Google

Messages sur ce sujet: origami

Le Blog 1001 feuilles


Publié le par

4 questions - 4 réponses pour tout savoir sur le papier origami

Lire tout le message: 4 questions - 4 réponses pour tout savoir sur le papier origami

Notre dernier article sur le papier calque vous a-t-il plu ? Avez-vous appris des choses intéressantes ?

Notre objectif : vous rendre incollables sur le papier d’ici cet été ! Alors nous continuons à étoffer votre culture du papier en répondant aux plus grandes questions que vous vous posez sur le papier origami.

 

  1. Qu'est-ce que l'origami

L'origami se définit comme l'art du pliage de papier. Le mot lui-même se compose du verbe japonais "ORU" (= plier) et du nom "KAMI" (= papier).

Même s’il est probablement né en Chine, l’origami est reconnu aujourd’hui comme un art traditionnel japonais. Bien plus encore, l’origami est une culture vivante, une philosophie, voire une science, tant ses possibilités sont illimitées.

À partir d'une simple feuille de papier de forme carrée, à laquelle on applique une succession de pliages, on peut en effet créer une multitude de modèles, figures, objets, personnages, animaux, créatures, et même des monuments … sans découpage ni collage !

L’origami est une source sans limite d’imagination et de créativité, mais aussi de développement d’aptitudes manuelles. L’origami développe les capacités d’écoute, d’attention, de précision, de concentration.

Satisfaction garantie, dès le résultat obtenu !

En complément, lisez l’article que nous avons déjà publié : Qu'est-ce que l'Origami ?

 

  1. Quel papier choisir pour l'origami ?

Vous pouvez utiliser du papier spécial origami, mais théoriquement, vous pouvez faire de l’origami avec n’importe quel papier : du papier léger (papier de soie, serviette de table, crépon, calque...), du papier moyen (papier kraft, papier cadeau, papier d'impression, feuilles de magazine, papier aluminium, papier recyclé...) ou du papier fort (carton, carte postale, photo...).

La bonne tenue et le résultat final de votre création dépendront de la texture et du grammage. C’est pourquoi nous préconisons un grammage minimal de 70 g/m². Sachez aussi que les papiers les plus légers (inférieur à 80 g/m2) permettent de travailler davantage les détails.

Autre paramètre, la dimension du papier :

  • le 7,5×7,5 cm est destiné aux pliages qui consistent à créer plusieurs éléments à assembler
  • le 15×15 cm, adapté à l’initiation et aux tout-petits, permet de créer des modèles simples
  • le 20×20 cm est plutôt pour un niveau intermédiaire
  • le 30×30cm (et plus) fait le bonheur des experts de l’origami, en permettant plusieurs dizaines à plusieurs centaines de pliages.

 

  1. Peut-on imprimer son papier origami ?

Oui !

C’est même une alternative qui peut se révéler économique et vous permettre d’obtenir les motifs et les couleurs que vous voulez vraiment. Vous pouvez utiliser du papier classique pour imprimante.

Nous avons déniché pour vous ce générateur de motifs, qui propose une grande variété de dessins et de couleurs, et donc de combinaisons.

À vous de jouer sur Colorigami

 

  1. Que peut-on fabriquer en origami ?

Tout ou presque … en tout cas beaucoup !

Abat-jour, bijoux, guirlandes, déco de Noël, moulin à vent, mais aussi cocottes et bombe à eau … Il n’y a qu’à parcourir Pinterest pour trouver maints tutos origami, à commencer par notre compte Pinterest.

Amoureux du papier, continuez à nous suivre, le mois prochain, on vous dit tout sur le papier recyclé !

 

Mise en mots par Cécile Douay

Rédactrice Web pour Mille et Une Feuilles

Lire tout le message
Publié le par

Des nouveautés 2019 pour mettre du pep’s dans toutes vos créations papier

Lire tout le message: Des nouveautés 2019 pour mettre du pep’s dans toutes vos créations papier

Chez votre papeterie créative Mille et Une Feuilles, nouvelle année, rime avec nouveautés !

Comme nous vous le disions dans notre dernière newsletter, nous sommes revenus du showroom de Clairefontaine les bras chargés de nouveaux produits, sélectionnés parce qu’ils sont beaux, de qualité et surtout en phase nos valeurs.

 

Le retour en force des gommettes

Nouveaux designs, nouvelles formes, nouvelles couleurs : nous ne pouvions que craquer !

Jetez tout d’abord un œil sur ces fabuleuses gommettes métal :

Et celles-ci, colorées et 100% déco, qu’en pensez-vous ? Nous on adore !

Bien entendu, nous avons pensé à vos bambins avec :

… Plutôt pas mal, n’est-ce pas ?

 

 Must-have : une gamme étendue de papiers origami

Tendance, moderne, liberty, design … de nouveaux papiers origami sont venus égayer nos étagères … ils sont tout simplement fabuleux ! Il nous fallait absolument vous les proposer :

 

De nouvelles couleurs originales dans le rayon des papiers A4

Chez le célèbre fabricant parisien Lalo et chez le spécialiste des papiers recyclés Maki, nous avons également fait de très belles trouvailles, nous permettant de garnir nos rayons de nouveaux papiers A4 aux couleurs aussi jolies qu’originales.

D’autres nouveautés Maki et Clairefontaine vous seront proposées dans l’année.

Vous le voyez, nous avons toujours à cœur de vous offrir le nec plus ultra du papier, et surtout de quoi vous faire plaisir dans toutes vos créations et vos communications papier.

 

Nous avons hâte de connaître votre avis sur toutes ces nouveautés !

 

Mise en mots par Cécile Douay

Rédactrice Web pour Mille et Une Feuilles

 

Lire tout le message
Publié le par

Produit phare de Noël, le papier origami

Lire tout le message: Produit phare de Noël, le papier origami

Ah l’origami ! Est-il nécessaire de vous rappeler que nous en sommes fan ?

Le papier origami se vend toute l’année sur la boutique de Mille et Une Feuilles, se renouvelant sans cesse avec des nouveautés.

Au moment de Noël, il se révèle un formidable support pour confectionner sa déco de Noël. C’est aussi un très joli cadeau à déposer au pied du sapin pour les adeptes du pliage.

Ce que l’on adore avec l’origami (hormis l’abondance des couleurs et des motifs du papier), c’est que c’est une activité parfaite pour déconnecter et prendre du temps pour soi et en famille. Ce temps si précieux en famille pendant les fêtes de fin d’année …

 

Prendre le temps de confectionner sa déco de Noël

Vous trouverez dans nos rayons du papier origami imprimé Noël pour réaliser petits nœuds, couronnes de Noël, sapins, pochettes cadeaux, ballotins de chocolat, photophores, guirlandes ou même un calendrier de l'Avent.

Nous avons déniché pour vous 2 tutos :

Outre la satisfaction de l’objet fini, la pratique de l’origami procure de nombreux bienfaits.

Cela éveille la créativité et le goût artistique, accentue l’écoute et la concentration, tout en stimulant la mémoire visuelle. L’origami facilite la compréhension spatiale, développe la précision et la coordination œil/main. Intéressant pour nos plus jeunes, n’est-ce pas ?

Vous aimez la découverte ? Il y a aussi un set kirigami spécial Noël dans notre boutique !

 

Un cadeau pour une multitude de créations fabuleuses

Pour vos cadeaux de Noël, vous trouverez un large choix dans notre rubrique « papier origami ».

Et il n’y a pas que les enfants qui peuvent s’éclater avec l’origami ! Regardez tout ce que l’on peut réaliser avec de simples feuilles de papier.

Des grues, des étoiles, des fleurs et des cœurs : ceux-là, ce sont les plus courants.

Il y a aussi les mobiles, les guirlandes lumineuses, les lustres, les ombrelles à cocktail, les lanternes, les papillons, les animaux ...

Nos deux idées coup de cœur :

Avant de se lancer dans la réalisation de ces objets plus complexes, il est conseillé de s’entraîner avec du papier japonais uni. Une fois le pliage maîtrisé, alors vous pourrez adopter le beau papier origami !

Pour vous inspirer encore, consultez notre Pinterest ou encore cette page

 

Du papier origami de grande qualité

Chez Mille et Une Feuilles, nous vous proposons des papiers origami de grande qualité estampillés Clairefontaine ou Avenue Mandarine (fabriqués aussi par Clairefontaine).

Nos clients en témoignent : « Nous nous sommes servies de ces papiers avec mes filles pour faire des animaux en papier découpé. Le résultat est excellent. Très bon rendu grâce au produit de Avenue Mandarine, impressionnant de réalisme. Nous avons notamment fait un chien avec un papier qui a pour motif du poil animal. »

« Les coloris sont très sympa et correspondent bien aux photos du site. Le papier est de bonne qualité. Je ne suis pas spécialiste de l'origami donc difficile de comparer à d'autres papiers mais pour les débutants, c'est top. »

Cela vous donne envie de craquer ? Voici de quoi vous convaincre définitivement : en incluant dans votre commande un produit du Coin des Bonnes Affaires, les frais de port vous sont offerts. Même pendant les fêtes de fin d’année.

 

De quoi remplir la hotte à petit prix ... profitez-en !

 

Stéphanie Rivier, mise en mots par Cécile Douay

Rédactrice Web pour Mille et Une Feuilles

Lire tout le message
Publié le par

Mille et Une Feuilles fête ses 10 ans et … les 10 produits de la boutique qui incarnent nos valeurs et notre passion

Lire tout le message: Mille et Une Feuilles fête ses 10 ans et … les 10 produits de la boutique qui incarnent nos valeurs et notre passion

10 ans ! Un bonheur et une fierté, mais aussi de nombreux challenges relevés chaque jour pour vous livrer dans les meilleures conditions et le plus rapidement possible les plus beaux papiers. Ces produits, je les sélectionne avec passion, et tous incarnent mes valeurs : la créativité, l’imagination, le beau, la qualité, l’éthique et la préservation de l’environnement et de la santé.

Pour fêter cet anniversaire qui me remplit de joie, je vous partage mes 10 produits fétiches. 10 produits qui me font vibrer, qui vous font vibrer aussi, et qui racontent tous une partie de notre histoire commune commencée il y a … 10 ans ! Une occasion également de redécouvrir certains de nos articles.

 

1 – Le papier calque

J’aime ce produit pour son élégance, sa transparence, il suggère sans montrer. En particulier le papier calque blanc irisé que Mille et Une Feuilles est la seule boutique à proposer en France. Avec le papier calque, les possibilités sont infinies, autant pour des activités d’enfants que pour les créations les plus raffinées, comme nous vous le disions il y a … 7 ans.

 

2 – Le papier kraft

Son coté brut et sa couleur naturelle me séduisent, tout comme son adaptabilité. Et surtout parce que c’est un biomatériau naturel : biodégradable, sans impact sur la nature et la santé.

La vingtaine de références arrivées en début d’année dans la boutique remporte un vrai succès ! Envie de tout savoir sur le papier kraft ? Lisez notre article : 6 types de papier, 6 découvertes - Le papier kraft !

 

3 – Le carton plume

Ce produit me donne le plaisir de travailler avec les grandes maisons de couture parisiennes, qui s’en servent pour présenter les esquisses des créateurs lors des défilés.

Dans la boutique Mille et Une Feuilles, la gamme vient d’ailleurs de s’agrandir avec 9 nouvelles références et des formats atypiques comme le 122*244 cm et le 140*300 cm.

 

4 – Le papier origami

Il symbolise à merveille mon amour de la création, son côté pédagogique me séduit tout autant. L’origami se pratique à tout âge et permet de magnifiques réalisations, autant pour s’amuser que pour créer des objets déco, voire artistiques. En témoignent tous ces artistes qui font du pliage du papier un art à part entière. Pour en savoir plus sur l’origami, (re)lisez notre article : Qu'est-ce que l'Origami ?

 

5 - Le papier pailleté or

Bien que ce soit un papier recyclé, il a un vrai côté festif ! En fait, j’ai un attachement particulier pour ce papier, avec lequel ma carrière a commencé, il y a presque 20 ans. Je vous raconte …

C’était lors de mon premier jour chez Arjomary Diffusion : je décroche le téléphone et un sympathique imprimeur me demande la différence entre le « papier poussière de lune » et le « papier poussière de soleil ». Ne sachant pas quoi répondre, je lui dis avec le sourire : « il y en a un qui brille le jour et l’autre la nuit ! ». Fou rire général dans le bureau et au téléphone ... un très bon souvenir !

Maintenant, je peux vous dire que le « poussière de lune » est le papier pailleté argent et que le « poussière de soleil » est le papier pailleté or !

 

6 – Le papier recyclé maki brun

Il est arrivé chez Mille et Une Feuilles début 2016 (article de février 2016). Je ne l’ai pas choisi uniquement parce que c’est un papier recyclé et de qualité, mais aussi parce qu’il est fabriqué par une entreprise familiale française, avec qui l’on partage des valeurs communes. Quel soulagement pour moi d’avoir trouvé cette nouvelle marque après la disparition de la gamme Forever de Clairefontaine ! 

 

7 – Les cahiers en papier recyclés Forever

Symboles de mon engagement pour l’éthique et l’écologie, ils ne sont malheureusement plus fabriqués par Clairefontaine. Mais nous en avons encore en stock ! Profitez-en, en cette période de rentrée, pour doter vos enfants de cahiers qui préservent leur santé et celle de la planète. Direction notre rayon de cahiers en papier recyclé !

 

8 – Les papiers, cartes et enveloppes Forever

J’adore leurs couleurs pétillantes ! Mais aujourd’hui, vous l’avez compris, c’est plutôt une histoire de grande déception pour moi … Mille et Une Feuilles, c’est un engagement pour des produits éthiques et responsables, mais aussi parfois des coups de gueule : Et moi qui croyais que Forever voulait dire éternel !

 

9 – Les stickers lézard Rouge de Garance

Un best-seller de la boutique sur ces 10 années ! Et oui, le sticker est un adhésif papier. Les derniers devraient rapidement disparaître de la boutique, alors profitez-en tant qu’il en reste !

 

10 – Les Rhodiarama

Ces petits carnets tout en couleurs et très pratiques au quotidien, je les adore. Je sais qu’ils vous font craquer autant que moi ! Le Rhodiarama, avec son pep’s et son toucher velouté, fait un joli pied de nez aux valeurs faussement authentiques et historiques portées par le fameux Moleskine. Il y a 5 ans, nous vous en parlions : Rhodia : une toute nouvelle gamme de petit carnets à craquer. Une fois qu’on y a goûté, on ne peut plus s’en passer … d’ailleurs, je vous en reparlerai cet automne.

 

Joyeux 10 ans Mille et Une Feuilles, que ta réussite perdure, un peu, beaucoup, passionnément !!

 

Stéphanie Rivier, mise en mots par Cécile Douay
Rédactrice Web pour Mille et Une Feuilles

Lire tout le message
Publié le par

Les artistes contemporains du papier nous en mettent plein la vue (3/3) ! - Cuong Nguyen

Lire tout le message: Les artistes contemporains du papier nous en mettent plein la vue (3/3) ! - Cuong Nguyen

Nous vous parlons souvent de l'origami, cet art du pliage de papier issu du Japon et qui permet de transformer une simple feuille de papier en objet ou en personnage, sans colle ni ciseaux. Mais connaissez-vous son étymologie ? Le terme "Origami" vient du verbe japonais "oru" qui signifie "plier" et du nom "kami" qui veut dire "papier". CQFD …

Aujourd’hui, vous allez vraiment voir en quoi l’origami est véritablement un art !

Après les Français Zim&Zou et le Japonais Yusuke Oono, voici le troisième et dernier artiste contemporain du papier que nous voulions vous présenter. Il s’agit du vietnamien Nguyễn Hùng Cường.

 

Un maître de l’origami

A 6 ans, il pliait déjà du papier (au Vietnam, le pliage de papier est enseigné dans les premiers cycles scolaires). A 10 ans, il créait son premier modèle : un cochon ! Aujourd’hui, il est passé au rang de maître de l’origami.

Le virus, il l’a attrapé en lisant le livre « Prehistoric Origami » de John Montroll que sa maman lui a offert en 1997 lorsqu’il avait 8 ans. Ce fut le premier d’une longue série d’ouvrages à travers lesquels il a appris tout l’art du pliage des origamis. Quand il ne trouva plus de modèles à reproduire dans les livres disponibles au Vietnam, il se mit à concevoir ses propres créations.

Depuis 2004, il fait partie du VOG (Vietnam Origami Group). Son mentor est Robert J. Lang et son livre "Origami Design Secrets" dont il s’inspire pour imaginer ses modèles.

 

D’extraordinaires animaux de papier

Basé à Hanoi où il est étudiant à l’Université Technologique, l’artiste crée de superbes créatures et scènes animalières. Sa spécialité, c’est d’utiliser pour ses créations un papier traditionnel vietnamien appelé le Dó.

Sa production préférée est le gorille, car, dit-il « c’est celui qui me fait passer le meilleur moment lors du pliage. Il n’est pas compliqué, mais pas simple non plus ».

A le voir, nous n’en doutons pas …

 

Amoureux du papier un jour, amoureux du papier toujours …

Publié dans plusieurs revues, l’artiste vit sa pratique comme une passion et non comme une activité rémunératrice. Il déplore que l’origami ne reste aux yeux des gens qu’une activité manuelle pour enfant, alors que c’est un véritable art !

« C’est toujours difficile, mais quand on y arrive, c’est le plus beau des sentiments », confie-t-il.

Pour découvrir ses superbes créations, vous pouvez cliquer sur sa page flickr et sur l’album Pinterest de Mille et Une Feuilles.

 

Nous, nous retournons à nos modèles plus … simples !!!

 

Cécile Douay
Rédactrice Web pour Mille et Une Feuilles

Lire tout le message
Publié le par

L’art du papier dans le cinéma

Lire tout le message: L’art du papier dans le cinéma

Après les bijoux publicitaires façonnés grâce au papier, voici maintenant des créations cinématographiques épatantes, réalisées elles aussi avec du papier. Que de patience, de minutie et d’inventivité. Encore une fois, nous sommes subjugués !

Place au rêve…

 

Lotte Reiniger, à l’origine du papier découpé dans l’animation

Son grand chef-d’œuvre, Les Aventures du Prince Ahmed, est le plus ancien long métrage d’animation conservé. En utilisant la technique du papier découpé - ou « cut-out », la réalisatrice allemande a créé une animation de silhouettes et d’ombres chinoises, véritable prouesse technique pour l’époque. Trois ans lui furent nécessaires, de 1923 à 1926, pour réaliser ce film de 65 minutes et de 100 000 images.

Les personnages aux membres articulés grâce à des attaches parisiennes, furent animés image par image. La caméra était disposée verticalement, au-dessus d’une table comportant un large trou recouvert d’une vitre, puis d’un papier transparent sur lequel étaient disposées les marionnettes de papier. C’est ce système rudimentaire qui inspirera plus tard Disney, à qui l’on attribue (à tort) l’invention de la caméra multiplan … alors qu’il en a simplement perfectionné la technique.

Des réalisations de Lotte Reiniger se dégagent une grande poésie, une finesse du mouvement et une fluidité incroyable, au regard des moyens employés. Un vrai travail d’orfèvre ! Rendu de nos jours bien plus facile grâce au numérique…

Application

 

Les 3 Inventeurs de Michel Ocelot

Dans ce court métrage d’animation de 13 minutes réalisé en 1979, le réalisateur rend hommage aux chercheurs et inventeurs qui furent maltraités et parfois tués. Tels Lavoisier, guillotiné après que le juge ait déclaré : "La République n'a pas besoin de savants" ou Thimonnier, inventeur de la machine à coudre, et Jacquard, inventeur du métier éponyme, dont les machines furent détruites par des ouvriers.

Avec Les 3 Inventeurs, Michel Ocelot a voulu répondre aux détraqueurs de son animation précédente et montrer que la technique du papier découpé n’est pas une technique d’amateur, mais bien de professionnel. Et voilà de quoi le film se compose : de papier blanc, de napperons en papier, de coups de ciseaux, de fil et de ruban adhésif. Il nécessita 5 mois d’exécution, puis 3 mois de tournage - dans une maison perdue dans les Cévennes. Même le bruitage a été fait avec du papier, sauf le son de la clochette.

« J’ai imaginé "Les 3 Inventeurs" comme mon chef d’œuvre, mais chef d’œuvre au sens d’ouvrier-compagnon. Un objet exceptionnel qui prouve sa maîtrise, qu’on ne fait qu’une fois dans sa vie et qu’on met ensuite dans une vitrine », explique le créateur de Kirikou sur son site internet (www.michelocelot.fr). « J’ai franchement fait tout le film au papier, et en papier blanc et éclairé de côté pour que l’on voit bien que c’était du papier à découper et en jouant sur le fait que c’était la matière papier, en la découpant, pliant, détruisant. Ce film c’était moi, j’ai tout dessiné, et tout fait. Je travaillais du lever au coucher, j'accomplissais quelque chose, j'étais heureux ».

Application

 

Actuellement au cinéma : Kubo et l’Armure Magique

Cette aventure fantasy récemment sortie sur grand écran, fut réalisée en grande partie grâce à la technique du stop-motion : une animation image par image d’objets physiques. L’animation en volume se mêle aux images de synthèse avec une même impression de réalité, comme au moment où les origamis prennent vie, ou quand, à l’aide de l’instrument à corde de sa mère, un instrument magique, le petit héros plie et déplie des feuilles de papier qui se mettent à bouger, matérialisant un guerrier, un monstre ou une princesse…

Application

 

Une sortie ciné, ça vous dit ?

 

Cécile Douay
Rédaction web

Lire tout le message
Publié le par

L’art du papier dans la publicité

Lire tout le message: L’art du papier dans la publicité

Rien d’autre ne nous met plus en joie que de vous faire découvrir les innombrables créations possibles avec le papier, et que cet art s’invite dans tous les domaines y compris dans la publicité.

Entre poésie et art du pliage, voici trois réalisations époustouflantes qui témoignent d’une imagination et d’une patience sans limite.

  

La publicité pour le New York Times Magazine par l’artiste Julien Vallée

À l’ère digitale, le talent de Julien Vallée est de savoir fusionner les dernières tendances technologiques avec le matériel réel et physique, notamment le papier, son matériau de prédilection.

Dans ce billboard animé, le motion designer montréalais fait se déployer en quelques secondes le titre du célèbre magazine américain.

La technique qu’il a utilisée est le Paper cut (ou art cut), qui consiste à créer des compositions digitales avec du papier découpé. Et c’est ce que l’artiste aime : transformer une simple feuille de papier en un objet qui peut communiquer.

Dans cette création publicitaire, le revers coloré de chaque lettre illustre la variété des sujets abordés par le magazine et le papier a été utilisé pour établir une connexion entre les contenus vidéo proposés par le New York Times Magazine sur son site internet et les sujets traités dans le print.

Application

 

La publicité Orange Origami

Lorsque l’on évoque l'art du papier, on pense souvent à l'origami, issu de la culture asiatique en Chine et au Japon. La publicité d’Orange pour son forfait mobile Origami interprète avec maestria cet art du pliage à travers une réalisation étonnante.

En parallèle de cette publicité diffusée en 2010, Orange avait lancé une campagne autour du paper toy : les 130 premières personnes ayant collectionné leurs 13 PaperToyz étaient récompensées par des cadeaux.

Application

 

La Publicité pour le vignoble californien Beringer par l’artiste Su Blackwell

Su Blackwell, artiste contemporaine vivant à Londres, crée des livres-sculptures. En découpant les pages de vieux livres, elle réalise des scènes en trois dimensions, comme elle a pu le faire pour illustrer l’œuvre Alice au pays des merveilles.

Ce StopMotion réalisé pour Beringer recrée un vignoble en papier, aussi magnifique dans sa créativité que dans sa réalisation.

Il aura nécessité 6 animateurs, 130 pieds de vignes en papier, 9 000 feuilles de vigne en papier et environ un million de coups de ciseaux !

Application

 

Et vous, êtes-vous autant fascinés que nous par ces créations ?

 

Cécile Douay
Rédaction web

Lire tout le message
Publié le par

Mille et Une Feuilles reçoit Naomi Martino : "En Guadeloupe à Noël, les chanté Nwèl résonnent partout, à la radio, dans les rues et dans les magasins".

Lire tout le message: Mille et Une Feuilles reçoit Naomi Martino : "En Guadeloupe à Noël, les chanté Nwèl résonnent partout, à la radio, dans les rues et dans les magasins".

Après la Martinique, nous faisons un saut de puce vers la Guadeloupe ! Naomi Martino, gérante de l’Ecrin de Chocolat, nous y reçoit et nous met littéralement l’eau à la bouche…

 

Stéphanie – Naomi, peux-tu nous présenter ton activité et ton actualité du moment ?

Naomi – Je vis en Guadeloupe, où je suis artisan chocolatier. Je propose des produits de chocolats (non non, il n'y a pas de fautes), à partir de nos essences locales, de tout produit du terroir guadeloupéen se mariant avec le chocolat, et de cacao de Guadeloupe. On retrouve dans ma gamme les bonbons de chocolat (passion, goyave, ananas bouteille, menthe, bois d'Indes des Saintes...), les tablettes, les pâtes à tartiner, les mendiants et les palets de chocolat.

Je cherche toujours à innover en faisant du bon et du beau. J'ai un positionnement haut de gamme et je propose donc des chocolats fins.

En octobre 2013, j'ai été nommée Espoir du Chocolat 2013 au Salon International du Chocolat à Paris. Cette année, le Club des Croqueurs de Chocolat m’a classée dans son Guide parmi les 200 meilleurs chocolatiers du monde.

Mon actualité ? L’ouverture le 5 décembre de l’Écrin, une boutique atelier, et à cette occasion la célébration de ma dernière distinction, avec toute la Guadeloupe. Au programme : ateliers, dégustations gratuites, vente de produits, exposition d'autres produits du terroir et d'autres jeunes guadeloupéens agro-transformateurs.

 

Stéphanie – Tu vas nous parler des traditions de Noël spécifiques à la Guadeloupe. Qu'est-ce qui rend spécial un Noël guadeloupéen ?

Naomi – Avant tout, ce sont les chanté Nwèl, que l’on entend partout, à la radio, dans les rues et les magasins ! Chez nous, Noël est une grande fête pas seulement partagée en famille, mais avec tous ses amis et ses voisins. Chacun se reçoit à tour de rôle pour chanter, pour le « tué cochon » et déguster plein de choses délicieuses ! Le boudin antillais, le jambon à l’ananas, les douceurs coco et le schrubb évidemment… Les maisons sont décorées et illuminées et les jardins sont ornés du Fleuri – Noël, cet arbrisseau aux magnifiques petites fleurs blanches.

La tradition du Noël « Kakado » a refait sont apparition dans la commune de Vieux-Habitants. Autour des crèches, les gens se retrouvent pour un moment festif au rythme des "Bèlè", inspirés des chants de travail des cueilleuses de café. Il s’y déroulent aussi de nombreuses animations comme la cérémonie du bouquet, le passage du foulard, le couronnement, le déboulé aux flambeaux...

 

Stéphanie – En Guadeloupe, est-il aussi de coutume d'envoyer des cartes de vœux ? Les gens aiment-ils les fabriquer eux-mêmes ?

Naomi – Je pense que la coutume perdure, même si elle n’a pas l’éclat d’autrefois car elle se perd face aux nouvelles technologies d’envoi. Quand j’étais plus jeune, maman nous faisait faire nos cartes de vœux à envoyer à ma grand-mère, cousins et cousines, pour leur souhaiter de joyeuses fêtes. Bien sûr, il y avait toujours le joli petit dessin d’artiste sur la couverture ou au dos.

 

Stéphanie – As-tu un souvenir particulier d'un Noël passé en Guadeloupe ?

Naomi – Oui, le Noël où j’ai compris que le père Noël, était … mon père ! Plus sérieusement, ce qui est particulièrement marquant pour moi, c’est que Noël est très familial chez nous.

 

Stéphanie – Lors de tes études en métropole, quelle tradition de Guadeloupe avais-tu à cœur de respecter à chaque Noël ?

Naomi – A ce moment-là, il était pour moi impensable de louper le traditionnel repas de Noël en famille chez ma grand-mère ! Ce n’est pas parce que j’étais loin de mon île que je devais me passer de toutes ces bonnes choses : les accras, les boudins créoles, le jambon de Noël, les petits pâtés, le punch au coco et le sirop de groseille…


 

Stéphanie – Et si nous allions faire un petit tour dans la boutique Mille et Une Feuilles… Quel papier aimerais-tu utiliser pour tes propres cartes de vœux ?

Naomi – Sans hésiter, je choisirais le papier recyclé chocolat Forever … évidemment ! A associer aux enveloppes recyclées tabac Forever.

 

Stéphanie – Enfin, quels sont tes 4 produits coup de coeur dans le rayon loisirs créatifs enfants ?

Naomi – Ta boutique recèle de vrais trésors ! Pour gâter les enfants, je craque pour la boîte créative origami d’Avenue Mandarine, le coffret créatif Stampi'Mouss d’Avenue Mandarine également, le kit decopatch chats et le cahier de coloriage Caprice 6. Des heures de créativité en perspective !!!

 

 Merci Naomi, nous te souhaitons des fêtes de Noël très musicales !

 

Mis en forme par Cécile d'Orthozen

Rédactrice web

Lire tout le message
Publié le par

Mille et Une Feuilles reçoit Djeffa Tisserand : "En Martinique à Noël il est de coutume d'aller chez les uns et les autres afin de partager un moment convivial".

Lire tout le message: Mille et Une Feuilles reçoit Djeffa Tisserand : "En Martinique à Noël il est de coutume d'aller chez les uns et les autres afin de partager un moment convivial".

Quatrième escale de notre tour des traditions de Noël dans les DOM-TOM : la Martinique ! Là, c’est Djeffa Tisserand, fondatrice de Saâkti, qui va nous faire rêver de son Noël antillais.

 

Stéphanie – Djeffa, peux-tu nous présenter ton activité et ton actualité du moment ?

Djeffa – Bonjour Stéphanie et merci de m'accueillir chez Mille et une Feuilles. Je suis une ancienne juriste freelance. Mes clients bénéficiaient de longues heures d'écoute et d'accompagnement de leurs peines, en dehors du cadre strictement juridique. Et c'est cette dimension que je trouvais gratifiante. J'ai donc choisi d'en faire mon métier à temps plein. Le 28 mai 2014, j'ai créé Saâkti. C'est un nom qui parle d'énergies et d'amour. J'utilise mes capacités empathiques et intuitives pour aider mes consultants à trouver le meilleur d'eux-mêmes et l'exploiter, à mieux se connaître. D'une certaine manière, je reste encore dans le domaine de la justice en les accompagnant à être et faire ce qu'ils aimeraient qu'on soit et fasse pour eux.

 Actuellement, je travaille sur deux projets. Le premier est la création d'un blog où je prendrai le temps de contempler la vie. Le second a une autre envergure, car il parle de création de structure médico-sociale. A ma manière, je suis une soignante …

 

Stéphanie – Tu vas nous parler des traditions de Noël en Martinique. Quel est ton lien avec cette île ?

Djeffa – Je suis tout simplement Martiniquaise. Je suis née là-bas, il y a (déjà) 35 ans et j'y ai vécu jusqu'à mes 19 ans. J'y retourne encore, dès que possible. En dehors des liens familiaux, je suis très attachée à la culture et à la gastronomie de mon île. Bon, surtout à sa gastronomie, j'avoue ;-)

 

Stéphanie – Quelles sont les coutumes de Noël spécifiques à la Martinique ? Qu'est-ce qui rend spécial un Noël martiniquais ?

Djeffa – Chez nous, Noël commence le premier dimanche de décembre. Il est de coutume d'aller chez les uns et les autres afin de partager un moment convivial pour attendre la Nativité. L'île est très pieuse, à dominance catholique.

Ces temps sont marqués par les « Chanté Nwel », tels les fameux «Michaud veillait» ou «Joseph mon cher fidèle» ... Tout le monde sort son petit livret vert, pour brailler des cantiques de Noël, rythmés par les percussions locales. C'est d'ailleurs devenu une activité à part entière, car la coutume a évolué en soirées payantes.

Pour ce qui est de la gastronomie, ce temps de l'Avent est très marqué par LA liqueur de Noël : le schrubb. Il s'agit d'une liqueur à base de rhum et de sirop de sucre de canne, d'écorces d'orange et d'épices telles que la cannelle, la noix de muscade, la vanille et le clou de girofle. Un délice. On achève la tuerie avec les patés salés qui sont en fait des mini tourtes individuelles fourrées à la viande. Et comme c'est la fête du cochon, on sort le jambon de « Nwel » cuit au four, épicé, à la bière ou à l'ananas, et les boudins créoles qu'on ne présente plus …

Pour les décorations, nous avons hérité des traditions métropolitaines : guirlandes, boules, étoiles et crèche. Sauf que, point de sapin : nous avons à la place un arbre très grand qui y ressemble : le filao. Nous y accrochons des guirlandes confectionnées par nous-mêmes.

Sur la table, ce serait particulièrement ridicule d’y mettre des flocons de neige ! La grande différence réside dans le fait que Noël n'est pas réellement une fête familiale pour nous. A moins que par famille, on entende le quartier entier ! Nous privilégions donc les grands buffets où tout le monde se sert quand il veut … et la vaisselle jetable.

 

Stéphanie – En Martinique, est-il aussi de coutume d'envoyer des cartes de vœux ? Les gens aiment-ils les fabriquer eux-mêmes ?

Djeffa – Quand j'étais petite, le DIY avait une grande importance et j'ai appris, à l'école, à fabriquer mes cartes postales de Noël. L'écrit garde toute sa place, car on a toujours un frère, une cousine qui a déménagé en métropole pour les études et qui ne pourra pas rentrer pour les fêtes.

 

Stéphanie – As-tu un souvenir particulier d'un Noël passé en Martinique ?

Djeffa – Tous les Noël étaient magiques. Les anciens avaient préparé le repas et « tué cochon » pour ses différentes déclinaisons, le plat principal étant le ragoût de porc. Avec mes cousines, nous nous dirigions vers l'église pour la messe de minuit, toujours très belle, toujours trop longue, mais qui n'a jamais lieu à minuit. La tradition qui me manque le plus est d'entendre mon oncle entonner « Minuit Chrétien » de sa voix à réveiller les morts. Et nous de partir dans un grand fou-rire …

 

Stéphanie – Quelle tradition de Martinique as-tu rapporté en France, que tu as à cœur de respecter à chaque Noël ?

Djeffa – Pendant l’Avent, j'essaie de préparer des petits pâtés salés, que je ne farcis pas au porc, pour pouvoir les partager avec mes voisines musulmanes. Je m'efforce d'aller chez les gens, à leur rencontre, comme on fait chez nous. Noël pour nous c'est un peu ça : apporter la lumière chez nos frères. Être cette lumière pour eux …

 

Stéphanie – Et si nous allions faire un petit tour dans la boutique Mille et Une Feuilles… Quel papier aimerais-tu utiliser pour ta déco de Noël ou tes propres cartes de vœux ?

Djeffa – Comme je suis l'expatriée, je ne fais plus de cartes. Mais j'aimerais continuer mes délires créatifs autour du sapin cette année encore. Surtout parce que mes fils se moquent de moi. J'ai un vrai coup de cœur pour le papier bronze irisé pollen. Cette couleur est juste magique et dégage beaucoup de chaleur. Je vais cogiter pour trouver quoi en faire !

 

Stéphanie – Enfin, quels sont tes 4 produits coup de coeur dans le rayon loisirs créatifs enfants ?

Djeffa – J'ai une prédilection pour l'origami. C'est un excellent moyen de concentration pour mes deux fauves. De plus, cela contribue à améliorer leur dextérité. Sans compter la joie d'avoir fabriqué de jolies décorations pour notre sapin.

Ensuite, j'aime assez le kit créatif pâte à sel, juste parce que les oiseaux sont trop mignons.

Puis, l'arbre à souhaits me semble un outil formidable pour encourager à rêver et se donner les moyens de réaliser ses vœux. Je me demande si je n'y verrais pas un outil pour mes consultants …

Enfin, je veux bien colorier des mandalas, ça me ferait très plaisir comme cadeau de Noël !

 

Merci Djeffa, nous te souhaitons des fêtes de Noël très gourmandes !

 

Mis en forme par Cécile d'Orthozen

Rédaction web

Lire tout le message
Publié le par

Les artistes du papier : Mademoiselle Maurice

Lire tout le message: Les artistes du papier : Mademoiselle Maurice

Son art réveille les murs gris de la ville. A la fois furtif et revendicatif, il vient titiller la sensibilité de chacun.

Mademoiselle Maurice est une artiste plasticienne de 30 ans, originaire de Haute-Savoie. Elle était à Tokyo lors de l’explosion de la centrale nucléaire de Fukushima en 2011. Cet événement lui donna envie de répandre en milieu urbain des galaxies de particules colorées, porteuses d’espoir et d’optimisme. Comme pulvérisées sur la grisaille, ses premières œuvres formaient des « NO », pour dire « non au nucléaire ».

Les créations éphémères de Mademoiselle Maurice sont composées de milliers d’origamis, technique qu’elle rapporta du Japon. Elles s’inspirent aussi de l’histoire de la petite fille japonaise Sadako Sasaki, qui atteinte d'une leucémie due à la bombe d'Hiroshima, avait entrepris selon la légende, de confectionner 1000 grues en origami afin de voir son vœu de guérison exaucé.

 

Le street art version origami

Avant d’éparpiller ses nuées d’origamis dans la ville, l’artiste prépare ses compositions dans son atelier de Paris, où elle est désormais installée. Ses œuvres urbaines, elle les crée directement sous les yeux des passants, suscitant joie et sourires.

A travers ses installations de papier et de fil, l’artiste cherche à recréer du lien, à apporter de la couleur et des émotions positives. Elle revendique un art populaire, non dégradant, qui réunit toutes les générations et tous les milieux.

Mais le message de l’artiste va encore plus loin. Mademoiselle Maurice incite les gens à s’interroger sur la nature humaine, sur leur rapport à l’environnement et l’importance de préserver la nature. Elle souhaite nous ramener à tout ce que les hommes peuvent créer de beau par l’échange et le partage. Elle veut nous rappeler la simplicité de la vie et la beauté de ce qui nous entoure.

Ce n’est donc pas étonnant que Le provocateur de sourires - le magazine dont le projet est de distribuer des sourires, des énergies et des actions positives - l’ait choisie pour réaliser leur SMILE !

 

Une amoureuse du papier

Mademoiselle Maurice a toujours aimé découper, coller, manipuler, bricoler… Sa maman disait d’elle qu’elle préférait passer des heures à découper des magazines plutôt que de jouer à la poupée.

Diplômée d’architecture, elle ne trouva pas la possibilité dans ce métier d’assouvir sa soif de création. Alors elle l’abandonna pour se consacrer à l’art. D’abord à la peinture, au dessin et à la photo. Puis, après son année japonaise, au papier et au fil, ses matériaux favoris.

Ce qu'elle aime, c’est travailler ces éléments simples pour les mettre en forme de manière complexe, en pratiquant l’origami, la dentelle et la broderie. Elle commença au Japon en 2010 par des installations en ruban et, de retour en France en mars 2011, elle fit ses premières installations en pliage papier sur les murs.

Reconnaissant elle-même son côté sauvage, elle avoue aimer rester seule à plier sans cesse, laissant s’évader ses pensées, savourant sa liberté et ces moments de déconnexion totale.

Artiste internationale, elle réalise ses installations partout dans le monde, à Tokyo, à San Francisco, en Suède, en Belgique, à Sydney, en Chine, à Hong Kong… Ses créations peuvent être de grandes fresques murales en milieu urbain comme des tableaux aux dimensions diverses.

Vous vous en doutez, Mille et Une Feuilles craque complètement pour ce street-art respectueux de l'environnement et très coloré ! Découvrez le tableau que nous lui avons consacré sur Pinterest.

 

Et chez vous, quelles émotions naissent en regardant ces fresques murales ?

 

Cécile Douay

Rédactrice de blog freelance

 

Lire tout le message