écologiques du papier :

 

Apprendre à bien utiliser le papier

Même dans notre société connectée, le papier conserve encore toute son utilité et sa noblesse. Mais il s'agit désormais de savoir le choisir et d'adopter les bons réflexes d'utilisation.

La première bonne habitude est de choisir du papier labellisé PEFC ou FSC, garantissant que le papier est fabriqué avec des arbres issus de forêts gérés durablement et de manière responsable. De cette manière, on a la certitude de ne pas faire rimer "papier" avec "déforestation".

La deuxième bonne habitude est de recycler systématiquement nos papiers. Collectés, triés, recyclés et valorisés, ils deviennent de véritables ressources au sein d'une démarche d’économie circulaire vertueuse.

A la maison ou dans l'entreprise, n'avons-nous pas tous déjà pris de bonnes résolutions, au niveau de nos achats alimentaires et de produits d'hygiène, de notre consommation d'eau et d'énergie ? Alors pourquoi ne ferions-nous pas la même chose avec le papier ?

Imaginez l'impact si chacun de nous adoptait ces réflexes :

  • Utiliser du papier de faible grammage (70 g/m²) pour l'usage courant
  • Ajouter un message environnemental sous la signature de ses e-mails
  • Utiliser comme brouillon le verso des papiers imprimés ou déjà écrits
  • Eviter les espaces inutiles pour limiter le nombre de pages à imprimer
  • Vérifier l'aperçu avant impression afin de ne pas imprimer inutilement
  • Utiliser le mode "brouillon" de l'imprimante si cela est suffisant
  • Limiter les impressions en couleurs
  • Pour une réunion ou une formation, n'imprimer que le nombre d'exemplaires correspondant au nombre de participants
  • Imprimer 2 slides par page, en recto/verso
  • Pour les rapports volumineux, n'imprimer qu'un seul exemplaire à faire circuler
  • Choisir des fournisseurs et un imprimeur qui tiennent compte de l'impact environnemental
  • Réserver une poubelle pour le papier à recycler
  • Rappeler régulièrement à son entourage ou à ses collaborateurs que le papier se recycle

Et enfin, utiliser du papier recyclé ! Il en existe de très bonne qualité, compatible avec une belle image de marque.

Aujourd'hui, le taux d’utilisation du papier recyclé ne dépasse pas 12 % en Europe. Cela fait mal au cœur, lorsque l'on sait que la production des papiers recyclés émet jusqu’à 38 % de CO2 en moins que celle d’un papier à fibres vierges et nécessite jusqu’à 2,5 fois moins d’eau et d’énergie…

 

Environnement, économies, recyclage, image de marque : les enjeux du papier recyclé

En plus de l'impact environnemental de la production de papier, il est intéressant de regarder quelques chiffres…

10 000 à 25 000 euros par an : c'est le coût estimé par l'ADEME de la consommation de papier à usage interne au sein d'une entreprise d’une centaine de personnes. A cela s’ajoute des coûts indirects, comme l'achat des cartouches d’encre et la maintenance des imprimantes. Autre chiffre intéressant, celui du coût des impressions inutiles en France qui représenterait 400 millions d’euros chaque année !

On comprend alors tout l'intérêt d'économiser le papier et surtout de le recycler !

Il faut aussi considérer les avantages en termes de communication interne et externe. En adoptant une consommation raisonnée du papier, il est possible de marquer beaucoup de points :

  • Sensibiliser ses collaborateurs à une "attitude responsable et durable"
  • Créer de la cohésion en fédérant les équipes autour d’une thématique commune
  • Véhiculer une image éthique aussi bien en interne qu’auprès de ses clients, partenaires et investisseurs
  • Engager une démarche globale de développement durable.

Dans le cas particulier des imprimeurs, le « Green business » est même devenu incontournable : aujourd’hui, leurs clients et donneurs d'ordre exigent qu'ils intègrent une démarche environnementale dans leur système de production. 

 

Passer au tout numérique : est-ce une solution ?

Malgré les nombreuses injonctions de remplacer le support papier par le numérique, il s'avère que le numérique n’est pas forcément plus écologique que le papier.

  • Le visionnage, l'envoi, le téléchargement et le stockage d’un document consomment de l’énergie. Imaginez une même facture enregistrée à la fois dans sa messagerie, sur le disque de son ordinateur et chez le fournisseur : cela multiplie par trois cette consommation !
  • Le numérique, immatériel dit-on ? Pouvoir visionner, il faut toujours un support : ordinateur, tablette, mobile, dont l’impact environnemental n'est pas négligeable, tant pour la fabrication, que l’utilisation et le recyclage. Sans compter que, selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, 75 % des déchets d’équipement électriques et électroniques ne sont pas recyclés - et que la tendance est de changer de support régulièrement (en moyenne, un smartphone tous les dix-huit mois)…

De son côté, le papier conserve toujours de précieux avantages. Il permet de conserver des données de manière illimitée, et cela d'une façon plus sécurisé que le numérique.

Enfin, on peut consulter un document en version papier autant de fois qu’on le veut, sans que cela ne pèse sur son empreinte énergétique : consulter plusieurs fois sa facture imprimée ne coûte rien, mais l’ouvrir en version numérique implique une nouvelle navigation, un nouveau téléchargement.

Même raisonnement pour les livres, que l'on peut ensuite s'échanger ou revendre, plutôt que de les consulter sur une liseuse qui consomme de l'énergie.

Finalement, le papier n'est pas prêt de disparaître de nos vies… et c'est tant mieux !

 

Amoureuse du papier un jour, amoureuse du papier toujours !

 

Stéphanie Rivier

Mise en forme par Cécile Douay

Rédactrice web


Seuls les utilisateurs inscrits peuvent poster des commentaires.
Se connecter et poster un commentaire S'inscrire maintenant